« Confidences sur l’oreiller, Un essai sur les rêves » au théâtre Outremont à Montréal

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
109
Dulcinée Langfelder © Jackie Hopfinger
Dulcinée Langfelder © Jackie Hopfinger

Dulcinée Langfelder est une artiste multidisciplinaire on ne peut plus originale, talentueuse, authentique et créative.

À la fois danseuse, mime et comédienne, elle agence des vidéos ingénieuses et esthétiques sur des musiques parfaitement bien choisies, le tout avec une extrême intelligence et un humour décalé qui fait un bien fou, comme pour dire que la vie nous réserve de multiples surprises dont on a tout intérêt à rire. Dans son style bien à elle, Dulcinée Langfelder m’a fait penser à Robert Lepage dans le sens où elle est aussi une artiste qui va au bout de son imagination et qui se donne les moyens de représenter ses idées aussi complexes et originales soient-elles.

C’est à ses rêves, ses réelles apparitions nocturnes, que Dulcinée Langfelder a décidé de s’attaquer dans le très beau spectacle intitulé Confidences sur l’oreiller.

Dulcinée Langfelder © Andree Lanthier
Dulcinée Langfelder © Andree Lanthier

Sans aucune censure, de la manière la plus ingénue et vraie qui soit, elle s’est donné le défi de représenter sur scène une longue série de rêves dont elle s’est souvenus chaque matin au réveil, et qu’elle a enregistrés sur un dictaphone autour de 2011. Aucune analyse de rêves, aucune interprétation psychanalytique ou autre dans ce spectacle, rien de didactique. Si certains notent leurs rêves au réveil, si d’autres (sans doute plus rares, mais on a quand même l’exemple de Dürer et des peintres surréalistes) les représentent picturalement, Dulcinée Langfelder les joue, les mime, les danse en y ajoutant vidéo et musiques pour mieux les faire ressentir au public. L’aspect loufoque et étonnant des rêves n’est surtout pas mis à l’écart. L’artiste ajoute la touche d’humour qu’il faut pour montrer à quel point certains de nos rêves sont parfois drôles et nous étonnent nous-mêmes. Le résultat est non seulement saisissant de vérité, mais constitue une œuvre complète de théâtre contemporain qui donne en outre au spectateur énormément à réfléchir sur la nature de ses propres expériences oniriques.

Toute la palette de la structure des rêves nocturnes est ainsi passée en revue. Dulcinée Langfelder n’est pas particulièrement une spécialiste des rêves, pas plus que chacun d’entre nous. Mais comme artiste, grâce à son intelligence, sa philosophie de la vie et son sens de l’observation et de l’humour, grâce aussi à sa créativité et à son talent, elle propose un spectacle qui, comme nos rêves, mêle poésie et burlesque, beauté et violence, vigilance et oubli, amour et désir.

Dulcinée Langfelder se révèle sans aucune censure et l’on ne peut, tout en la découvrant comme artiste, que s’identifier à ce qu’elle nous présente en pensant à nos propres expériences qui contiennent tout le loufoque, l’exagération et le mystère dont elle nous fait état. Seule sur scène, elle se dédouble comme il se doit grâce à l’écran géant qui couvre le fond de scène; à cela elle ajoute parfois ses propres ombres chinoises, des images de très beaux tableaux peints ou de personnages qui reviennent de manière récurrente dans ses rêves mais toujours curieusement déformés, ou encore des objets, tels un oreiller bien sûr, des vêtements soyeux comme des draps mais aussi, par exemple, un vieil appareil photo que possédait sans doute son père sans oublier la musique qui fait parfois entendre de manière saisissante le silence de la nuit.

Le spectacle commence comme une conférence plutôt extravagante sur les rêves. Mais qu’on ne s’y trompe pas. La conférence est aussi ce dont a rêvé Dulcinée Langfelder quand elle travaillait son spectacle. On sait comme nos préoccupations diurnes peuvent influencer ce dont on rêve parfois.

Confidences sur l’oreiller est un très beau spectacle de théâtre contemporain qui donne non seulement à voir, à entendre, à rire et à réfléchir. Il n’a été proposé que pour deux soirs au théâtre Outremont à Montréal où il a été, à raison, très apprécié du public. Espérons qu’il sera très prochainement programmé ailleurs, en français, en anglais ou dans d’autres langues, car les rêves concernent tout le monde et le spectacle est vraiment réussi.

 

Confidences sur l’oreiller, Un essai sur les rêves, les 19 et 20 janvier 2018 au théâtre Outremont à Montréal

Concept, interprétation et direction artistique Dulcinée Langfelder

Direction technique Vincent Santes

Éclairages Lee Anholt

Sonorisation et vidéo Bruno Lavoie

Conception éclairages et projections Vincent Santes

Conception vidéo Benjamin Broche, Dulcinée Langfelder

Conception sonore (composition et arrangements) Danys Levasseur

Collaboration à la mise en scène et chorégraphie Anne Sabourin

Consultantes à la mise en scène Alice Ronfard, Denise Boulanger

Consultants vidéo Yves Labelle, Jules De Niverville

Informations : http://www.theatreoutremont.ca/fr/evenement/dulcinee-langfelder—confidences-sur-loreiller/

http://dulcinee.org/fr/