Trois Affiches tout près d’Ebbing, Missouri une comédie noire unique en son genre! Un film puissant aux répliques assassines et des performances magistrales d’acteurs!

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
83
Trois Affiches tout près d'Ebbing, Missouri (Three Billboards outside Ebbing, Missouri)
Trois Affiches tout près d’Ebbing, Missouri (Three Billboards outside Ebbing, Missouri)

Trois Affiches tout près d’Ebbing, Missouri (Three Billboards outside Ebbing, Missouri) de Martin McDonagh mettant en vedette Frances McDormand et Woody Harrelson prend l’affiche au Québec le 22 novembre. Une comédie noire sur la vengeance et la rédemption dans une petite ville des États-Unis, qui divertit et fait réfléchir également sur nos propres valeurs.

Résumé

Plusieurs mois après le meurtre de sa fille, pour lequel personne n’a été déclaré coupable, Mildred Hayes (Frances McDormand) décide d’utiliser les trois panneaux publicitaires menant à Ebbing pour envoyer un message à William Willoughby (Woody Harrelson), le chef de police vénéré de la ville. Lorsque son bras droit, l’officier Dixon (Sam Rockwell), un immature avec un penchant pour la violence, s’implique, la bataille entre les forces de l’ordre d’Ebbing et Mildred dégénère.

Frances McDormand, Sam Rockwell et Woody Harrelson livrent des performances magistrales! Martin McDonagh signe un film coloré, puissant, extrêmement bien écrit, où les dialogues sont croustillants, succulents, avec des répliques assassines, qui nous font même éclater de rire parfois tellement c’est «politically» inacceptable!  C’est totalement jouissif!!

Pour son troisième film, Martin McDonagh a décidé d’y aller avec une fable à la fois morale, philosophique, tragi-comique, pour nous décrire ce qui se passe dans une petite ville américaine, lorsque les habitants d’Ebbing doivent prendre position dans le conflit entre une mère affligée qui prend son courage à deux mains et un chef de Police mourant qui n’a pas de piste pour ce meurtre non résolu.

Dès les premiers instants du film, on comprend que ce meurtre ne sera pas résolu, et que cela est sans importance. Ce que l’on va plutôt suivre comme spectateur, c’est l’engrenage vertigineux, le tourbillon dévastateur dans lequel cette petite ville sera lancée, lorsque les actions de Mildred affronteront les réactions toutes aussi folles et destructives des habitants d’Ebbing, et principalement celles de l’officier Dixon dont le côté raciste et son tempérament violent n’ont pas fini de nous étonner.  Ajoutez à cela un chef de police adulé de tous, qui en plus de n’avoir aucune piste sur le présumé meurtrier, se voit progressivement mourir d’un cancer agressif. Autant on est perturbé par la violence et les réactions exagérées de Mildred et de Dixon, autant on est ému, touché, et ébranlé par ce qui arrive au chef de police. Woody Harrelson livre la performance d’une vie, dans ce rôle de bon policier, bon père de famille, aimant pour son épouse et qui, même au-delà de la mort, va aider Mildred et Dixon à devenir de meilleures personnes.

Frances McDormand
Frances McDormand

Les violentes réactions des villageois sont d’autant plus folles qu’elles ne peuvent que nous faire rire. Les dialogues sont succulents à souhait. C’est ce que je préfère dans ce film et j’aurais envie de revoir certaines scènes, juste pour en savourer quelques-uns à nouveau. Les moments où Mildred et le chef de Police s’affrontent en discutant, sont empreints d’un grand respect l’un pour l’autre et je dirais même d’admiration que ni l’un ni l’autre n’avouera. C’est jouissif de les voir jouer ensemble Woody Harrelson  et Frances McDormand. Cette dernière a un rôle magnifique qu’elle interprète avec aplomb, férocité et juste assez de sensibilité pour qu’on voie un peu à travers sa carapace de femme froide et enragée.

Mais celui qui m’a le plus chaviré dans ce film, c’est le personnage du policier Dixon, un fou furieux raciste qui abuse de son pouvoir, mais qui se laisse mener par ma mère. Il n’est pas surprenant que ce personnage me soit antipathique dès le départ. Étonnamment,  Sam Rockwell fait un travail remarquable pour réussir à me faire détester son personnage, pour ensuite me rallier à lui et à comprendre d’où il vient, au fur et à mesure que le film progresse. Toute une performance de jeu!

Martin McDonagh réalise un chef-d’œuvre avec ce film. Ce n’est pas surprenant qu’il se soit mérité le prix du public au Festival international du film de Toronto (TIFF). Avec des sujets comme la vengeance et la rédemption, ce film nous amène dans toutes sortes de directions, nous surprend dans les détours, nous fait vivre des montagnes russes d’émotions et nous amène même à changer nos positions, nos jugements des personnages au fil du temps. On ressort de la salle avec des questions, des réflexions et même de la musique qui restent en nous longtemps après le visionnement. Parlant musique, j’ai trouvé géniaux les choix musicaux à plusieurs reprises. Avec quelques balades style country western qui accompagnent bien les images d’une petite ville américaines, et surtout avec l’ajout de chansons d’opéra à deux moments précis, qui m’a totalement séduite.

Au final, ce grand film, aux allures parfois des films des frères Coens, m’a réellement impressionné et m’a permis certaines réflexions sur le regard que l’on porte sur les autres, sur les premières impressions qui sont parfois erronées. De plus, j’ai pu apprécier des dialogues savoureux et de grandes performances d’acteurs!

Le film prendra l’affiche au Québec

le 22 novembre 2017.

FRANCES McDORMAND

WOODY HARRELSON

SAM ROCKWELL

ABBIE CORNISH

LUCAS HEDGES

ŽELJKO IVANEK

CALEB LANDRY JONES

CLARKE PETERS

SAMARA WEAVING

JOHN HAWKES

PETER DINKLAGE

 

Scénario et Réalisation  MARTIN McDONAGH

Producteurs GRAHAM BROADBENT, PETE CZERNIN, MARTIN McDONAGH

Directeur photo BEN DAVIS, BSC

Montage   JON GREGORY, ACE

Costumes  MELISSA TOTH

Musique  CARTER BURWELL

 

Crédit photos : Courtoisie de Fox Searchlight pictures