Mike Ward s’eXpose

 
 
C’est à la salle Albert-Rousseau de Québec, que Mike Ward a décidé de débuter la tournée de son nouveau spectacle Mike Ward s’eXpose, mercredi le 13 octobre dernier.
 
C’est dans une salle comble de jeunes (18-30 ans) surtout et quelques moins jeunes, comme moi, que l’humoriste qui adore courir des risques et se mettre en danger, comme le définit si bien le dictionnaire, s’est exposé au jugement de son public. Et le verdict : Jouissif! Il écorche tous les tabous sur son passage. Ce fut un vrai délire dans la salle!
 
Dans ce nouveau spectacle, tous les sujets tabous y passent, que ce soit le racisme, la religion, les handicapés, les noirs, les soldats en Afghanistan, le sexe, les femmes battues, la pédophilie et les curés, et même les personnalités avec lesquelles on ne fait pas de blagues d’habitude, il s’y attaque. Ainsi, il écorche au passage des gens comme Gregory Charles, Guy A. Lepage, Jacques Languirand, Céline et René, le petit Jérémy et même Louis-José Houde. On y apprend entre autres d’où lui vient ce nom de Louis-José. Ce n’est pas bien méchant, mais cela semble plaire grandement aux gens dans la salle que ces personnalités si connues et aimées soient pour une fois, vus sous un angle un peu moins reluisant. Mike est tout de même de bonne foi, puisqu’il ne s’épargne pas non plus. Il se décrit lui-même comme ayant un corps de poire et une voix de mongol. Il n’hésite pas à montrer son propre côté moins brillant. En deuxième partie du spectacle, il nous amène son moment attendrissant, pour nous parler de son diabète dont il a hérité à l’âge de 11 ans. Mais si vous pleurez durant ce numéro, ce n’est pas parce que vous êtes attendris, c’est à pleurer de rire.
 
 
 
Louis-José Houde n’est pas le seul de ses collègues humoristes dont il n’hésite pas à faire quelques blagues. Que ce soit, François Massicotte, Guy Nantel, Cathy Gauthier, Martin Matte, Laurent Paquin, Jean-François Mercier, André Sauvé, tous ces blagueurs se font égratigner au passage.
 
Un moment que j’ai bien aimé dans le spectacle aussi, c’est lorsque Mike se défend auprès des gens qui le critiquent constamment. Il règle ses comptes par exemple avec Alain Gravel qui un jour l’a piégé dans son émission Enjeux il y a plusieurs années, et il commente les remarques que certaines personnes ont sur lui et son spectacle. Comme cette journaliste qui dit qu’on n’apprend rien avec un show de Mike Ward, il répond qu’il n’est pas là pour éduquer, c’est plutôt le rôle du journaliste et des émissions de nouvelles non?
 
Contrairement à ce qu’il dit, je pense personnellement qu’on en apprend beaucoup avec son spectacle. On en apprend un peu plus sur ce qui se passe en Afghanistan, on apprend aussi les dangers du Viagra (qui est à mon avis le numéro le plus drôle du spectacle. J’en pleurais). On en apprend aussi un peu plus sur le diabète, comment parrainer un enfant à vision mondiale et comment a évolué la façon de se masturber depuis les années 80, avant la venue d’internet. Et j’en passe!
 
 
 
Oui, il y a des jokes de graines et de p’lotes, dans son spectacle, c’est sa marque de commerce. Mais surtout, ce n’est jamais bien méchant ce qu’il dit et comme il le dit lui-même vers la fin du spectacle lorsqu’il remercie ses collaborateurs « Merci à mes victimes, qui comprennent que ce ne sont que des jokes »
 
Ainsi, nous avons droit à un excellent deux heures de spectacles, avec un entracte de 20 minutes et une première partie de Guy Bernier. Quoi de mieux pour se défouler et décompresser de notre journée, c’est ce qu’en ont pensé plusieurs personnes à la sortie de la salle.
 
 
 
En première partie, Guy Bernier, que j’ai vu à quelques occasions déjà, est dû à mon avis pour son propre one man show. Il est drôle, vif, percutant et aimable. Il nous a présenté un numéro d’une dizaine de minutes, sur la chasse à l’orignal en Gaspésie qui s’est terminée sur les techniques de chasse à la grenouille. Hilarant, débile et complètement disjoncté… et basé sur des faits réels en plus. Il nous conseille même de vérifier ses faits sur son blogue à la fin de son numéro. On en veut encore de cet humoriste plein de talents.
 
 
 
Mike Ward s’eXpose à la Salle Albert Rousseau à nouveau le 14 octobre, puis les 23 et 24 mars prochain.
 
Pour les vrais fans, il est possible d’obtenir des billets VIP pour le mois de mars à 75$ : billets dans les 2 premières rangées, 2 consommations gratuites en compagnie de Mike après le spectacle et 1 T-Shirt officiel de la tournée « Mike Ward s’eXpose ». (Réservé aux 18 ans et plus)
 
Script-éditeur : François Avard
Textes : Guillaume Wagner, Guy Bernier (avec quelques idées de Martin Matte & JF D’Aoust)
Scénographe, mise en scène : Daniel Fortin
Concepteur d’éclairage : Nicolas Descoteaux
Conception musicale : Marc-Andre Roy
 
 
 
 
 
 
 

crédit photos : Kyrel

PARTAGER
Article précédentLe Zaillemeur
Article suivantPages de Terreur