Entrevues avec les artisans du film Pee-Wee 3D : L’Hiver qui a changé ma vie.

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
205

 

William Monette, Rémi Goulet, Antoine Olivier Pilon, et Martin Bouchard un des auteurs

J’ai vu, sur invitation de presse, le film de Éric Tessier, Les Pee-Wee 3D l’hiver qui a changé ma vie,  le premier film québécois en 3D mettant en vedette Normand Daneau, Guy Nadon, Claude Legault, Édith Cochrane, Brigitte Lafleur, Sophie Prégent ainsi que Antoine Olivier Pilon, Rémi Goulet, William Monette et Alice Morel-Michaud. Ce film prendra l’affiche le 21 décembre prochain.

Mon appréciation du film se trouvera dans la section CINÉMA de ce site à partir du 21 décembre 2012.

SYNOPSIS

Janeau Trudel, un jeune hockeyeur prodige de 12 ans, déménage dans une nouvelle ville suite à la mort tragique de sa mère. Il se lie d’amitié avec la gardienne de but de sa nouvelle équipe, une jeune fille talentueuse et déterminée qui désire à tout prix participer au tournoi de hockey Pee-Wee de Québec. Malheureusement, certains de leurs camarades ne voient pas l’arrivée de Janeau dans l’équipe d’un oeil positif. Arrivera-t-il à mener ses coéquipiers au tournoi, malgré les querelles et la jalousie? 

Entrevue avec Christian Larouche le producteur

Questions pour Christian Larouche le producteur :

De vous lancer dans un projet de film en 3D, c’est une aventure très risquée, surtout que c’est une première au Québec. Est-ce que vous avez eu de la difficulté à obtenir le financement pour ce film ? Et pourquoi avoir choisi de sortir ce film en 3D  ? 

cliquez sur ce lien pour écouter l’audio : financement3D

 

Vous avez tourné plusieurs séquences de hockey à Québec n’est-ce pas ?

« On a tourné quelques jours durant le tournoi pee-wee de Québec et ensuite, on est revenu tourner pendant 3-4 jours au Colisée. Il est certain qu’avant de venir tourner à Québec, on est venu faire du repérage, deux années avant, pour voir le tournoi pee-wee et s’assurer que l’on comprenait bien la mécanique du tournoi. Même si deux des auteurs avaient déjà participé au tournoi pee-wee, on trouvait que c’était bien de le vivre toute l’équipe. Je suis donc venu avec mon directeur-photo, le réalisateur, le premier assistant et les auteurs, pour pouvoir nous assurer qu’on était véridique. » 

Vous avez fait un concours pour trouver 5 jeunes qui ont eu la chance de faire partie du film, dans quelques séquences de hockey. Quelle était votre motivation pour faire cela ? Donner la chance à des jeunes de participer à un tournage ? 

cliquez sur ce lien pour écouter l’audio : concours_5_jeunes

 

Est-ce que vous avez dû faire des compromis, faute de budget ou de temps, ou bien si vous avez fait le film que vous vouliez faire ? 

cliquez sur ce lien pour écouter l’audio : le_hockey

 

Entrevue avec les auteurs : Martin BOUCHARD, Jean-Sébastien POIRIER, Emmanuel JOLY

Question pour les scénaristes : Emmanuel JOLY, Martin BOUCHARD et Jean-Sébastien POIRIER 

Cela fait 10 ans que Martin et Emmanuel, vous avez ce projet de film. Est-ce que le scénario que vous aviez en tête au départ est bien différent de ce qui a été présenté sur la pellicule ?

Martin : « Non pas du tout. Je te dirais que l’histoire est très similaire depuis un bon bout de temps. Mais c’est sûr qu’il y a eu des changements en cours de route pour l’améliorer. Le noyau des personnages est le même, avec Janeau, Joey et Julie, avec la même trame d’histoire pour chacun d’eux. » 

À quel moment Emmanuel et Martin, vous êtes-vous dit qu’il vous fallait un troisième scénariste pour compléter votre trio d’auteur ?

Martin « Jean-Sébastien, c’est un ami. On travaille tous en cinéma. Et comme il est comédien, il avait déjà une force dans les dialogues. Donc, on l’a embarqué avec nous pour voir si la chimie allait être au rendez-vous et cela a super bien été. » 

Avez-vous eu des moments où vous pensiez qu’il ne se ferait jamais ce film ? Qu’est-ce qui fait que ce fut si long à être mis en route ce projet et comment est-il devenu un projet en 3D ? 

cliquez sur ce lien pour écouter l’audio d’Emmanuel et Martin : defi_scenario_3D

 

À quel moment avez-vous laissé le scénario au réalisateur et au producteur ? Et avez-vous assisté au tournage ? Aviez-vous votre mot à dire jusqu’à la fin ?

Jean-Sébastien « Je dirais qu’on ne l’a jamais vraiment laissé le scénario, jusqu’à la postproduction. On a été là tout au long du tournage. On a même ajusté certaines scènes pendant le tournage. Une fois le tournage terminé, on a laissé le réalisateur, le monteur, le producteur et les experts s’occuper du montage. » 

Il y a plusieurs séquences de hockey dans le film, qui sont très réalistes et permettent aux gens dans la salle de suivre le match, comme si on y était. C’était voulu ainsi dès le départ ? 

cliquez sur ce lien pour écouter l’audio d’Emmanuel : scenes_hockey

 

Édith Cochrane

Questions pour Edith Cochrane qui joue Sylvie, la mère de Julie : 

Parlez-moi un peu de votre personnage. 

cliquez sur ce lien pour écouter l’audio : personnage_edith

 

Qu’est-ce qui vous attirait dans ce rôle, ou de jouer dans ce premier film québécois en 3D ? 

cliquez sur ce lien pour écouter l’audio : interet_du_3D

 

Vous semblez avoir une belle complicité avec Julie (Alice) surtout la scène dans l’auto. Est-ce que cette chimie s’est installée rapidement, aisément ? Également, cela fait plusieurs rôles que vous jouez avec des jeunes comédiens, comédiennes. Comment trouvez-vous le talent de notre relève au Québec ? 

cliquez sur ce lien pour écouter l’audio : chimie_jeunes_acteurs

 

Et êtes-vous une fan de hockey ?

« Je ne peux pas dire que je suis une fan de hockey, mais je trouve que c’est une belle activité sociale. Ça ravive la flamme patriotique. C’est rassembleur. J’aime bien me retrouver en gang pour écouter le hockey. Mon chum est un fanatique de hockey, alors on écoute des fois le hockey chez nous avec des amis. Mais je n’écouterais jamais le hockey toute seule. » 

Entrevue avec Antoine Olivier Pilon, Alice Morel-Michaud, Rémi Goulet et William Monette

Questions pour les quatre jeunes hockeyeurs :  Antoine Olivier Pilon, Rémi Goulet, William Monette et Alice Morel-Michaud 

Rémi, c’était ton premier rôle dans un film. Comment as-tu trouvé l’expérience ? 

cliquez sur ce lien pour écouter l’audio de Rémi : premiere_experience_cinema

 

Qu’est-ce qui a été le plus grand défi pour vous ? Apprendre le hockey ? ou certaines scènes à jouer, si oui lesquelles ?

Antoine : « J’avais déjà joué du hockey bottine, mais aucun de nous ne savait jouer au hockey sur patin et je dirais même qu’on ne savait pas vraiment patiner comme des hockeyeurs, alors on a dû vraiment travailler fort pour apprendre à jouer. C’était des entrainements intenses qu’on avait tous les jours. Mais ce n’était vraiment pas si difficile pour moi. C’était plutôt le fun. Et cela m’a donné le goût de jouer au hockey. Si j’avais le temps, je m’inscrirais dans une ligue de hockey. » 

Mais pour Alice Morel-Michaud, c’est vraiment ce qu’elle a eu de plus difficile à faire sur ce tournage, apprendre à jouer au hockey comme gardien de but. Cliquez sur ce lien pour écouter l’audio : entrainement_alice

 

Et pour William Monette, ce fut l’apprentissage du patin qui fut difficile. Car il n’avait jamais chaussé des patins. Cliquez sur ce lien pour écouter l’audio : william_ne_savait_pas_patiner

 

On sent, à vous voir et vous écouter, que vous avez créé de belles amitiés ensemble n’est-ce pas ?

