Racines de Faubourg Tome 3 Le retour

Ce roman termine la trilogie de Sophie-Julie Painchaud sur la vie de quatre Montréalais ayant grandi dans le quartier du faubourg à mélasse. Narrateurs à tour de rôle, chacun faisant le récit des péripéties de l’autre, ces héros du quotidien sont témoins des événements marquants de l’histoire du Québec tout en traçant leur propre histoire personnelle. 

Après le chaos des années 1970, le temps est venu pour Patrick, Paul-Émile, Jean et Adrien d’accepter les faits et de prouver que le passé, tout comme le présent, ne leur fait plus peur. Ils entrent donc dans la décennie suivante, les années 1980, avec un certain calme et une étonnante sérénité. Et malgré des chemins les ayant menés très loin de leurs racines, à l’aube de la cinquantaine, ils découvrent que l’âme du faubourg à mélasse ne les a jamais quittés. 

Cette saga est écrite de façon très originale. D’un chapitre à l’autre, on alterne de narrateur et de vie racontée. Ainsi, Adrien parle de Paul-Émile, Jean raconte la vie de Patrick, etc.… Et en plus, chaque narrateur y va de ses propres observations sur les évènements, de commentaires sur les gestes posés en allant même jusqu’à analyser les états d’âme de cet ami. C’est certain que ce genre d’écriture qui alterne entre quatre histoires a pour effet de nous mélanger parfois. 

Par chance, il y a au début du livre un arbre généalogique de chacun des personnages principaux et cela me permet de nous remettre en tête la vie de chacun.  

En ces périodes des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, la trame de fond historique la plus marquante de cette époque touche naturellement la fibre politique avec les référendums. Donc il est bien évident qu’il en est question dans ce dernier tome. Il y a aussi quelques références au hockey, notre sport national, mais ce dernier volet met moins l’accent sur les évènements historiques que les deux autres livres, pour se concentrer plus sur la façon dont ces quatre hommes font le constat de leur existence suivi par des remises en questions. 

Leur amitié a été mise à rude épreuve à travers les années et les chemins qu’ils ont empruntés dans la vie les ont amenés à être séparé les uns des autres à plusieurs occasions. À la fin du tome 2, les quatre personnages avaient vraiment touché le fond du baril et on assiste dans le tome 3 à la renaissance de chacun d’eux, la remontée vers la clarté, vers la sérénité et le renouement de ce quatuor, dont l’amitié a traversé le temps et a su se renforcer au fil des adversités. 

Dans ce dernier volet de la série, Adrien se remet en question : « Pourquoi continuer un mariage empoisonné qui n’aurait jamais dû être célébré au départ? » Patrick se questionne « Pourquoi s’entêter à changer un monde que l’on ne connaît pas, si ce n’est que pour lui donner des airs d’une enfant disparue il y a longtemps et qui ne le connaissait pas davantage? » Paul-Émile fait un volte-face dans sa façon de voir les choses. « Pourquoi renier, encore et toujours, des racines qui n’ont jamais su – ou voulu – mourir et qui continuent de grandir dans les yeux d’une femme que l’on n’a jamais pu oublier? » et Jean reprend goût à la vie lorsque la bouteille n’est plus une amie. « Pourquoi continuer de vouloir oublier un passé en buvant au point de mettre en jeu sa propre vie? »  

À travers la mort, les divorces, les altercations familiales, les regrets, le lecteur découvre ce qu’est l’amitié profonde entre ces hommes, comment ils pensent, comment ils changent au fil des blessures et des épreuves dont ils se sortent grandit. Ainsi, le vent tourne pour eux et on assiste à des évènements plus heureux, des mariages, des réconciliations, des retrouvailles et de belles valeurs, comme l’acceptation, la compréhension, le don de soi font alors surface. 

Une saga intéressante et originale que j’ai apprécié de connaître.

 

 

Sophie-Julie Painchaud est née en 1973, à Montréal. Fascinée par la politique, elle étudie l’histoire et exerce par la suite différents métiers. C’est en 2005 qu’elle laisse s’épanouir son talent caché : l’écriture. Les deux tomes précédents de la série Racines de Faubourg, L’envol et Le désordre, ont été reçus avec beaucoup d’enthousiasme par le public québécois.

Prix 24.95 $

315 pages

http://www.saint-jeanediteur.com