1 week-end sur 2 Le cœur a ses raisons de Geneviève Cloutier, la fin d’une trilogie… le meilleur pour la fin.

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
99
1 week-end sur 2 Le cœur a ses raisons

Le troisième tome de la trilogie, 1 week-end sur 2, Le cœur a ses raisons de la collection Lime et Citron, aux éditions De Mortagne,  écrit par Geneviève Cloutier, vient tout juste d’être publié. Ce troisième tome est mon préféré de la trilogie, et je suis presque triste que ce soit terminé. Sur un ton léger et amusant, ce roman est dans la lignée des deux précédents, et comprend tous les ingrédients pour un réel divertissement :  De la romance, de surprenantes anecdotes cocasses, des personnages sympathiques, une plume fluide et aiguisée et des rebondissements inattendus.

Résumé : La passion. Ça définit assez bien ma relation avec Christian ! Même quand nous étions dans des camps opposés, nos échanges étaient toujours enflammés. Et, maintenant que nous sommes en couple… rien n’a changé! Il faut dire que certains sujets, comme sa nouvelle meilleure amie, Julie-Maude, ou son poste de délégué syndical, sont très propices à alimenter la flamme! Mais bon, quoi de mieux qu’un bed and breakfast avec des murs en carton, le week-end de la Saint-Valentin, pour se rapprocher de son homme? Cette année, les bouleversements se poursuivent et je vais probablement avoir à traverser l’une des plus dures épreuves de ma vie. C’est peut-être ce que ça prend pour briser mon armure et créer un passage vers mon cœur. Qui sait ? Une chose est certaine, il y en a un qui est prêt depuis longtemps à foncer dès que l’ouverture se dessinera. Ce printemps, je crois que je n’échapperai pas à la saison des amours…

Geneviève Cloutier est elle-même mère monoparentale avec des enfants en garde partagé. C’est probablement pour cela qu’on y croit vraiment à ces personnages et que les dialogues nous semblent si crédibles et proches de la réalité.

C’est amusant de lire les dialogues de Lily et Elliot avec les paroles d’enfants qui sont toujours surprenantes et très logiques. J’ai un petit faible pour les paroles pleines de bon sens d’Élliot qui, avec son trouble de l’autisme, nous fait bien réfléchir. En voici un exemple (parlant d’aller aux funérailles de son grand-père):

  • Mais maman, t’as dit qu’on ne verrait plus jamais grand-papa, me rappelle Elliot qui cherche à comprendre ce qui se passe
  • Tu vas le voir comme s’il faisait dodo, sauf qu’il ne se réveillera pas.
  • Mais pourquoi on va le voir si on ne peut plus lui parler ?
  • C’est pour que tous les gens que grand-papa connaissait puissent lui dire au revoir une dernière fois.
  • Mais il est mort, il ne les entendra pas! Se choque presque mon fils devant un non-sens.
  • Parfois, les gens ont besoin de voir que la personne est morte pour y croire.

Aussi, c’est intéressant de voir comment ce n’est pas aussi simple d’entrer en relation quand t’as déjà beaucoup de bagages accumulés et des enfants d’une relation précédente.  Et dans ce tome-ci, Caro nous démontre que pour réussir une nouvelle relation, il faut que chacune des personnes du couple puisse faire ressortir le meilleur de lui-même. Et je pense qu’elle a tout à fait raison!

Également, on voit que ce n’est pas facile de sauver son couple quand on a un jeune enfant, et que la libido prend le bord quand on est débordé. C’est ce que nous prouve Mel qui se questionne sur son couple.

C’est aussi intéressant de voir comment les femmes enceintes de leur premier enfant peuvent se sentir inadéquates, laides, et n’ont même plus envie d’accoucher et de l’avoir ce bébé, comme nous le démontre Béa, l’autre meilleure amie de Caro.

Naturellement, je ne raconterai pas trop de détails sur les surprenants rebondissements dans l’histoire, pour ne pas vendre les punchs. Je dirai simplement que j’aime beaucoup les diverses situations cocasses que l’auteure sait si bien nous concocter. J’ai en tête ce mariage, pas du tout banal, avec un souper sous le thème «cabane à sucre chic.». Également les retrouvailles d’anciens étudiants, c’est un autre bel événement qui est très drôle à lire. Et bien sûr, il y a d’autres événements moins joyeux, tel que la journée au salon funéraire, mais dont Geneviève réussit à rendre le tout assez cocasse malgré tout.

Bien que plusieurs sujets abordés ne sont pas tous très joyeux, comme la maladie et le deuil, Geneviève nous fait rigoler avec la manière dont elle nous présente les situations, puis leurs ajoute du cocasse et du farfelu et qu’elle nous décrit le quotidien si bien qu’on se reconnaît dans ces conciliations travail-famille-amours.

L’épilogue, bien qu’assez prévisible pour moi, est une belle finale pour ce roman et l’histoire de Caroline. Et naturellement, je sais déjà que je vais m’ennuyer de ces personnages dont je me suis pas mal attaché dans la dernière année.

Que nous réservera maintenant Geneviève Cloutier, qui a sûrement la piqûre de l’écriture après ce beau succès avec sa trilogie? Une autre histoire aussi divertissante, émouvante, avec des personnages tout aussi attachants ? Je l’espère.

Geneviève Cloutier

Geneviève Cloutier est un Mini-Wheat. Son côté blé entier a été pleinement exploité, durant les quinze dernières années, avec son emploi en informatique. Bien que son côté givré réussisse à faire surface sporadiquement, autant d’années d’oppression ont menées à une révolte sucrée :  l’écriture d’un roman ! Exit le rationnel, place à la créativité, l’imagination et l’humour !

Nombre de pages : 384 pages

Prix : 24.95$

Collection : Lime et Citron

Éditions De Mortagne

https://editionsdemortagne.com/

https://www.facebook.com/GenevieveCloutierAuteure/

Voici mon article sur le deuxième tome :

https://info-culture.biz/2018/10/18/1-week-end-2-tome-2-prete-prete-jy-vais-de-genevieve-cloutier-divertissant/

Voici mon article sur le premier tome :

https://info-culture.biz/2018/04/20/1-week-end-2-tome-1-de-retour-marche-de-genevieve-cloutier/