Cliquez sur ce lien pour écouter l’audio : amitie

 

Est-ce que ce film vous a donné le goût de continuer comme acteur ou si vous avez des plans B, si ça ne fonctionne pas à long terme ?

Pour tous ces jeunes, leur but premier est de gagner leur vie avec ce métier. Mais, ils sont conscients de la réalité de la vie des acteurs. Pour Alice, c’est vraiment dans ce domaine qu’elle se lance. Elle étudie en art dramatique. Pour Antoine et Rémi, ils ont comme plan B de se lancer en affaire. Devenir des entrepreneurs si le métier d’acteur ne les comble pas à temps plein. Ainsi Rémi prévoit poursuivre ses études en Marketing, ou administration, histoire de se lancer en affaire plus tard. Tandis que William, il a la compagnie de téléphone de son père qui est un bon plan B, dans lequel il pourrait prendre la relève, si le métier d’acteur ne lui suffit pas.

Jusqu’à quel point ce sont des doublures qui jouent les séquences de hockey ?

Rémi et Antoine : « 99 % c’est certain. En fait, toutes les séquences sont jouées par les doublures. Ainsi, les divers jeux sont tournés avec les doublures, quelques fois, puis on refaisait la scène, avec nous, mais avec les plans rapprochés. Donc, quand on nous voit de proche, c’est nous, sinon, au loin, ce sont les doublures. »

Alice « Pour mes plans de gardiens de but, c’était rarement moi, qui les faisais, et lorsque c’est moi, on le remarque. En tout cas, moi je le remarque. Mais pour le public, on dirait vraiment que c’est nous. On nous fait paraitre très bon, mais c’est en fait les doublures qui font tous les beaux jeux. » 

Normand Daneau

Questions pour Normand Daneau qui joue le père de Janeau.

Parlez-moi un peu de votre personnage. 

Cliquez sur ce lien pour écouter l’audio : personnage_normand

 

Qu’est-ce que qui vous attirait dans ce rôle ? 

Cliquez sur ce lien pour écouter l’audio : pourquoi_ce_role_vous_tentais

 

Comment avez-vous trouvé le résultat, après la transformation du 2D en 3D et le montage et tout…?

« C’est assez réussi, de tourner ainsi en 2D et de le gonfler en 3D par la suite. Pour les gens de Vision Globale qui ont fait cette transformation, c’était une première pour eux aussi. Et le résultat est vraiment très bien. C’est un film qui a beaucoup de rythme et qui dure 2 heures, il faut le faire. Et pourtant, on trouve que le temps passe très vite. Et les scènes de hockey sont vraiment très bien faites. » 

Et est-ce que vous êtes un fan de hockey ?

« Oui, j’ai toujours été un fan de hockey, mais je n’ai jamais été un grand joueur. Et je viens de Québec et j’ai, à mon époque, tripé sur les Nordiques et j’aimais bien aller voir le tournoi pee-wee de Québec. »  

Entrevue avec Éric Tessier

Questions pour Éric Tessier le réalisateur

Pourquoi vouliez-vous embarquer dans ce projet au départ ? 

Cliquez sur ce lien pour écouter l’audio :  pourquoi_realiser_ce_film

 

D’avoir autant de monde sur le plateau à diriger (figurant, acteurs, doublures et techniciens), en plus d’avoir le souci du 3D, quel a été votre plus grand défi en tant que réalisateur ? 

