Des souris et des salopes De la misogynie en milieu animaliste

 

                          alt                              

 

La Société Protectrice des Animaux (SPA) revendique aujourd’hui près de 80 000 adhérents. Ils étaient moins de 20 000 en 2001. La tendance est générale pour toutes les grandes associations de protection animale occidentales. Une majorité de femmes dirigeantes, salariées, bénévoles et donatrices, alors que les théoriciens animalistes sont principalement masculins. Un discours qui se politise : les animaux sont égaux, il faut leur donner des droits, en calquant la  sur celle des femmes.

Pourtant, la protection animale reste foncièrement ancrée dans une vision conservatrice et conformiste du rôle de la femme dans notre société : de la chair fraîche, bonne à servir de défouloir, marchandisée, autochosifiée, culpabilisée, victimisée… Si les animalistes affirment l’égalité entre les humains et le reste des animaux, ils traitent la femme comme inférieure à l’homme et se complaisent à la « rabaisser » à la condition de l’animal.
 
Reproduire les stéréotypes misogynes véhiculés par les codes publicitaires, religieux, et pornographiques. Renforcer les inégalités entre les hommes et les femmes. Le sexisme n’est pas un problème, mais la solution pour médiatiser son organisation animaliste. Le cynisme économique a supplanté toute revendication progressiste. Les associations sont converties en agences d’autopromotion qui markettent la cause animale comme « n’importe quel produit ».
 
À travers la façon de communiquer des associations, le discours des militants et des acteurs de cette cause, l’auteure a pris conscience d’une dérive vers toujours plus de stigmatisation et de violence contre les femmes. Phénomène sociétal? À moins que la misogynie soit indissociable de la protection animale….

Un coup de foudre! Est-ce que nous reculons au lieu d’avancer? Êtres humains! Écoutez!! Sommes-nous encore au XIXe siècle? Des souris et des salopes  est un vrai pétard! Un réveille à la réalité!  Il m’a ouvert les yeux et je n’aime pas ce que j’ai vu. Un super bon livre. Que vous soyez d’accord ou non, il allumera en vous un feu! Bonne lecture!
 
alt

Depuis 20 ans, Michelle Julien  est une observatrice avertie du milieu de la cause animale. Elle a une formation diplômante en production de documentaires (MA/PGDip Television Documentary Production, Université de Salford, Angleterre). Fervente opposante à l’expérimentation animale, son précédent livre fut une immersion dans l’univers de l’expérimentation humaine. Le monde ignoré des testeurs de médicaments, Témoignage et enquête dans l’univers de l’expérimentation humaine (2008).

 
Éditrice : Louise Courteau
Prix suggéré : 15,95 $
Pages 167
 
PARTAGER
Article précédentOsez bien manger !
Article suivantPlace de la Famille Le Lait