Entrevue avec Carole Laure et ses acteurs dans le film Love Projet

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
182
Carole Laure, Magalie Lépine-Blondeau et Benoît McGinnis, pour le film Love Project
Carole Laure, Magalie Lépine-Blondeau et Benoît McGinnis, pour le film Love Project

Carole Laure présente son quatrième film, Love Projet» qu’elle a écrit et réalisé et qui a été présenté en primeur, le 17 octobre dernier, au 43e Festival du nouveau cinéma (FNC). La sortie en salles au Québec sera le 24 octobre 2014. 

Love Projet, met en vedette entre autres Magalie Lépine-Blondeau, Benoît McGinnis, Natacha Filiatrault, Éric Robidoux et Tomas Furey, en plus d’une participation spéciale de Céline Bonnier et de Pascale Bussières.

Synopsis

Film choral, LOVE PROJET raconte la vie de jeunes adultes évoluant dans le monde artistique, autour du projet d’une metteure en scène : Touga. La génération Y, vingtaine et début trentaine, vit dans une période où l’éphémère règne, écartelée entre ses rêves de liberté absolue et son angoisse face à l’avenir. Pour eux, tout doit aller vite et les choix sont compliqués à faire. Leurs rapports amoureux testent les frontières des identités sexuelles, l’amour romantique et le sexe de consommation. Ils évoluent, se désirent, pleurent, travaillent et se débattent avec leur appétit de vivre. L’art les révèle aussi dans ce récit ancré dans le présent.

Mon appréciation du film est disponible via ce lien :

http://info-culture.biz/2014/10/23/love-projet-un-film-choral-ou-danse-chant-et-emotions-sont-au-rendez-vous/#.VEl8TiKG-So

Voici mes entrevues réalisées avec Carole Laure, Magalie Lépine-Blondeau et Benoît McGinnis.

Carole Laure
Carole Laure

Carole Laure D’où vous est venue l’idée de ce 4e film après 7 ans depuis votre dernier film?« J’avais tourné rapidement mes 3 premiers longs métrages, et ensuite, j’ai produit les spectacles de mon mari Lewis Furey. Et c’est pendant que je produisais ses spectacles que j’ai écrit ce 4e film. C’est un film qui parle de la génération de mes enfants. Je voulais dépeindre cette génération de jeunes adultes d’aujourd’hui, à Montréal, très talentueux qui dansent, chantent et jouent. Ils ont un appétit de vivre hallucinant et ils sont boulimiques de vouloir tout faire en même temps. Et ils réussissent. C’est fascinant. J’ai donc voulu les montrer dans leur vie personnelle, mais également sur scène, lors des répétitions de leur art. Ainsi, on peut voir comment ils travaillent en collaboration entre eux. C’est tellement beau de les voir travailler à l’unisson. Mais aussi, on voit comment ils sont dans leur vie personnelle, qui est bien différente les unes des autres, avec chacun leur humanité et leur lot de problèmes. Naturellement, cela est ma vision, mon interprétation de cette jeunesse. J’y applique mon filtre à moi et comme je vois la vie de manière théâtrale, alors je l’ai reproduit dans ce film, cette théâtralité dans leur vie et sur scène. Et jamais je ne les juge ces jeunes, je les regarde avec amour. Que ce soit cette jeune femme qui a un petit enfant dont elle ne sait pas qui est le père, ou ce grand romantique qui tombe amoureux fou de cette jeune femme qui, elle, met toutes ses énergies à s’occuper une jeune adolescente. Ces histoires, elles viennent de mon imaginaire, mais aussi de ce que je vois autour de moi. Par exemple, c’est de l’expérience de Catherine De Léan (qui jouait dans mon film La capture) qui s’occupait d’une jeune fille de 13 ans dans un organisme de petites sœurs,  que m’est venu l’idée de la jeune femme qui s’occupe de l’adolescente.  » 

Les chansons sont superbes, les danses aussi. Comment se sont greffées les chansons au film? « C’est la première fois que je fais appel à mon conjoint Lewis Furey pour faire la musique d’un de mes films. Je savais que Lewis est capable d’écrire des chansons qui vont allumer la dramatique de mon film. Je voulais que les chansons continuent l’action. Et non pas faire une comédie musicale où l’histoire arrête le temps d’une chanson. L’écriture de Lewis et la façon dont il les a créées, font partie intégrante du scénario. Les chansons et les danses font avancer mon histoire. »

Et pour les chorégraphies, qui en sont les créateurs? « La première chorégraphie très acrobatique a été créée par une nouvelle chorégraphe très en vogue en ce moment, Mélanie Demers. Ensuite, il y a deux autres chorégraphies, dont celle avec les 5 garçons qui dansent et tournent, et celle dans la forêt avec Natacha, ont été créées par Dave St-Pierre. Et finalement, la danse du tango contemporain a été créée par Marie-Claude Rodrigue. » 

