Julie Thériault – Subduction

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
53

Un album instrumental pour savourer la tranquillité, le bien être de contempler, lire ou se reposer. Les titres de l’album se déploient tantôt avec lenteur et délicatesse, tantôt avec puissance et amplitude. Le jeu de piano est à la fois subtil et expressif.

Les arrangements signés par la compositrice sont fabuleux et exceptionnels. Un chœur constitué de 20 voix masculines enveloppe certaines pièces d’une aura de mystère et de solennité tandis que l’ensemble de cordes du Bratislava Symphony Orchestra, qui réunit 28 instrumentistes, confère élan et chaleur à plusieurs titres. Etna et Vlast permettent d’entendre la violoniste d’origine arménienne Nuné Melik, qui fait preuve d’une grande virtuosité en tirant de magnifiques sonorités de son précieux Landolfi. Subduction a bénéficié de la participation de Michel Bélanger à la direction artistique. Le disque a été réalisé et mixé par Julie Thériault et Claude Champagne.

La magnifique couverture de l’album, provient aussi de Julie Thériault. Une peintre accomplie qui joue autant avec les ombres et lumières sur sa peinture qu’au piano. Elle dit s’être inspirée autant chez les Russes que chez les Français – on pense à Satie pour le minimalisme et à Debussy pour les touches impressionnistes.

À propos du titre : « subduction »

Emprunté au vocabulaire de l’océanographie, le terme subduction fait référence à un mouvement lent, mais irréversible.  Aux yeux de Julie, ce terme évoque des forces intérieures très profondes, une notion qui est au cœur de sa démarche artistique et de ses compositions.

D’une mesure à l’autre, sa musique creuse inlassablement son sillon et s’épanouit sans se presser. Les pièces sont empreintes d’un grand pouvoir d’évocation, plongeant l’auditeur dans un univers à la fois riche en émotions et haut en atmosphères passant de la mélancolique et somptueuse Spleen à Magma, ponctuée d’une vertigineuse montée.