Maudit que le bonheur coûte cher!

Maudit que le bonheur coûte cher!

Après avoir lu les déboires d’Olivia avec sa maison jaune nouvellement acquise, j’avais vraiment hâte d’en savoir plus sur ces personnages savoureux que Francine Ruel nous avait si bien présenté dans le premier volume Et si c’était ça, le bonheur? 

Résumé

Après Et si c’était ça, le bonheur?, Francine Ruel fait revivre son héroïne, Olivia Lamoureux, qui, au terme de ses premières aventures, nageait en plein bonheur dans sa maison jaune, entourée de ses amis et d’un nouvel amour. Dans Maudit que le bonheur coûte cher!, voilà que la vie rattrape Olivia, avec ses hauts et ses bas. Le bonheur a un prix, et parfois il coûte cher. Sa chatte Bouboulina se fait vieille, son amant Harris est de plus en plus absent. Les méfaits de la « minipause » ne lui laissent aucun répit, et de nouvelles rénovations l’accaparent alors qu’elle se croyait désormais à l’abri des experts en travaux de tout genre. Dans ce livre, il y a des joies et des peines, des cris d’allégresse et de grincements de dents, et quelques fous rires. Sans oublier un mariage et deux enterrements, une adoption, une naissance et un voyage en Italie. Olivia pourra-t-elle survivre à ces nouvelles péripéties? Qui a dit que la vie était un long fleuve tranquille? 

Autant les rénovations de sa maison m’avaient quelque peu déprimé dans le premier livre et j’aurais aimé que l’auteure diversifie ses situations et évènements, autant dans ce deuxième tome ce n’est qu’un pur bonheur pour moi de suivre les péripéties d’Olivia, mais également ceux de ses amis qui sont de plus en plus présents et dont on apprend à connaitre encore plus les hauts et les bas de leurs vies. Même son fils Vincent est plus présent, avec sa femme Marie, pour ma plus grande joie. Et des évènements, il en survient dans tous les genres et je trouve cela intéressant que Francine Ruel aborde des sujets comme le sida chez les jeunes, le cancer et son lot de chimiothérapie, l’adoption par des homosexuels, la ménopause, le deuil d’un être cher, animal ou humain, la rupture, la sexualité après 50 ans, la solitude et j’en passe. Toujours de façon très humaine, en toute simplicité, avec une pointe d’humour et d’auto-dérision, sans préjugé, ni prétention, Francine Ruel montre un reflet de notre société, les valeurs véhiculées, les préjugés qui persistent, les obstacles que tous et chacun peuvent rencontrer, sans pour autant faire la morale.     

J’ai honnêtement préféré de beaucoup ce deuxième volume, qui parle plus de relations humaines que le deuxième. Probablement aussi est-ce dû au fait que je connaissais déjà les personnages et m’y étais attachée dans le premier tome, j’ai pu embarquer dans cette suite avec aisance comme si je retrouvais de bonnes vieilles pantoufles confortables. 

Son écriture est encore plus colorée, expressive et jouissive que dans le premier « Harris s’est mis à lécher chaque parcelle de mon cou. Comme s’il lavait ma peau à petites touches ou encore comme l’on déguste un fruit avec d’infimes coups de langue et de dents, histoire d’en grignoter la chair pour prolonger le plaisir.» Avec ses amis gais, elle continue de nous démontrer comment la vie de cette communauté n’est pas toujours facile, même de nous jours, mais toujours de façon humoristique ou attendrissante « Je l’ai toujours dit, il vaut mieux être noir qu’homosexuel, parce que quand on est noir, on n’a pas à l’apprendre à sa mère… et à tout le monde!» 

Le seul bémol que j’ai par rapport à cette suite, est qu’il n’y a pas de résumé du tome précédent, alors je ne suis pas certaine que quelqu’un n’ayant pas lu le premier volume ne serait pas un peu mêlé au début de l’histoire.

Francine Ruel

La comédienne et animatrice Francine Ruel a écrit pour la télévision, le théâtre, la chanson et le cinéma et publié cinq ouvrages, dont deux recueils de ses chroniques parues dans Le Soleil.

 385 pages 

Prix : 24.95 $ version papier

         18.75 $ version électronique 

Le troisième volet de cette série sur le bonheur et les péripéties d’Olivia Lamoureux, de Francine Ruel sera en librairie en octobre 2011 et s’intitule : Bonheur es-tu là ? aux éditions Libre Expression. 

Éditions libre expression :

 http://www.edlibreexpression.com

 

PARTAGER
Article précédentLa concession
Article suivantMysterAct au festival de magie de Québec