Table rase, un souper de fille sans tabous ni complexe. Un texte lucide et cru qui frappe fort!

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
96
Table Rase
Table Rase

Après un succès critique et public, à l’Espace libre de Montréal, et le prix du meilleur texte original Montréal en 2016, la pièce Table rase est présentée durant le Carrefour international de théâtre de Québec, les 2,3 et 4 juin au théâtre Périscope.

Résumé

Six filles dans la vingtaine débarquent dans un chalet pour y passer une soirée très spéciale. Ensemble, elles ont conclu un pacte : faire table rase de leur passé et de leur vie actuelle pour repartir à zéro, après l’eucharistie de cette dernière Cène. Elles débordent de vitalité, d’énergie, d’espoir, mais aussi de doutes, d’angoisses, de complexes. Et elles n’ont pas la langue dans leur poche! Autour de la table, les bouteilles se vident, les conversations s’enflamment. Aucun sujet n’est tabou. Les amies se livrent jusqu’à l’impudeur, déballant leur intimité dans un langage parfois très cru avec une franchise ahurissante. Les comédiennes évoluent dans une adéquation totale avec leurs personnages, et les dialogues, extrêmement punchés, sont construits avec une telle justesse et livrés avec un tel naturel et une telle vérité qu’on a peine à croire qu’il ne sont pas improvisés… ce qu’ils ont d’abord été, en fait. 

Décor sans mur
Décor sans mur

Avec la disposition de la scène au milieu de la salle, et le public disposé des deux côtés de la scène, on comprend déjà, avant même que la pièce ne débute, que le public fera partie intégrante de ce décor sans mur et qu’il sera voyeur de ce dernier souper de fille, qui changera à jamais leurs vies.  Une table en plein milieu de la scène, des chaises tout au tour, laissant prévoir que les actrices nous tourneront assurément le dos à tout moment, un divan à un bout de la pièce et la porte d’entrée avec le stéréo à l’autre bout, nous laisse vite comprend qu’on se trouve dans un chalet, un huit clos où tout peut arriver.

Dès les entrées sur scène, les six jeunes femmes parlent en même temps, s’activent, se déplacent, comme si elles étaient seules, sans public autour, comme si c’était improvisé et non pas un texte de pièce de théâtre. On dirait presque une téléréalité.

Elles sont excitées, exaltées, pleines d’énergies et de bonne humeur à l’idée de cette soirée palpitante qui s’annonce où l’alcool coule à flot avec une vingtaine de bouteilles de vin et la bouffe qui s’accumule sur la table.

L'alcool coule à flot
L’alcool coule à flot

À tour de rôle, mais souvent en même temps, ces jeunes femmes dans la fin vingtaine, y vont d’anecdotes sur leurs relations avec les hommes, leurs expériences sexuelles dans les plus fins détails, avec un langage cru, sans filtre, et sans retenue.  Elles rient. Elles se taquinent. Elles se chamaillent. Elles s’exposent. Elles sont «loud», et peu à peu, entre les anecdotes et les souvenirs cocasses, elles creusent et atteignent leurs douleurs, leurs peurs, leurs faiblesses, leurs attentes face à la vie, leurs désillusions, leurs colères et leurs espoirs d’une vie meilleure.

On découvre un brin de leurs personnalités, à travers tous ces mots. Il y a la romantique, l’angoissée, la contrôlante, la sage, la maternelle, l’exubérante. On leur découvre des événements douloureux dans leur passé, et des sujets forts sont abordés, parfois juste effleurés, comme l’anorexie, le viol, l’alcoolisme, l’infidélité, l’avortement, les relations incestueuses, la maladie, la mort.

On apprend assez rapidement que ce souper de fille aux allures joyeuses, délurées et explosives, n’est qu’un prétexte pour faire table rase, tout effacer et repartir à zéro. On rit, mais à tout moment l’atmosphère change et on est troublé à la toute fin par un moment fort touchant que je vous laisserai découvrir par vous-mêmes.

Une pièce qui porte à réflexion sur notre propre vie. Sommes-nous satisfaits de notre parcours de vie? Est-ce qu’il est encore temps de repartir à zéro?

Marie-Anick Blais
Marie-Anick Blais

Ces six comédiennes, je ne les connaissais pas et elles m’ont épaté. Elles sont extrêmement convaincantes dans leurs rôles. En fait, on pourrait croire qu’elles ne jouent pas. Elles SONT!  On sent la belle complicité entre elles. Elles sont à la fois touchantes et troublantes. En apprenant à les connaître lentement on comprend un peu plus leur attitude, leurs angoisses, leurs actions.  Mon personnage préféré dans cette pièce est assurément celui interprété par Marie-Anick Blais. À la fois sage et lucide, cette jeune femme qui accepte et fait un choix crucial et définitif m’émeut énormément. Et alors que les cinq autres personnages se tiraillent, s’engueulent ou rigolent, je me surprends à ne regarder que Marie-Anick, en retrait, qui observe, savoure et s’imprègne des élans de ses amies.

Personnellement, ce genre de souper ne ressemble en rien à ce que j’ai déjà vu et je n’ai pas l’impression d’avoir déjà vécu ce genre de relations avec mes amies, mais j’imagine que cela peut être représentatif d’une jeunesse actuelle, de femmes assumées dans leur sexualité. Le texte de Catherine Chabot est très cru. Il dérange et bouscule. Ce n’est pas surprenant qu’il a gagné un prix du meilleur texte original.

ENTRETIEN AVEC LES ARTISTES

Vendredi 2 Juin  |  22h45 Théâtre Périscope

Après la présentation de la pièce, il y a eu une discussion avec l’équipe du spectacle.

Galerie de photos du carrefour de théâtre :

https://www.flickr.com/photos/48796411@N07/albums/72157684215876816

Théâtre Périscope

En français1 h 30 min

2,3,4 juin 21h

Table rase sera présenté à nouveau à l’Espace Libre à Montréal du 19 au 29 octobre 2017

Mise en scène Brigitte Poupart
Production Transthéâtre 

Texte Catherine Chabot avec la collaboration de Brigitte Poupart et des interprètes :Vicky Bertrand, Marie-Anick Blais, Rose-Anne Déry, Sarah Laurendeau, Marie-Noëlle Voisin
Mise en scène Brigitte Poupart
Avec Vicky Bertrand, Marie-Anick Blais, Catherine Chabot, Rose-Anne Déry, Sarah Laurendeau, Marie-Noëlle Voisin
Direction de production Ève Marchand
Régie Sonia Montagne
Direction technique Julie Miron
Éclairage Molie Salman
Production Transthéâtre

http://www.carrefourtheatre.qc.ca/

Crédit photos : Lise Breton