Le bonheur des Autres

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
45
Le Bonheur des Autres

J’ai vu, sur invitation de presse, le film Le Bonheur des autres, le premier long métrage réalisé par le comédien Jean-Philippe Pearson, connu comme coscénariste de Québec-Montréal et Horloge biologique et qui met en vedette entre autres Michel Barrette, Louise Portal, Marc-André Grondin, Julie Le Breton et Ève Dancereau, pour ne nommer que ceux-là. Le film prend l’affiche le 7 octobre prochain et mes entrevues avec les artisans du film se trouvent dans la section entrevue de ce site.

Synopsis

Il y a 20 ans, Jean-Pierre (Michel Barrette) quittait la maison laissant Louise (Louise Portal) élever seule les enfants; Marion (Éve Dancerau) et Sylvain (Marc-André Grondin) avaient 10 et 8 ans à l’époque. Pendant des années, il avait été un père absent, mais suite à un rapprochement il croyait que, le temps aidant, ses fautes avaient été oubliées. Au souper d’anniversaire des 29 ans de Sylvain, lorsqu’il annonce à son ex-femme et à ses enfants qu’il a rencontré une jeune femme de 30 ans et qu’ils attendent un bébé, il découvre que rien n’est oublié et encore moins pardonné. Louise, devant le vide de sa propre existence, y voit là une grande injustice. Sylvain comprend qu’il se retrouvera seul à pleurer une relation père-fils manquée et Marion, qui tente sans succès d’avoir un enfant depuis deux ans, se sent bafouée par cette grossesse inattendue.  Le bonheur de Jean-Pierre est un affront à la douleur qui les habite et dont ils lui attribuent la responsabilité. Mais c’est ce même bonheur qui vacille quand la jeune compagne de Jean-Pierre, Évelyne (Julie Le Breton), se demande si elle est vraiment certaine de vouloir fonder une famille avec un homme plus vieux. C’est dans cet enchevêtrement de sentiments, de responsabilités et d’humanité qu’ils découvriront que pour être heureux, il faut apprendre à se réjouir du bonheur des autres. 

Julie Le Breton et Michel Barrette

Le bonheur des autres est un film très actuel, avec des dialogues très songés sur la paternité, la famille, l’infertilité, la différence d’âge dans un couple, le divorce, les conséquences du divorce, bref un film qui ne laissera personne indifférent et qui pourra même susciter des réflexions et des discussions suite à son visionnement. 

En voyant Michel Barrette dans le rôle du père de famille qui a été absent pour ses enfants et qui refait sa vie avec une fille beaucoup plus jeune que lui et qu’ils attendent un enfant ensemble, on ne peut s’empêcher de voir la similitude avec ce qu’il a vécu personnellement. C’est peut-être pour cela qu’il crève autant l’écran. Michel Barrette ne semble pas jouer son rôle, mais simplement ÊTRE son personnage de Jean-Pierre. Je le découvre de plus en plus au cinéma comme un acteur dramatique et j’adore cela! Une autre facette de cet acteur qu’il développe de plus en plus, pour notre plus grand bonheur. 

Marc-André Grondin et Stéphane Breton

Ce que j’ai le plus apprécié dans ce film, c’est de voir les discussions entre les diverses personnes dans la vie de cette famille, dont le bonheur de l’un peut aisément affecter le bonheur des autres alentour. Avec des arguments très sentis, de part et d’autre, sans parti pris, le scénario met en lumière tous les questionnements d’un couple dont l’âge des deux personnes diffère énormément, toutes les blessures aussi des enfants, devenus grands, de voir leur père refaire sa vie sans eux, toute la douleur et l’angoisse d’une mère qui ne sait plus vivre sans une famille à s’occuper et qui doit tenter de refaire sa vie, toutes les inquiétudes de parents dont la fille s’est amourachée d’un homme qui pourrait être son père, tous les déchirements que vit une femme qui voit la femme de son père être enceinte, alors qu’elle ne réussit pas à le faire elle-même. Toutes ces histoires, ces êtres malheureux qui tentent de faire pour le mieux, on les comprend, on suit leurs raisonnements, on écoute leur cri du cœur, et surtout, on prend part à leurs argumentations sur le pour et le contre de leurs situations. Un très beau regard, des deux côtés du miroir. Un vrai beau casse-tête qui plonge le spectateur dans son propre cœur, son propre cheminement et ses valeurs profondes. 

