Manifeste d’un féminisme moderne pour cinq voix ET Emprisonné dans un biscuit chinois.

  Le 6 juin 2010

 

«…les gens ont été très choyés d’avoir pu être les premiers à découvrir ces deux magnifiques pièces en devenir.»

 

Dans le cadre carrefour de théâtre, 11 chantiers sont présentés à la salle du Premier Acte, afin de permettre un feedback du public face aux constructions artistiques en chantier. Pour l’occasion le public est convié gratuitement (mais une contribution volontaire est très appréciée et recommandée) à une lecture ou un laboratoire d’un spectacle en cours de création.  Ces extraits se font sans décor ni accessoires ou presque, et durent entre 20 et 30 minutes.

Ces chantiers sont une initiative de tectoniK – compagnie de création, présentée en collaboration avec Premier Acte, Première Ovation et le Carrefour international de théâtre.

 


 

Le dimanche 6 juin en soirée, c’est un programme double de laboratoires écrits par Jocelyn Pelletier que nous avons été conviés : La pièce Manifeste d’un féminisme moderne pour cinq voix suivi de Emprisonné dans un biscuit chinois. Dans les deux cas, nous avons eu droit à un extrait de la pièce d’une durée d’environ 25 minutes. Pour chacune d’elles, il y avait en arrière-plan l’accompagnement musical magnifique par Millimetrik.

Manifeste d’un féminisme moderne pour cinq voix évoque une journée dans la vie de cinq femmes qui, sans le savoir a priori, ont des destins étroitement liés. À travers leurs questionnements, leurs désirs, leurs impasses et leurs angoisses, elles interrogent la place des femmes dans notre société.

Emprisonné dans un biscuit chinois, un cabaret électronique nous plonge dans un cauchemar éveillé où se croisent des réflexions philosophiques et des dragons chinois avec, comme toile de fond, une génération cruellement en perte de sens.


 


 

Dans la première pièce, l’on retrouve les excellentes actrices qu’on a découvert dans la joyeuse pièce cinq filles avec la même robe, et qu’on a appréciées également dans un registre plus noir dans Barbe Bleue et la maison dans la forêt s’est allumée. Cette fois-ci, c’est une partie de la vie de cinq femmes qui nous est raconté. Ces femmes bien différentes les unes des autres verront leur destin s’unir à un moment précis de leur vie. Ce qui est intéressant dans ce qu’elle nous raconte, c’est la façon que cela est amené. Chacune d’elles monologue en alternance, donnant un rythme au dialogue de sourds. Une poésie des mots s’installe, surtout lorsque la fin de la phrase de l’une est le début de la phrase de l’autre, ou bien chacune d’elles répète le même mot dans sa phrase. C’est mélodieux. Également, la musique de Millimetrik vient accentuer l’effet de l’émotion en cours par des bruits électroniques redondants. Une tension se crée, une ambiance se forme autour de ces femmes qui bougent peu et qui se manifestent à pleine voix.

 La deuxième pièce est également jouée par les cinq filles, mais elles ont plutôt des rôles muets, et c’est Jocelyn Pelletier qui nous crache son monologue. Après avoir vu cet acteur dans Symbiose au Premier Acte, et plus récemment dans Vu d’ici l’an passé au carrefour de théâtre,  je savais que je pouvais m’attendre à beaucoup d’émotions et d’intensité dans le jeu de Joeclyn. Malgré le fait qu’il lisait parfois son texte qui vient tout juste d’être écrit, on oublie rapidement ses feuilles et comme d’habitude, on reçoit son monologue en pleine face. On est subjugué par sa performance. Les filles autour de lui servent à mettre en scène l’action que Jocelyn décrit. Elles se font discrètes, mais sont très efficaces. Encore une fois, la musique de Millimetrik donne un ton, une autre dimension à ce qui est raconté.

Le théâtre du Premier Acte a fait salle comble (on a dû ajouter des chaises), pour ces chantiers et les gens ont été très choyés d’avoir pu être les premiers à découvrir ces deux magnifiques pièces en devenir.

 

Texte Jocelyn Pelletier 
Interprétation Joanie Lehoux, Marie-Hélène Lalande, Valérie Marquis, Édith Patenaude et Frédérique Bradet et Jocelyn Pelletier
Conception Pascal Asselin (Millimetrik), Jocelyn Pelletier 
Production SUSHI (POISSE/SON/MORT) 
 
 www.premieracte.ca

http://www.carrefourtheatre.qc.ca/

 

 

Crédit photos : Premier Acte et Lise Breton