Festival PHÉNOMENA – Du 19 au 26 octobre 2012 : Un événement ludique et poétique

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
14
Festival PHÉNOMENA - Du 19 au 26 octobre 2012
Festival PHÉNOMENA – Du 19 au 26 octobre 2012

Festival PHÉNOMENA 

Du 19 au 26 octobre 2012 

Un événement ludique et poétique 

Une production Les Filles électriques

Directrice artistique : D. Kimm

Après 10 ans d’exploration et d’innovation, le Festival Voix d’Amériques (FVA) s’est réinventé et est devenu le Festival Phénomena. Phénomena s’intéresse au poétique dans toutes ses dimensions et continue d’être le lieu privilégié des parcours atypiques, des voix singulières, des artistes interdisciplinaires ou indisciplinés.

Pour sa première édition, Phénomena se déploie avec éclat. Plus de collaborations, plus d’artistes et des propositions surprenantes. Et toujours dans des petites salles chaleureuses: La Sala Rossa, la Casa del Popolo, le Divan Orange, le Cabaret du Mile-End.

Un avant-goût de la programmation 

Une soirée inusitée avec le chanteur Daniel Boucher, un voyage intimiste avec textes, musiques et projections.

Un Cabaret DADA anti cynisme et hypocrisie, sous la direction artistique de Claude Poissant, avec une bande d’artistes éclectiques qui nous amènent là où nous n’allons jamais ou si rarement.

Le duo 2boys.tv revisite ses meilleures performances en français et anglais, une bonne occasion pour les francophones de découvrir ces artistes montréalais qui se produisent le plus souvent à l’étranger.

Les Filles électriques proposent leur nouvelle création : Les Phénomènes inexpliqués, où l’Association de joyeux illuminés (Larissa Corriveau, Mobile Home, Antoine Laprise, D. Kimm, etc.) vous invite à une rencontre avec… ce qu’on ne connait pas.

Plusieurs artistes du milieu de la danse nous proposent des créations très personnelles: Jacques Poulin-Denis, Carol Prieur, Maryse Poulin, Line Nault.

Et bien sûr, le fameux Combat contre la langue de bois qui s’annonce particulièrement relevé cette année, animé par JF Nadeau.

De grosses pointures venues de l’étranger 

Genesis P-Orridge, artiste provocant, fondateur du groupe Throbbing Gristle et de Psychic TV. Plusieurs événements autour de cet artiste transgenre, en collaboration avec le Festival du Nouveau Cinéma : spectacle avec son groupe Thee Majesty, film, exposition.

Felix Kubin, artiste allemand dadaïste provocateur pop, musicien et performeur iconoclaste adepte du détournement, dont la dernière visite à Montréal remonte à 2007.

Autre spectacle à ne pas manquer : le Flying Words Project, un duo formé des Américains Peter Cook et Kenny Lerner. L’un est sourd et performe ses poèmes en langue signée, l’autre interprète verbalement avec fougue et vivacité. Ils se produisent partout dans le monde depuis 25 ans et c’est la première fois qu’on les reçoit à Montréal. Le spectacle est organisé en collaboration avec la communauté sourde et les artistes donneront des ateliers de spoken word aux jeunes sourds. Une occasion rare d’apprécier la beauté et l’expressivité de la langue signée et de rencontrer une communauté qu’on connait très peu.

Des collaborations 

VooDoo (ou qui soulage de quoi), nouvelle création de la compagnie Kobol, présentée à l’Usine C.

Kabiin (spectacle pour voyeurs vus), orchestré par Mélanie Charest et la Compagnie ZAL.

Les Ville-Laines, un collectif de jeunes femmes délinquantes et infatigables, qui s’adonne au tricot-pirate et qui prendra d’assaut le mobilier urbain tout autour des lieux de spectacle.

Et bien sûr une large place offerte à la relève avec les 5 @ 7 et les Shift de nuit / Micros ouverts.

Une édition foisonnante, interdisciplinaire, indisciplinée, marquée par le désir de faire rayonner le poétique dans le sympathique quartier Mile End et ses environs.