Comment c’est fait le choix des acteurs? Magalie, Benoit, Céline Bonnier, et autres? Vous aviez déjà des idées en tête (acteur, chanteur, danseur?) «Je les connaissais tous. Je les ai tous choisis pour les avoir déjà vu jouer, danser, chanter quelque part. Benoit je l’avais vu dans Hamlet. Il sait tout faire. Magalie je l’avais vu aussi au théâtre. Éric Robidoux, celui qui joue le gai, il est un danseur pour Dave St-Pierre en plus d’avoir joué de grands rôles au théâtre. Natacha Filiatrault, diplômée en danse, n’a pas d’expérience comme actrice, mais elle est d’une grande crédibilité. Elle est géniale cette fille. C’est la première fois qu’elle est à l’écran. Elle dansait pour Dave St-Pierre. D’ailleurs, elle fait une magnifique chorégraphie dans la forêt. Aussi Victoria Diamond, la jeune blonde, est également une excellente danseuse que j’ai vue aussi au théâtre. Ensuite, mes deux grandes complices, Pascale Buissière et Céline Bonnier ont généreusement accepté de jouer des rôles plus petits, mais tellement importants, dans mon film. » 

Et votre fils Tomas également joue dans le film. «Oui, Tomas c’est son premier rôle. Mais il chante très bien. Il est en train de faire un album. Il a aussi composé les 3 pièces électro dans le film. C’était donc approprié qu’il ait un rôle dans le film. »  

Il y a également un petit garçon dans le film qui est formidable. Qu’est-ce qu’il vient ajouter à ces histoires de jeunes artistes? «Ce petit garçon de 7 ans, il traverse tout mon film. Il est le fils du personnage joué par Natacha. Je voulais que ce personnage de petit garçon se débrouille tout seul dans la ville et qu’on pense toujours qu’il soit en danger. Dans la forêt, le petit garçon rencontre un homme mystérieux. Aussi,il est un amoureux du country et il se trouve même une famille pour s’occuper de lui, même s’il aime énormément sa mère. Il est fabuleux ce petit.»

La première a eu lieu à Montréal récemment. Quelles ont été les réactions ? : «Lors de la première à Montréal, dans une salle de 800 personnes, salle comble, la réaction a été excellente. » 

Magalie Lépine-Blondeau,
Magalie Lépine-Blondeau,

Magalie Lépine Blondeau Parlez-moi de votre personnage. Décrivez-la-moi. « Je joue Louise. C’est une femme assez introvertie, qui a du mal à s’ouvrir, qui a de la difficulté avec l’intimité. Et elle va chercher dans l’art une certaine libération. Quand elle est sur la scène en répétition, elle laisse aller sa féminité et sa sensualité beaucoup plus librement que dans la vraie vie. Elle vit une histoire d’amour un peu chambranlante avec Alex (Benoit McGinnis) et elle tente de sauver une jeune femme qu’elle marraine dans un organisme des petites sœurs.»

Qu’est-ce qui vous plaisait dans l’idée de jouer dans ce film? «Tout d’abord de travailler avec Carole qui est une artiste que j’admire et respecte et elle a un univers très singulier et unique. Également, il y a tout le travail autour des chansons, avec Lewis Furey qui m’intéressait beaucoup. » 

Le fait de chanter et danser dans ce film, c’était votre grand défi? “Oui, absolument. Pour le chant surtout. On a travaillé en amont, avant le début du tournage, avec Carole et Lewis qui a un univers musical qui lui est propre. On cherchait une texture vocale particulière. On n’a pas chanté comme nous on chanterait dans la vie. Il nous a plutôt amenés à nous mouler à son univers en fait. »

Comment c’était de travailler avec Carole Laure comme réalisatrice?«Je trouve que la réalisatrice est assez à l’image de la femme. Très généreuse, beaucoup dans la création. Autant elle nous laisse une part de liberté, autant elle a la tête dure, très décidée, pour certaines choses. Elle a un bon leadership et elle vit avec son cœur et c’est donc comme ça qu’elle nous a dirigés. Elle est intense et vibrante, de belles qualités. »

Quels sont vos autres projets? « Je viens de finir de tourner la série Boomerang qui sera sur les ondes de TVA en janvier 2015, aux côtés d’Antoine Bertrand et Catherine-Anne Toupin.  Je suis présentement dans le tournage de 19-2 et j’anime une émission à TV5 sur le tourisme durable qui s’appelle partir autrement. Et sur les planches, à Montréal, à l’espace Go, je jouerai en janvier 2015 dans l’univers d’un tramway nommé désir sous la direction de Serge Denoncourt.»