Louise Portal

Un film dramatique, avec de la musique très appropriée qui vient ajouter aux drames qui se vivent… un peu trop lourd parfois, cependant, lorsqu’on ajoute une chanson d’opéra qui renforce le mélodrame. Une chance, il y a des moments très drôles dans le film, lorsque Louise (Louise Portal) par exemple redécouvre les plaisirs de la sexualité. On ne peut s’empêcher de se remémorer un certain Déclin de l’empire américain! 

Au niveau de la distribution, il y a plusieurs acteurs de renoms qui participent à ce film. La très belle Julie Le Breton est très crédible dans son rôle de cette jeune femme qui se questionne sur sa relation de couple avec un homme plus vieux. Louise Portal est succulente et pétillante dans son rôle de la mère qui se cherche une raison de vivre. Un de mes meilleurs moments survient lorsqu’elle pète une coche à son ex-mari et lui lance son fiel au visage. Une vraie belle démonstration de grand talent. 

Ève Dancereau

La belle Ève Dancereau est merveilleuse dans le rôle de cette femme qui n’a qu’un rêve : avoir un enfant qu’elle aura porté. Une obsession, qui la chavire, la consume complètement. Et Stéphane Breton est la personne tout indiquée pour jouer son époux, contrit, effacé, dérouté, frustré, qui se sent coupable de ne pas pouvoir participer à ce beau projet de vie à deux. 

Marc-André Grondin, qu’il fait bon de revoir sur nos écrans de cinéma québécois, déploie une grande sensibilité dans le rôle du fils blessé, qui tente de se rapprocher de son père. 

Jean-Philippe Pearson fait preuve d’une grande finesse avec ce scénario et cette réalisation. Il réussit à bien montrer les soucis, les malheurs, les préoccupations de ces divers personnages, dont les vies sont inter relié, et dont les décisions des uns vont influencer le bonheur des autres. J’ai une mention très spéciale pour la chanson de Charles Aznavour « Il faut savoir » qui arrive vers la fin du film, pour le dénouement, qui surprend et attendrit le public. Un beau moment émouvant, avec cette chanson qui supporte très bien l’émotion de cette finale surprise! 

Le Bonheur des autres suscitera à sa sortie des questionnements, des réflexions et des discussions, assurément! Un scénario d’une grande finesse! Des dialogues très songés! 

Le film prendra l’affiche dans la salle du Québec le vendredi 7 octobre 2011. 

Distribution : 

Michel Barrette : Jean-Pierre

Louise Portal : Louise

Julie Le Breton : Évelyne

Marc-André Grondin : Sylvain

Ève Duranceau : Marion

Stéphane Breton : Yves

Germain Houde : Raymond

Christiane Pasquier : Monique

Isabelle Vincent : Brigitte

Normand Daneau : Benoit

Laurence Dauphinais : Annie

Claude Despins : médecin

 Fiche Technique :

 Scénariste et Réalisateur Jean Philippe Pearson 

Produit par Christian Larouche et Les Films Christal 

Producteur déléguée : Valérie Allard

Directeur photo : Steve Asselin

Son : Stéphane Houle, Christian Rivest, Raymond Vermette, Stéphane Bergeron

Direction artistique : Jean Babin

Casting : Daniel Poisson et Pierre Pageau

Costumes : Annie-Karine Gauthier

Montage : Yvann Thibaudeau

Musique Originale : Frédéric Bégin

Superviseur de postproduction : Erik Daniel

 Festival de cinéma de la ville de Québec :

www.fcvq.ca

 http://lebonheurdesautres.com/

 Crédit photos : Les films Séville