Au Grand Théâtre de Québec, dimanche le 3 février, l’Orchestre symphonique de Québec offrait un concert portant sur le romantisme allemand avec une invitée la pianiste d’origine argentine Ingrid Fliter.

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
46
La pianiste Ingrid Fliter

Comme première œuvre, on débuta le concert par l’ouverture Egmont de Beethoven. Pièce héroïque et fort contrastée. Une excellente entrée en matière pour cette matinée. La seconde œuvre, le magnifique Concerto pour piano de Robert Schumann nous donna la possibilité d’apprécier toute la mesure du talent de la pianiste Ingrid Fliter. Une composition très complexe et d’un grand intérêt pour son émotion romantique de la part de Schumann. La pianiste offre un jeu tout en nuances, une maîtrise pleine d’assurances et de grande musicalité. Ses tempos s’agencent parfaitement avec l’orchestre sous la direction du chef de l’OSQ, Fabien Gabel. Les quelques cadences de l’œuvre permettent d’affirmer manifestement la virtuosité de Ingrid Filter.

 

Le chef Fabien Gabel

La troisième pièce au programme, la Symphonie no 4, en mi mineur, de Brahms a comblé tout le public présent dont un bon nombre de jeunes venus s’initier à la musique classique et même toucher aux instruments de l’orchestre avant le concert. Cette symphonie en quatre mouvements est une œuvre marquante du romantisme allemand. Quatre mouvements distincts, bien différents. Il faut souligner la grande qualité d’interprétation de l’orchestre sous la dynamique et précise direction du chef Fabien Gabel. Mentionnons entre autres dans le quatrième mouvement la magnifique présence, bien parfaite des cuivres ainsi que des flûtes et hautbois.

 Enfin, il est important de rappeler la qualité de présentation de l’animateur du concert, Nicolas Jobin. Avec une grande connaissance des œuvres au programme, une concision dans son propos et un humour délicieux et légèrement déjanté, il aide à faire comprendre et apprécier les pièces jouées.

 Le programme du programme :

 Ludwig van Beethoven

Egmont, ouverture, opus 84

Robert Schumann

Concerto pour piano, en la mineur, opus 54

Johannes Brahms

Symphonie no 4, en mi mineur, opus 98

LE PROCHAIN CONCERT DE L’OSQ : Ce soir, le 6 février avec La Douce Folie de Haydn et Mozart, un concert animé sous la direction de Fabien Gabel, le baryton Régis Mengus et le comédien et metteur en scène Jacques Leblanc dans la mise en espace.

Crédits-photos: Courtoisie

 https://www.osq.org/concerts/la-douce-folie-de-haydn-et-mozart/