Double lancement au Cercle : SYLVIA et GENEVIÈVE TOUPIN

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
9
Sylvia
Sylvia

« Ça fait 4 ans que je veux faire cet album-là. J’ai mené à  terme  mon désir et le projet de vouloir faire cet album. Il y a toute une équipe derrière moi. C’est aussi un départ dans le sens que c’est mon premier album. Je sais que ça va me permettre de faire des spectacles et d’aller plus loin dans ma carrière. » Pour Sylvia, il y a toute une fébrilité associée à ce lancement : « J’ai hâte de partager cela. Je suis fière de ce que j’ai fait, c’est vraiment un bel accomplissement personnel. Pour moi, d’avoir abouti avec ce projet-là, c’est une réussite, j’ai hâte de voir ce que les gens vont en penser…j’espère qu’ils vont se permettre de rêver un peu…Pour ce premier album, je vais défricher le terrain dans mon patelin, en premier… »

C’est ce mercredi , 10 octobre, qu’a eu lieu au Cercle de Québec le lancement du nouvel opus de Sylvia, qui s’est fait conjointement avec celui de Geneviève Toupin, artiste folk franco-manitobaine habitant la grande région de Montréal.  La salle du Cercle était très appropriée pour ce double lancement . Les nombreux jeunes fans qui remplissaient la salle se sont délectés et en redemandaient..

Country western au bout des doigts, Sylvia s’est entourée de solides musiciens qui ont accepté de sauter dans le vide avec elle pour créer son tout premier album intitulé La fuite. Variations sur ce même thème, l’album fut réalisé par François Gagnon, la direction artistique étant assurée par Simon Pelletier-Gilbert (tous deux du groupe Isabeau et les chercheurs d’or). Enregistré live selon la tradition folk, préconisant ainsi un son dynamique, intime, l’album offre aux auditeurs une présence vibrante et bien vivante. Avec des textes complices, campés dans des histoires populaires aux mélodies accrocheuses, Sylvia nous offre un disque avec une personnalité forte, empreint d’émotions et d’une musique authentique. On y retrouve, entre autres, en plus de Chalet Rouge, la Valse western et le Bonheur. Cette dernière chanson a été très appréciée de son public, différente, de par sa mélancolie…

 

Geneviève Toupin
Geneviève Toupin

Pour Geneviève Toupin, c’est un deuxième opus : « J’ai déjà sorti mon premier album en 2009. Pour moi, c’est comme une première,  c’est un album en anglais, ce qui est différent pour moi. Je suis franco-manitobaine. C’était important pour moi de faire mon premier album en français, et là j’avais envie de faire ces chansons-là en anglais ».

Geneviève sent quand même la fébrilité d’une jeune débutante : «  Même si c’est mon deuxième album, c’est mon premier lancement officiel. J’ai juste hâte de jouer…Je veux rendre mes chansons avec cœur. J’ai eu la chance de tourner en Europe avec mon premier disque. Los Angeles et la France sont dans notre mire. » Ce ne sont donc pas les projets qui manquent.

Geneviève, chanteuse et pianiste, crée des chansons authentiques qui évoquent le souffle des Prairies. The Ocean Pictures Project, premier opus entièrement en anglais, co-­réalisé par Benoit Morier, ouvre les portes du rêve et révèle une artiste de grand talent renouant avec une partie de ses racines. Elle nous a interprété les chansons de son opus, dont  My Name, Storm song, leaving me pour terminer par Birds.

Marqué par une foule de rencontres et de collaborations notables, le disque a été mixé à Los Angeles par Sheldon Gomberg, reconnu pour son travail avec, entre autres, Rickie Lee Jones, Eleni Mendell et Ben Harper.

Sylvia et Geneviève Toupin
Sylvia et Geneviève Toupin

Deux artistes, deux univers, deux langues et deux villes. De quoi faire jaser les grands centres!!!

 

Le cercle

http://www.paulettedufour.com/

Crédit photos : Marc Alarie