Benoît McGinnis
Benoît McGinnis

Benoît McGinnis Parlez-moi de votre personnage. Décrivez-le-moi. « Je joue le personnage d’Alex. On est tous des gens à la recherche de l’amour dans le film, mais Alex est celui qui est le plus amoureux, quasi romantique. Et Alex a des problèmes avec son père à la maison, mais il essaie de compenser par rapport à l’amour qu’il pourrait avoir dans sa vie avec Louise (joué par Magalie Lépine-Blondeau). Dans le film, c’est le personnage qui peut sembler le plus équilibré de tous, mais lui aussi a des failles. On les voit moins, et il est moins flamboyant que les autres personnages. Peut-être plus près de ce que je suis dans la vie.» 

Qu’est-ce qui vous plaisait dans l’idée de jouer dans ce film? « Premièrement, l’invitation de Carole Laure, juste le fait de travailler avec elle, c’est sûr que ça me tentait. Ensuite, le scénario me plaisait beaucoup et aussi j’avais le goût d’aller chanter et danser et jouer. C’est rare qu’on a l’opportunité dans un film au Québec, de montrer plusieurs talents » 

Le fait de chanter et danser dans ce film, c’était votre grand défi?« Oui. Car jouer, on est habitué de le faire, mais de travailler des chansons de cette façon-là, c’est plutôt rare. Cela a été un travail exigeant, mais stimulant qui a nécessité une grande préparation avant le film. On a enregistré toutes les chansons, et ensuite, pendant le tournage du film, il fallait faire du lipsynch sur les chansons qu’on avait enregistrées. C’était toute une technique à suivre pour être synchro qu’on n’avait jamais faite. »

Comment s’est faite la complicité entre Magalie et vous? « On ne se connaissait pas personnellement, et on n’avait jamais joué ensemble. Mais j’avais vu jouer Magalie au théâtre et je savais qu’elle était une actrice que j’appréciais. Et ça s’est très bien passé. Et surtout, passer toutes les étapes avant le tournage avec les chansons et la danse, avec une alliée comme elle, c’est encore plus agréable. Et ça solidifie les liens quand vient le temps de s’aimer dans le film.» 

Comment c’était de travailler avec Carole Laure comme réalisatrice?« Elle est très exigeante. Elle sait ce qu’elle veut.  Ses idées sont très claires. Elle sait où elle s’en va. Mais en même temps, c’est une maman aussi. Elle est là avec nous. Elle veut être certaine que tout va bien et qu’on est à l’aise. C’est donc un bon équilibre qu’on retrouve en elle.»

Quels sont vos autres projets? « Je viens de terminer samedi dernier (18 octobre) la pièce Being at home with Claude, au TNM et on part en tournée au Québec pour le présenter  dont à la Salle Albert-Rousseau le 10 novembre prochain. »

Pour en savoir plus sur cette pièce de théâtre et ce qu’il avait à me raconter, cliquez sur ce lien :

http://info-culture.biz/2014/10/20/entrevue-avec-benoit-mcginnis-pour-la-piece-being-at-home-with-claude/#.VEWyLCKG-So

Pour la galerie de photos https://www.flickr.com/photos/infoculturephotos/sets/72157646556201584/

Genre: drame choral – Durée: 1h43 – Tournage: 25 jours entre le 18 septembre et le 20 octobre 2013, à Montréal et environs – Budget approximatif: 2,4M$

Fiche artistique

Magalie Lépine-Blondeau (Louise)

Benoît McGinnis (Alex Lapointe)

Natacha Filiatrault (Julie)

Éric Robidoux (Marc)

Céline Bonnier (Touga)

Tomas Furey (Eliott)

Victoria Diamond (Catherine)

Charles-William Ross (Diamond)

Alice Morel-Michaud (Ève)

Pascale Bussières (Mme Cowboy)

Roger La Rue (Le cowboy)

Benoît Lachambre (Paulo Lapointe)

Louise Bombardier (Mona)

Louise Latraverse (La Psy de Julie)

 

Fiche technique

Réalisatrice / Scénariste
Carole Laure

Compositeur
Lewis Furey

Directeur de la photographie
Daniel Jobin

Directeur artistique
Patrice Bengle

Costumes
Michèle Hamel

1ère assistante à la réalisation
Carole Dubuc

Preneur de son
Thierry Morlaas-Lurbe

Conception sonore
Robert Labrosse

Mix sonore
Gavin Fernandes

Production musicale
LF Productions

Directeur de casting
Daniel Poisson

Directeur de postproduction
Pierre Thériault

Montage
Sylvain Lebel, Carole Laure

Productrice
Lyse Lafontaine

Producteur
François Tremblay

 

Studio de production

Lyla Films

Distributeur au Québec

Les Films Séville

http://lylafilms.com/distribution/love-projet/

http://www.carole-laure.com/

Crédit photo : Réjeanne Bouchard