Tout le monde en parle- les invités du dimanche 19 avril 2015

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
47
Sugar Sammy © photo: Karine Dufour
Sugar Sammy © photo: Karine Dufour

Avanti Ciné Vidéo autorise la publication de ces images aux seules fins de promotion de l’émission Tout le monde en parle. Toute autre utilisation, sous quelque forme que ce soit, emporte des droits qui devront faire l’objet d’une entente préalable avec le producteur. Nous vous remercions de votre compréhension.

CE GARS-LÀ
Sugar Sammy n’a pas qu’un côté givré, puisqu’il flirte plus souvent qu’à son tour avec un registre salé. Si le macho de Ces gars-là a fait fondre le cœur d’un public nombreux, francophone, anglophone et allophone, il s’est aussi attiré quelques détracteurs à l’Office québécois de la langue française et à… Shawinigan. Les premiers en raison d’une campagne controversée qui vient de valoir à son agence publicitaire un prix Créa et les seconds, à cause d’une blague acerbe sur la ville mauricienne. Le dicton ne dit-il pas que l’on rit de ceux qu’on aime?

CONCILIATION MONTRÉAL / L.A.
La succession des tournages aux États-Unis et au Québec ont fait de Karine Vanasse une comédienne sans domicile fixe! Bien que, grâce à la série Revenge (ou Vengeance au Québec), son visage soit devenu familier aux quatre coins de la planète, elle continue de nous faire cadeau de sa bouille dans des séries bien de chez-nous. Ainsi, on la verra dans une prochaine production de Fabienne Larouche. Elle agit aussi à titre de productrice du film tiré de la bande dessinée Paul à Québec. En conciliant les divers rôles qui se présentent à elle, elle conserve sa carte de visite à Los Angeles et un pied-à-terre au Québec!

SON ÉTOILE BRILLE
Bonne nouvelle pour Denis Villeneuve dont le second film américain, Sicario, se retrouve en compétition officielle au prochain Festival de Cannes. Il est d’autant plus fier qu’il n’a pas eu, en embarquant dans la grosse machine américaine, à sacrifier son identité et sa liberté de créateur. C’est avec beaucoup d’enthousiasme qu’il évoque la réalisation de la suite du mythique film de science-fiction Blade Runner, film auquel il voue un culte depuis l’adolescence. Juste avant, il réalisera un autre film de science-fiction, The Story of Your Life, qu’il a insisté pour tourner… au Québec.

LE RETOUR
Elle jette parfois un regard vers l’arrière, mais elle marche droit devant, portée par la liberté d’une vie retrouvée. Pauline Marois a eu du temps pour se remettre de ses émotions et pour réfléchir. Avec le recul, elle attribue la cuisante défaite du Parti québécois lors des dernières élections à la peur d’un référendum. De son propre aveu, l’élection de son parti en position minoritaire en 2012 aurait dû signifier le début d’une grande analyse sur la question, ce qui n’a pas été fait, faute de temps. Pauline Marois se refuse à tout commentaire à propos de la course à la direction en cours. Néanmoins, peu importe qui l’emportera, elle émet le souhait de s’impliquer bénévolement et à temps partiel, mais plus jamais comme élue.

100 ANS LES YEUX FERMÉS
100 ans après le génocide qui a tué plus d’un million et demi d’Arméniens, Patrick Masbourian propose un devoir de mémoire à travers un documentaire que diffusera ICI RDI. Pour l’animateur d’origine arménienne, il est important de se souvenir, d’une part pour honorer ses racines, et d’autre part pour pointer le doigt sur le fait que 100 ans plus tard, certains pays ne reconnaissent pas encore ce massacre comme un génocide. Le climat géopolitique explosif qui règne toujours dans ce coin du monde n’aide pas les choses. En présence de Denis Villeneuve, avec qui il avait participé à la Course Europe-Asie en 1990, Patrick Masbourian fait un touchant post-mortem sur son expérience de cinéaste.

FAIRE MENTIR LA MALADIE
Johanne Fontaine, à qui on ne donnait que deux ans à vivre en 2010, a réussi, après trois cancers et cinq opérations, à combattre la maladie. Quand le diagnostic est tombé, c’est la lumière qu’elle a choisie, chassant la colère et l’amertume de sa vie. C’est en maintenant un rythme hyperactif et en sollicitant son corps et son esprit qu’elle a su rebondir. La bouillante comédienne, qui prend de la place, parle fort et bouge sans arrêt, se confesse : « Oui je suis une femme intense, mais c’est ce qui m’a sauvée de la mort ». Ayant choisi de ne pas vivre son combat seule, elle partage son intimité dans le documentaire Accro à la vie.