Éloge du poil

  Le 3 juin 2010

 

«…entre l’attraction et la répulsion le public est fasciné par cette étrange femme à barbe!»

 

Jeanne Mordoj qui nous vient de la France avec son bagage de cirque, maîtrise la jonglerie et l’art du contorsionniste. Pour les besoins de ce spectacle solo Éloge du poil, qu’elle a promené en tournée en Europe et qu’elle présente pour la première fois au Québec, elle a appris une autre discipline, soit la ventriloquie.

Pour ceux qui pensent que ce spectacle parlera de pilosité, ils seront bien déçus. En fait, le poil, ici, symbolise tout ce qui dérange, ce qui déplait, ce qu’on ne veut pas voir, ce qu’on rejette. Ainsi, elle parle de la mort qui est un des plus grands tabous de la société, elle utilise des crânes comme marionnettes pour les numéros de ventriloque et la femme à barbe c’est un peu le côté monstrueux, les choses moins belles.  Il y a aussi l’idée de contrer le stéréotype de la féminité. Démontrer la beauté de cette femme malgré cette barbe par exemple. En fait, dans ce spectacle, on oscille constamment entre l’attraction et la répulsion. Un numéro exceptionnel de beauté et de grâce que l’on découvre avec le jeu d’équilibre avec les bambous est le contraste parfait avec le numéro suivant, où Jeanne nous parle d’enfouissement et du plaisir de la terre noire et de la mort. On a parfois la frousse également, lorsqu’elle s’amuse à se faire tourbillonner à l’aide d’un pneu. La manipulation de l’œuf, en le faisant glisser sur sa peau, est totalement sublime à regarder, jusqu’à ce que cet œuf crève et dégouline partout. Le contraste entre les magnifiques coquillages de la mer, versus les crânes d’animaux qu’elle fait parler. En fait, entre l’attraction et la répulsion le public est fasciné par cette étrange femme à barbe! 

 


 

Au niveau de la mise en scène, Pierre Meunier nous convie vraiment à un spectacle de cirque, comme on en voit dans les foires foraines. Le fait que la salle a été aménagée avec une scène surélevée au centre, avec un gradin en fer à cheval de 200 places, un peu comme au cirque, cela donne l’impression, dans cet espace clos, de pénétrer dans un autre monde. Pour la plupart des numéros, un assistant aux accessoires vient en aide à Jeanne pour lui présenter ses multiples objets hétéroclites qu’elle manipule. 

En général le cirque c’est masculin, cependant, dans ce cas-ci, on a plutôt une version féminine (malgré la barbe) de numéros de cirque. Une chose particulière distingue ce spectacle des autres numéros de cirque qu’on a l’habitude de voir, c’est le regard que pose sur nous constamment cette femme. Elle est provocante, mais généreuse. Elle vient nous chercher et nous amène avec elle dans son aventure étrange. Et cette complicité qu’elle a, avec ses objets. Une affinité, une douceur entre eux et elle qui est peu commune. On a l’habitude de voir ces gens maîtriser et dominer les objets, mais elle, semble le faire avec amour. Et c’est pour cela qu’on est attiré par ce regard et ses prouesses physiques d’équilibre (avec le bol sur la tête par exemple) nous démontrent toute sa grâce, sa poésie théâtrale, sa féminité, jusqu’à en faire oublier la barbe qui lui colle au menton.

 


 

À la fin du spectacle, Marie Gignac, la directrice artistique du carrefour de théâtre, nous a conviés à un entretien avec elle et Jeanne Mordoj.

On lui a d’abord demandé si elle avait déjà rencontré une femme à barbe. Étrangement, en cherchant des femmes à barbe, Jeanne dit n’en avoir jamais vu. Elle a même fait un voyage dans les pays de l’Est dans le but de faire sa recherche, sans avoir réussi à en trouver une.

On lui demande de résumer son parcours de vie. Jeanne a découvert sa passion pour le cirque dès l’âge de 13 ans avec l’école des Saltimbanques de Chenôve. À 18 ans, elle s’engage dans une tournée avec le Cirque Bidon. Elle ne quittera jamais plus ce métier. Depuis 10 ans déjà, elle fait maintenant des spectacles solos. Celui-ci en est son 3e, qu’elle trimbale depuis bientôt 3 ans.

Quelqu’un lui demande aussi comment viennent ces idées de numéros totalement bizarres, comme de faire rouler un jaune d’œuf sur le bras. Jeanne mentionne que celui-là lui est venu en faisant un gâteau tout simplement. Elle utilise régulièrement des objets du quotidien pour tenter de les manipuler et en faire des numéros de spectacles. Comme ces bambous qu’elle tient en équilibre, elle les a achetés dans une brocante, car elle les trouvait beaux, mais ils ont dormi dans son placard pendant plus d’un an avant que ne lui vienne l’idée d’en faire un numéro.

 



 

Pour plus de photos http://espace.canoe.ca/breton2010/album/view/837122

Cette pièce est présentée à la salle Multi de Méduse, 
jeudi 3 juin à 21 h, 
vendredi 4 juin à 19 h, 
samedi 5 juin 21 h.

Durée 1 h 10

Texte Jeanne Mordoj et Pierre Meunier
Création et jeu
 Jeanne Mordoj 
Mise en scène 
Pierre Meunier 
Scénographie et lumières 
Bernard Revel
Composition musicale, ambiance sonore
 Bertrand Boss
Décor et accessoires, assistance de la femme à barbe 
Mathieu Delangle
Régie générale et régie son
 Eric Grenot
Costumes
 Elisabeth Cerqueira, Stéphane Thomas et Tania Dietrich
Graphisme et peinture
 Camille Sauvage
Collaborations
Chorégraphie
 Cécile Bon
Ventriloquie 
Michel Dejeneffe
Photographie 
Marie Frécon
Accessoires  
Guillaume De Baudreuil
Production 
Compagnie Bal / Jeanne Mordoj
Coproduction 
La Brèche, centre des arts du cirque de Basse-Normandie à Cherbourg – Pronomade(s) en Haute-Garonne – Théâtre de l’Espace, scène nationale de Besançon – Le Merlan, scène nationale à Marseille – Parc de La Villette à Paris – Equinoxe, scène nationale de Châteauroux. Cirque – Théâtre d’Elbeuf, Centre des arts du cirque de Haute Normandie
Résidence et aide à la production
 Les Subsistances à Lyon – Quelques p’Arts… le SOAR, scène Rhône-Alpes 
Aide à la résidence Les Migrateurs – associés pour les Arts du Cirque / le-Maillon Théâtre de Strasbourg 
Accueil en résidence La vache qui rue, Moirans en Montagne. 
Avec le soutien de la DMDTS, de la DRAC et du Conseil Régional de Franche-Comté, du Conseil Général du Doubs.

 

http://www.carrefourtheatre.qc.ca/

http://www.meduse.org/

http://www.elogedupoil.com/

 

 

 

Crédit photos : Lise Breton

 


PARTAGER
Article précédentSix heures vingt
Article suivantClémence Desrochers