Le Cercle de craie caucasien est un classique très captivant

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
90
Trident - Anne-Marie Côté, rôle de Groucha

Du 17 septembre au 12 octobre 2019.  

Durée : 2 heures sans entracte

 Le Cercle de craie caucasien c’est, entre autres, 14 comédiens et comédiennes, deux musiciens, un enfant, un bébé, une passerelle au centre de la salle et un synthétiseur modulaire créé par le concepteur musical Josué Beaucage.

Cette pièce de Bertolt Brecht est un grand classique de l’histoire du théâtre qui interroge notre capacité à tisser des liens en temps de guerre.

 Bertolt Brecht nous parle de cruauté, de bonté et de la responsabilité qui revient à chaque humain qui vit en société.

Décor, costumes, éclairage et sonorité

Pour la sonorité, il y a le synthétiseur qui est composé de divers modules et selon les combinaisons choisies, peuvent produire une multitude de sons.   Il y a aussi la console et les percussions qui se font convaincantes en temps de guerre.

Les vêtements sont d’époque, soit de gens pauvres, ou des costumes d’armés ou encore la royauté qui vient montrer son nouveau-né.  Les décors sont variés, on y voit une montagne, une  passerelle de fil de fer, on aménage une grange avec une simple couverte, on fait voler d’immenses oiseaux, et on joue avec l’éclairage et les couchers de soleil pour montrer que le temps passe.  La passerelle dans la salle, nous rapproche des acteurs et rend la pièce plus énergique.

L’Histoire de la pièce

En plein coup d’État, Groucha prend dans ses bras un poupon laissé à l’abandon. Elle n’a pas la fibre maternelle particulièrement développée, mais pour elle, il s’agit de la seule chose sensée à faire. Et dans le monde où elle évolue, sa conception du bon sens et du bien commun ne semble pas avoir d’écho. Elle devient la protagoniste d’une véritable épopée qui révèlera le meilleur et le pire de l’être humain.

Réflexions

À qui appartiennent les choses?
Et à quoi sommes nous liés?

Comme le mentionne le metteur en scène « Au-delà de l’appartenance légale ou traditionnelle que nous entretenons par rapport aux choses, le temps que nous leur consacrons construit leur valeur, nous laisse l’impression qu’elles ne nous échappent pas. »

C’est ainsi qu’on voit Groucha recueillir l’enfant, avoir le goût de l’abandonner, mais persévérer à le nourrir, à en prendre soin, s’attacher à lui malgré tous les inconvénients de l’époque.  (Réputation d’une femme seule avec un enfant, trouver la solution de la marier, etc.)  Elle finit par croire que l’enfant lui appartient (que c’est son enfant) et que personne ne reviendra le chercher.

On tranche en cour avec le cercle à la craie.  L’enfant ira à celle qui tirera l’enfant assez fort pour le sortir du cercle…  La vérité est toute autre, car lorsqu’on aime vraiment, on ne veut pas briser le bras de notre enfant…

Une épopée intemporelle qui nous habite longtemps après l’avoir vu.  

Le personnage de Groucha joué par Anne-Marie Côté qui est vraiment excellente, nous donne espoir en l’humanité.  (Oui, il existe encore des bonnes personnes autour de nous). Pour ce qui est de l’enfant, lorsqu’on voit « Michel », il a vieilli et il a maintenant 4 ans.  (On a presque pitié de lui, de se faire réveiller si tard pour jouer, mais on est vite rassurer par le livret, qui nous confirme qu’il joue à tour de rôle et non chaque soir.

Mise en scène d’OLIVIER NORMAND
Pièce créée en collaboration avec PAUL DESSAU
Traduit de l’allemand par FRANÇOIS REY et VIOLAINE SCHWARTZ

Pièce créée en collaboration avec Paul Dessau
Une présentation d’Hydro-Québec.

Distribution : Josué Beaucage, Emmanuel Bédard, Maude Boutin St-Pierre, Anne-Marie Côté, Jonathan Gagnon, Israël Gamache, Jean-Michel Girouard, Steve Hamel, Valérie Laroche, Nicolas Létourneau, Jocelyn Paré, Mary-Lee Picknell, Monika Pilon et Sophie Thibeault

Équipe de conception :

Josué Beaucage, musique
Véronique Bertrand, scénographie
Patrick Dupuis, conseiller dramaturgique
Blanche Gionet-Lavigne, assistance à la mise en scène
Virginie Leclerc, costumes
Amélie Trépanier, accessoires

Crédits photo de répétition : Stéphane Bourgeois