Bilan présenté comme un télé-théâtre offre une réflexion profonde sur la vie

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
21
Réception à la maison - BILAN

Bilan, cette pièce indémodable de Marcel Dubé mise en scène par l’inventif Benoît Vermeulen était présentée à la salle Albert-Rousseau pour souligner les 50 ans de la pièce au TNM en hommage au Grand Albert Millaire qui fut l’un des bâtisseurs de ce théâtre.

Durée du spectacle : 2 h sans entracte

L’œuvre de Marcel Dubé, créée à l’aube de la Révolution tranquille, constitue une formidable chronique du Québec traditionnel se transformant en une société assoiffée de modernité.

Bilan situe son action dans un milieu aisé afin de montrer l’héritage des magouilleurs de l’ère duplessiste.  On y constate le plaisir du pouvoir, mais aussi ses revers lorsque l’on en abuse. On constate que l’argent n’apporte pas nécessairement le bonheur et on découvre la soif de liberté chez les femmes ainsi que leur émancipation.

Décor et écrans – BILAN

Le décor, avec son téléphone au mur, la grosse télévision carré, le fauteuil en cuir, les costumes pour les hommes et les jolies robes pour les filles nous ramènent dans les années 1960.  Il y a aussi des écrans géants où l’on projette des visages amplifiés, remodelés pour bien voir les expressions.

Les comédiens sont très talentueux et tous très justes dans leur rôle respectif. On a l’impression d’être des voyeurs de leur scène de ménage, de leur désir amoureux, de leur soif de pouvoir, de luxure et aussi on a l’impression de comprendre leur désir de vouloir vivre autre chose.

La pièce se déroule en trois actes et au dernier, le paternel règle ses comptes. Il se sent trahi de toutes parts. Il était tellement occupé par sa réputation, le pouvoir et le prestige qu’il en avait oublié sa famille.  Il prend toute une débarque avec l’échec de sa vie privée. Un à un, les membres de sa famille vont résister à son autorité.

Guy Jodoin m’a littéralement jetée par terre avec son rôle de William .  Quel talent !

Une pièce qui nous remémore les bouleversements d’une société québécoise en mutation et on dirait que la roue tourne puisqu’en 2019, on vit encore des bouleversements, on verra bien où tout cela nous mènera. Il est où le bonheur ?

Distribution : 

Christine Beaulieu, Joseph Bellerose, Philippe Cousineau, Mickaël Gouin, Rachel Graton, Guy Jodoin, Sylvie Léonard, Marie-Ève Milot, Jonathan Morier, Jean-Philippe Perras, Mathieu Quesnel, Denis Trudel.

La tournée se poursuit :

Jeudi 7 février @ Rimouski – Salle Desjardins?Telus
Dimanche 10 février @ Saint-Jean-sur-Richelieu – Théâtre des Deux Rives
Jeudi 14 février @ Granby – Le Palace

Crédit photos: