Dream Theater, plus que du rêve, de l’émotion pure !

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
33
John Petrucci.
John Petrucci

Après une tournée de 30 concerts, réalisés dans 16 pays d’Europe, le groupe métal progressif Dream Theater était de passage hier à Québec. C’est dans le cadre de sa tournée mondiale Along for the Ride que le groupe originaire de Boston s’est donné en prestation au Pavillon de la jeunesse.  Le groupe formé en 1985 fait actuellement la promotion de son 12e album studio. L’album éponyme, lancé en septembre 2013, a connu un succès mondial dès sa parution. La pièce The Enemy Inside, tirée de cet album, leur a valu une nomination aux Grammy Awards  dans la catégorie Meilleure performance métal

Pour le groupe, c’était une seconde nomination consécutive. En effet, l’année précédente, la pièce On the back of angels tirée de l’album A dramatic turn of events valait au groupe sa première nomination aux prestigieux Grammy Awards.

Bien qu’initialement Québec ne fût pas inclus dans l’itinéraire de la tournée Along for the Ride , Headline Production a réussi le tour de force de faire ajouter cette prestation supplémentaire entre celle de Montréal et celle de Boston.  La dernière présence du groupe en sol québécois remontant à octobre 2011, les amateurs de métal progressifs de la grande région de Québec ont applaudi l’annonce de la venue du groupe au Pavillon de la jeunesse.

 

James LaBrie
James LaBrie

C’est donc devant une foule déjà conquise que les cinq membres du groupe ont donné leur prestation, une prestation qui débute par la projection d’une animation sur un rideau temporaire suspendu en avant de la scène. Accompagné musicalement par un enregistrement de la pièce False Awakening Suite tirée du plus récent album, on nous présente une succession d’images, plus fortes de sens les unes que les autres.  Puis, le rideau tombe et le voyage musical commence…

Les projecteurs s’animent et nous font découvrir les cinq musiciens sur une scène dépouillée où la batterie imposante de Mike Mangini   constitue le principal attrait visuel. Cette sobriété de la scène laisse toute la place aux musiciens, à leur musique ainsi qu’aux jeux de lumière et aux projections faites sur l’écran géant situé à l’arrière de la scène. Dream Theater brise la glace en présentant leur nouveau succès, The Enemy Inside (nominée aux Grammy Awards). Cette pièce donne le ton à la soirée où les pièces des albums Dream Theater, Awake et Scenes from a memory seront mises en vedette pendant ce merveilleux voyage musical d’une durée de 3 heures.

John Myung, Mike Mangini et John Petrucci
John Myung, Mike Mangini et John Petrucci

Tout au long de la soirée, nous avons eu droit à une performance de haut niveau de la part des cinq musiciens. Pris un à un, ce sont tous des virtuoses et l’union de leurs talents ne peut que nous ébahir. La précision rythmique, la justesse musicale, la justesse vocale, tout y est. La voix de James LaBrie est impressionnante. Malgré toute l’intensité de son rendu vocal et le nombre de concerts de la présente tournée, elle demeure d’une justesse que bien des chanteurs peuvent lui envier.  Mike Mangini est d’une précision chirurgicale à la batterie. Il meuble chaque instant de rythmes et de sonorités qui place son apport musical à un niveau qui dépasse le simple support rythmique. Il a d’ailleurs la chance de nous démontrer son savoir-faire lors du solo qu’il exécute durant la pièce Enigma Machine.  Son confère John Myung, bien que très réservé sur scène, nous impressionne par sa virtuosité à la basse.  Son style n’est peut-être pas éclatant, mais la prestation qu’il nous donne l’est !  Du haut de son podium, Jordan Rudess est flanqué de ses deux claviers à mécanismes rotatifs et il nous livre une performance parfaite. Il utilise les nombreuses sonorités de ses claviers pour créer des atmosphères planantes, pour ajouter la sensibilité du piano ou l’énergie de l’orgue et pour réaliser des solos de synthétiseurs à l’emporte-pièce.  À deux reprises il quitte son podium, clavier portatif en bandoulière, il passe à l’avant-scène pour nous en mettre plein la vue et surtout, plein les oreilles. Tout au long de la soirée, il partage les solos avec ceux de John Petrucci. John, membre fondateur du groupe est aussi considéré comme la pierre angulaire de celui-ci. Il est reconnu tant pour son rendu technique que son rendu mélodique. Sa prestation à elle seule mérite le déplacement. Il maitrise son instrument à la perfection. Sa guitare sept cordes lui permet d’élargir la portée de son rendu et de nous offrir une gamme d’émotions encore plus profondes. Il est en mesure de performer à une vitesse désarmante et l’instant d’après de nous séduire avec des lignes musicales d’une grande sensibilité.

Dream Theater nous a offert une prestation de haut niveau appuyée par des jeux de lasers très sophistiqués et des présentations visuelles sur écran géant d’une grande qualité. La maturité et le professionnalisme de ce groupe sont indéniables. Leurs admirateurs ont su démontrer l’admiration et l’amour qu’ils ont pour ce groupe qui, musicalement, fait leur bonheur depuis près de 30 ans. Pour moi qui ne possède pas d’album du groupe et qui assistais à un premier concert de ceux-ci, ce fut un moment d’une grande intensité où leur musique a su me conquérir. Je me souhaite donc, ainsi qu’aux admirateurs de Dream Theater, que le groupe revienne nous visiter dans les années à venir !

Galerie Photos du concert : http://danielbouchard.zenfolio.com/dream-theater/slideshow

Liste des pièces jouées :

Première partie

Intro         False Awakening Suite (Dream Theater, 2013)

1.               The Enemy Inside  (Dream Theater, 2013)

2.               The Shattered Fortress  (Black Clouds & Silver Linings, 2009)

3.               On the Backs of Angels  (A Dramatic Turn of Events, 2011)

4.               The Looking Glass (Dream Theater, 2013)

5.               Trial of Tears (Falling into infinity, 1997)

6.               Enigma Machine (Dream Theater, 2013)

7.               Along for the Ride (Dream Theater, 2013)

8.               Breaking All Illusions  (A Dramatic Turn of Events, 2011)

Entracte de 15 minutes

Seconde partie

9.               The Mirror (Awake, 1994)

10.             Lie (Awake, 1994)

11.             Lifting Shadows Off a Dream (Awake, 1994)

12.             Scarred (Awake, 1994)

13.             Space-Dye Vest (Awake, 1994)

14.             Illumination Theory (Dream Theater, 2013)

Rappels

15.             Overture 1928 (Scenes from a memory, 1999)

16.             Strange Déjà Vu (Scenes from a memory, 1999)

17.             The Dance of Eternity (Scenes from a memory, 1999)

18.             Finally Free (Scenes from a memory, 1999)

Finale       Illumination Theory

 Site officiel de Dream Theater : www.dreamtheater.net/

Facebook : https://www.facebook.com/#!/dreamtheaterofficial?fref=ts

 Crédit photos :  Daniel Bouchard