Isabelle Boulay: Chaleur et mélancolie au rendez-vous

 
C’est dimanche soir le 12 décembre 2010 qu’Isabelle Boulay nous dévoilait son plus récent spectacle « Comme ça me chante ». Comme l’indique le titre du spectacle, Isabelle se fait plaisir et à son public par la même occasion en enchaînant 22 chansons prises évidemment dans son répertoire mais également dans celui de gens qui l’inspirent, comme Michel Rivard, Richard Desjardins, Zachary Richard et même Carla Bruni, pour ne nommer que ceux-ci.
 
Le spectacle débute avec une intro A Capella de « Chanson pour les mois d’hiver » Isabelle nous accueille sur sa scène, confortablement assise dans une chaise berçante. On sent bien que c’est cette atmosphère chaleureuse de campagne qu’elle a voulu recréer du temps où les gens s’assoyaient sur leurs galeries pour regarder doucement passer le temps…
 
 
Accompagnée de 4 musiciens polyvalents, elle nous livre ses chansons avec l’émotion et le charisme qu’on lui connaît bien. « J’pense que j’vous aime déjà… », Nous confie-t-elle dès le début de son spectacle… « Parce que vous êtes braves et courageux… vous avez bravé la tempête… et vous n’avez aucune idée de ce que je vais vous chanter… »
 
En effet, Isabelle a choisi ses coups de cœur parmi plusieurs chansons. Durant sa prestation de 1h50 sans entracte, on entend entre autres « Feignez de dormir » et « Si j’étais perdue », suivies de deux chansons de Michel Rivard, « Shefferville, le dernier train » et « Entre Matane et Bâton Rouge », écrite spécialement par Michel pour Isabelle… En entonnant ensuite « Adrienne », Isabelle nous raconte une tranche de vie avec sa tante Adrienne, celle qui faisait le bonheur de sa nièce avec ses fameuses tartes lorsque cette-dernière étudiait au CEGEP Limoilou… À l’époque, Adrienne, qui allait à la messe à tous les soirs, se rendait toujours ensuite à l’hôtel Tanguay pour y danser avec les beaux garçons, sur les musiques de « Vole Colombe », « Guitare & Cadillac », la fameuse « Crazy » de Patsy Cline et « To know him is to love him »…qu’Isabelle nous interprète encore une fois avec beaucoup de générosité et d’émotion…
 
 
 « Les hommes écrivent les plus belles chansons d’amour » poursuit-elle plus tard en entonnant quelques chansons composées par de hommes dont « Jenny », une de ses préférées, de Richard Desjardins et « Marjolaine » de Zachary Richard.
 
Avec les « Gotta walk alone » et autres, il est clair tout au long du spectacle qu’Isabelle Boulay a fait un virage très folk-country au cours des dernières années. Ce style lui va évidemment très bien et on sent bien qu’elle vibre vraiment au son de cette musique… et elle sait nous transmettre sa passion avec son style unique.
 
« Juste avant de partir, est-ce que vous m’accorderiez une dernière danse ? » Son public, déjà conquis, lui accorde volontiers une dernière valse, « Tennessee Waltz ». Ce public, il lui restera fidèle inconditionnellement… et Isabelle peut bien désormais leur interpréter « ce qui lui chante »…..
 
 
Isabelle Boulay, en supplémentaire à la salle Albert-Rousseau de Québec le mardi 11 janvier 2011.
 
 
                                                                  Crédit photos  : Claude Ouellet