Lecture de La faute à Persée

Dans le cadre de ce 12e carrefour international de théâtre, et pour la 4e année consécutive, les chantiers – constructions artistiques présentent 10 projets, sous forme de lectures, laboratoires ou spectacles, où le public est convié à donner ses impressions, à participer à une discussion qui permettra ensuite à l’équipe de création de faire évoluer et finaliser leur œuvre.

Présentés à Premier Acte, ces chantiers sont une initiative de tectoniK – compagnie de création. Une contribution volontaire est grandement appréciée (montant suggéré de 10 $, à déposer dans le petit camion à l’entrée de la salle).

C’est un moment privilégié, autant pour le public que pour les créateurs, que de pouvoir, pour l’un, de voir une pièce en pleine évolution et possiblement aider à sa progression, pour l’autre d’avoir le pouls de gens et discuter avec eux de ce qu’ils ont accompli et ce qui leur reste à travailler. En trois ans, il y a eu 31 chantiers de présentés et de ceux-là, 16 d’entre eux ont été joués dans des saisons officielles par la suite.

Les lectures, il y en a 3, (les 4, 5 et 11 juin) sont fait le matin, sous forme de brunch-lecture, où sont servis, café, jus, croissant, fruits, beignes et le public discute après la lecture, avec l’équipe de création.

C’est ainsi que le 4 juin à 11 h, le public a assisté à la lecture de La faute à Persée, dans un texte de Marc Auger Gosselin.

Résumé de l’histoire : Il pleut des météores en cette nuit des perséides. Deux d’entre eux terminent leur vol céleste ici, sur Terre. Pour Félix et Henri, ce météorite aurait pu réaliser leur rêve : les tuer d’un coup. Pour Ludwig et Maurice, il provoque la mort d’un vieillard, les empêchant de réaliser l’ultime souhait de ce dernier. Pourquoi? À cause de qui? Est-ce la faute à Persée? 

Bien que les quatre acteurs ont fait une lecture, avec leurs textes et lutrins, sans mouvement, ni accessoires, il a été très facile pour les gens de se laisser imprégner de l’histoire. Le talent remarquable de ces acteurs pour jouer le texte, ainsi, debout, sans rien d’autre que leur émotion dans la voix et le visage, fut suffisant pour que les gens y croient à ces personnages et passent un bon moment. Les dialogues sont dynamiques, drôles et bien punchés. Ce sont quatre clowns, qui, deux par deux, discutent de sujets qui pourraient sembler lourds, comme le suicide et la mort assistée, mais ils le font de manière absurde et disjonctée, que cela déclenche les rires à profusion dans la salle. 

Lors de la discussion qui a suivi, les gens ont dit avoir grandement apprécié l’humour des dialogues, tout en prenant bonne note du fond de ces réflexions et ces sujets amenés. Le duo de Félix et Henri est très étoffé et leurs diverses scènes, jouées à la manière d’en attendant Godbout, résonnent très bien auprès du public. À travers ces réflexions qui amènent le rire, un moment plus émouvant arrive juste à point pour saisir le public qui ne s’y attend pas. 

Le deuxième duo, Ludwig et Maurice, pour sa part pourrait être plus étoffé. Il semble manquer une peu de cohésion et de viande autour d’eux. Il aurait donc intérêt à retravailler certaines scènes, en regrouper d’autres, ou à ajouter des éléments pour bien saisir leurs intentions et les liens entre eux. De plus, les gens dans la salle étaient ambivalents à savoir si les deux duos devaient ou non se rencontrer durant la pièce. Mais tous étaient unanimes pour dire que la fin les avait laissées sur leur faim. 

L’équipe de création a pris en note toutes ces réflexions et l’auteur Marc Auger Gosselin pourra alors donner la touche finale à cette, somme toute, très bonne pièce. Qui sait, si nous pourrons voir le produit fini d’ici un an ou deux, dans cette salle du premier acte, lors d’une prochaine saison régulière…

Texte Marc Auger Gosselin
Avec Gabriel Fournier, Israël Gamache, Jean-René Moisan et Marc Auger Gosselin
Production Concerto pour Pendrillons

Durée: 1 h15 + 30 minutes de discussion.

Voici les prochains chantiers disponibles :

Tout ce qui tombe
Théâtre des Fonds de Tiroirs
Lecture / dimanche 5 juin

Projet Hänsel et Gretel
Le Monstre Sacré
Laboratoire / dimanche 5 juin

Labo M
Nous sommes ici et DuBunker
Laboratoire / lundi 6 juin

Que l’inoubliable se pende
Laboratoire / mardi 7 juin

La Maladie de la mort
La Tarte aux plumes
Laboratoire / jeudi 9 et vendredi 10 juin

Batailles sans guerre
Théâtre de l’Urd
Performance in situ (à l’extérieur) / vendredi 10 juin

Déluge
Le Théâtre du Trillium
Lecture / samedi 11 juin

http://www.carrefourtheatre.qc.ca/

http://www.premieracte.ca/

 

Crédit photo : Gracieuseté du Carrefour International de théâtre

 

PARTAGER
Article précédentMANGA » de Belzébrute //FRINGE 2011
Article suivantMartine à la plage