Cliquez sur ce lien pour écouter l’audio : defi_realisateur

 

Dans le film, il y a pas moins de 24 chansons, qui sont toutes des pièces de groupe ou chanteur québécois. Comment s’est fait le choix des chansons ? Et pourquoi autant de pièces différentes ?

« Je suis très fière de cela, car ce sont effectivement toutes des chansons québécoises et même des pièces qu’on n’entend pas souvent pour la plupart. Ça faisait longtemps que je voulais mettre de la musique pop dans un film et je me suis aperçu que la musique et le hockey, ça va très bien ensemble, parce que c’est un spectacle le hockey. Donc, durant le montage, j’ai appelé une amie à moi, Marie-France, qui s’occupe entre autres de choisir les pièces musicales qui jouent au retour des pauses à l’émission Tout le monde en parle. Je lui ai demandé de me faire une liste de chansons. Elle a donc fait une recherche et m’a fourni 85 pièces à écouter. Je les ai écoutés et essayés pendant la période du montage du film. Et ensuite, j’ai vendu l’idée à Christian Larouche, le producteur, qui, bien que ce soit compliqué à gérer les droits de musique, il a été très ouvert à mon idée. Il y a aussi de la musique originale dans le film. On ne la remarque pas vraiment, car elle est tellement bien mélangée au reste. C’est un 20 % de musique environ,  fait par Christian Clermont. Son but, c’était qu’on ne s’en aperçoive pas. Et c’est réussi. » 

Ce film prendra l’affiche le 21 décembre prochain. 

FICHE ARTISTIQUE 

Janeau : Antoine Olivier PILON

Joey : Rémi GOULET

Julie : Alice MOREL-MICHAUD

Éric : Gabriel VERDIER

Alex : Thomas DERASP-VERGE

Jimmy : William MONETTE

Luis : Justin BUSTAMANTE

Gonzalo : Joseph BUSTAMANTE

Justin : Jérémy ST-ONGE

Carl Trudel :  Normand DANEAU

Sylvie Morneau : Édith COCHRANE

Mike Boulanger : Guy NADON

Luke Boulet : Claude LEGAULT

Line Boulet :  Sophie PRÉGENT

Frank :  Bobby BESHRO

Chantale : Brigitte LAFLEUR

Gilles : Jean-François BOUDREAU

Élaine :  Julie LE BRETON

 

Toute l’équipe de promo du film. Auteurs, réalisateur, producteur, comédiens.

ÉQUIPE TECHNIQUE

Réalisateur : Éric TESSIER

Producteur : Christian LAROUCHE

Producteur délégué et au contenu : Claude PAIEMENT

 Producteurs exécutifs :

Christian LAROUCHE,

Robert MÉNARD,

Valérie BISSONNETTE

 Scénaristes :

Emmanuel JOLY

Jean-Sébastien POIRIER

Martin BOUCHARD

 Idée originale :

Martin BOUCHARD

Emmanuel JOLY

 Script doctoring : Ian LAUZON

dialogues additionnels : Hugo DUBREUIL

Distribution des rôles : Nathalie BOUTRIE

Directrice de production : Marie-Ginette LANDRY

Direction artistique : David PELLETIER

Création des costumes : Carmen ALIE

Chef maquilleuse : Julie CASAULT

Chef coiffeur : Daniel JACOB

Son : Simon GOULET

Conception sonore : Mathieu BEAUDIN

Mixeurs :

Bernard GARIÉPY-STROBL

Luc BOUDRIAS

Musique originale : Christian CLERMONT

Montage image : Alain BARIL

Superviseur des effets visuels : Gaël HOLLARD

Directeur de la photographie : Bernard COUTURE csc

Photographe de plateau : Eric MYRE

Superviseur de postproduction : Erik DANIEL

 Christal Films

Page Facebook officielle : www.facebook.com/PeeWeeLeFilm

Site web officiel : www.lespeewee3d.com 

Crédit photos : Courtoisie

 crédit photos : Lise Breton photographe