LA PARENTHÈSE DES SOLSTICES, une création théâtrale et picturale, dès le 20 janvier 2012

une création théâtrale et picturale, dès le 20 janvier 2012
une création théâtrale et picturale, dès le 20 janvier 2012

Le Studio Jean-Valcourt du Conservatoire d’art dramatique de Montréal sera le théâtre d’un baptême de feu pour la toute jeune compagnie Les Viscères. En effet, du 20 janvier au 4 février 2012, celle-ci présentera une première production au titre gorgé de mystères, La parenthèse des solstices, s’inscrivant dans la saison hivernale de Carte Prem1ères. Dans une mise en scène de Michel Forget et un texte de Marc Donati, écrit en étroite collaboration avec l’équipe du spectacle, cette tragédie moderne repose sur un moteur dramaturgique peu commun : une peinture exécutée en direct tous les soirs, dont la scénographie complète est la toile. Un mariage multidisciplinaire aux échos mythologiques, entre santé mentale, solitude et génétique.

La parenthèse des solstices trace la rencontre de deux êtres qui s’attirent sans trop savoir pourquoi, tels les deux pôles d’un même mal de vivre. Michael est en deuil d’un père dont l’héritage génétique lui coupe les ailes. Sophia, à 27 ans, songe à tirer gloire de sa possible mort, en entrant dans la légende des jeunes artistes sacrifiés. Entre un DVD de psycho-pop et un jeu de tarot, tous deux se cherchent à tâtons jusqu’à ce qu’une toile les mette en relation. Dès lors, tout est possible.

Compagnie artistique née en 2011 de la volonté de quatre finissants de l’Option-Théâtre du Collège Lionel-Groulx, soit Michel Forget (Théâtre-Production, 2009), puis Jonathan Caron, Marie-Noëlle Doucet-Paquin et Cassandre Émanuel (tous trois de la future cohorte 2012 en Interprétation théâtrale), Les Viscères se veulent un regroupement d’artistes indépendants qui s’épaulent dans leurs projets respectifs, qu’il s’agisse de vidéo ou de théâtre de création. La parenthèse des solstices est le premier jalon de leur parcours. Les Viscères seront aussi du prochain Festival Fringe, en juin 2012.

Concepteur d’éclairages (Portalaphrapon), régisseur (Naissances) et directeur technique (Pinocchio, Princesses) d’une rigueur et d’une polyvalence éprouvées, Michel Forget a signé sa première mise en scène en 2010, avec La mort est un musée sans tête, texte poétique de Catherine Harton, à l’Espace La Risée. Avec cette nouvelle mise en scène, il peut donner libre cours à son amour du symbolisme et de la philosophie, visant ultimement à révéler les angoisses profondes que cache la race humaine.

L’auteur Marc Donati est comédien de formation (UQAM, 2004). On lui doit la pièce Iceberg Sunshine, mise en lecture en 2011 au Théâtre de l’Esquisse. L’écriture de           La parenthèse des solstices fut menée conjointement avec l’équipe du spectacle, à partir de séances d’improvisation, avec les bons conseils du dramaturge Martin Bellemare (Programme double; Le Chant de Georges Boivin, récipiendaire du Prix Gratien-Gélinas de la relève en 2009).

Pour relever ce défi multidisciplinaire, le metteur en scène a fait appel à deux talentueux touche-à-tout : la comédienne Geneviève Boivin-Roussy (Option-Théâtre du Collège Lionel-Groulx, 2009), aussi peintre et pianiste à ses heures, qu’on a vue dans les créations de sa compagnie Les Garçonnes (Transplante-moi un cœur, mon amour; Papa), en plus d’être une tête d’affiche du nouveau téléroman O’ de TVA; et le comédien Gabriel Paré (École nationale de théâtre, 2009), aussi chanteur (Grease), marionnettiste (Le Chapeau du sorcier) et artiste visuel, qui jouait récemment dans la comédie Le Camp Horreur, à l’Espace 4001. Dans l’ombre s’activeront les Marjorie Lefebvre (La Maison de Bernarda), Marie-Josée Petel (Le jour où la lune a pleuré), Fannie Breton-Yockell (Yvonne, princesse de Bourgogne) et Simon Rivest (Personnages avec passé).

Un rendez-vous avec le destin… et l’art de lui tirer le portrait!

LA PARENTHÈSE DES SOLSTICES, de Marc Donati, en collaboration avec l’équipe du spectacle.

 Mise en scène : Michel Forget.

Conseiller dramaturgique : Martin Bellemare. Assistance à la mise en scène, direction de production et régie : Marjorie Lefebvre. Interprétation : Geneviève Boivin-Roussy, Gabriel Paré. Éclairages et direction technique : Marie-Josée Petel. Décor et costumes : Fannie Breton-Yockell. Conception sonore : Simon Rivest.

Une production de Les Viscères, présentée du 20 janvier au 4 février 2012. Du mercredi au samedi, 20h, au Studio Jean-Valcourt du Conservatoire d’art dramatique. 4750, avenue Henri-Julien, Montréal.

Billetterie sur le Réseau Admission : 514.790.1245 ou www.admission.com

crédit photo: François Godard