La Rotonde : »De la glorieuse fragilité » du 30 octobre au 1er novembre à la salle Multi de Méduse

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
26
Danse

Le plus récent spectacle de Karine Ledoyen :

Une trame sensible autour de la parole de danseurs ayant quitté la scène professionnelle.

De la glorieuse fragilité – Création Karine Ledoyen en collaboration avec les interprètes –   Coproduction Danse K par K et La Rotonde.

Du 30 octobre au 1er novembre, 20 h à la salle Multi de Méduse*

Une discussion avec les artistes aura lieu après la représentation du 31 octobre.

Karine Ledoyen, chorégraphe de Québec, présente son plus récent spectacle De la glorieuse fragilité. Portés par les témoignages et les confidences d’interprètes ayant quitté la pratique, quatre danseurs et une vidéaste s’affairent à honorer ce que les premiers ne font plus.

Comment se réinventer après une carrière passionnelle? Quand décide-t-on d’arrêter? La vie décide-t-elle pour nous? Cette flamme qui nous consumait, est-elle toujours allumée? La chorégraphe Karine Ledoyen est partie à la rencontre d’interprètes qui ont quitté la scène professionnelle. Durant un an, elle a interviewé une vingtaine de danseurs. Les entrevues ont représenté la porte d’entrée de cette nouvelle création. Elles sont devenues une trame narrative en résonance avec la danse offerte par les danseurs sur scène. Vidéos magnifiées, images en direct, mots percutants, questions en suspens, danses énergiques, duos incandescents, le spectacle donne à voir et à entendre une mosaïque composée de fragments poétiques. Il dresse un portrait des danseurs, de leur psyché, surtout du bonheur d’avoir été et d’être des artistes.

Je croyais commencer un travail autour du deuil et en guise de point de départ je souhaitais m’inspirer de récits de danseurs qui ont quitté la danse. Après avoir écouté l’ensemble des entrevues des danseurs de différentes générations tant de ballet, de contemporain que de la danse sociale, j’ai réalisé que le sujet qui en ressortait avant tout, était celui de la célébration de la danse.

Karine Ledoyen, chorégraphe

Équipe

Chorégraphie : Karine Ledoyen, en collaboration avec les interprètes / Interprétation : Elinor Fueter, Jason Martin, Simon Renaud, Ariane Voineau /Conception et manipulation de la vidéo sur scène : Andrée-Anne Giguère / Conseillère artistique et direction des répétitions : Ginelle Chagnon /Conception musicale : Mathieu Doyon / Recherche sonore : Patrick Saint-Denis / Dramaturgie : Katya Montaignac / Lumières : Martin Sirois / Costumes : Jennifer Pocobene / Direction technique et régie : Marc St-Jacques et Cassandra Duguay

Une des grandes réussites de Karine Ledoyen est de faire en sorte qu’une tendresse salutaire vienne étayer les efforts des danseurs poussés avec authenticité jusqu’au point de faille, au tremblement et à l’épuisement.

Mélanie Carpentier, Le Devoir

Il est très rafraîchissant d’avoir affaire à une œuvre intelligente qui, en plus de réfléchir sur son médium, lui rend hommage ainsi qu’aux acteurs ayant participé à son développement.

Caroline Louisseize, Magazine Spirale

De la glorieuse fragilité est une réussite. Les 4 danseurs-interprètes sont éblouissants, partageant amitié, rires, complicité mais aussi doutes et épuisement. Psychologique, cette pièce de Karine Ledoyen traite, avec simplicité et poésie, de la danse dans toute son humanité.

Céline Stoquart, Sors-tu.ca

De la glorieuse fragilité, l’abécédaire en vente lors des représentations?

Les récits recueillis pour De la glorieuse fragilité ont marqué l’équipe, car au-delà du deuil, ils soulignent avant tout l’indispensable ouverture qui suscite la transformation et la prédisposition à accueillir les surprises de la vie. Le recueil De la glorieuse fragilité, l’abécédaire permet de partager, de manière parallèle et complémentaire à la pièce, la richesse de ces témoignages vibrants qui ont été habités et nourris tout au long du processus de création. Confidences, bribes de vie, introspections, ces expériences vécues constituent un espace de réflexions et de mémoire.

Karine Ledoyen et Danse K par K

Formée à L’École de danse de Québec, Karine Ledoyen débute sa carrière professionnelle en France. De retour au Québec, elle danse pour la compagnie Le fils d’Adrien danse jusqu’en 2006 et, en parallèle, fonde sa propre compagnie en 2005, Danse K par K. L’organisme est voué à la recherche et à la création de la danse contemporaine. Sensible au développement de son milieu, il offre également sa structure pour des projets de médiation culturelle importants, comme le prouve Osez!, un projet d’envergure et structurant pour la danse à Québec depuis 2002. Forte de 15 ans d’existence, la compagnie ne cesse de se renouveler et constitue un apport essentiel dans l’écologie de la danse contemporaine au Québec. Danse K par K compte à son répertoire sept œuvres dont Danse de nuit (2016), Trois paysages (2013), Danse de garçons (2013), Air (2010) et Cibler (2008) qui ont été vus dans les saisons de La Rotonde. La chorégraphie De la glorieuse fragilité a fait sa première mondiale à Montréal en novembre 2018. Elle a été présentée à Toronto en août 2019 et sera prochainement en tournée dans quelques villes du Québec.

Danse K par K

Vidéo promotionnelle : ici

Billetterie

Les billets unitaires (1 à 5 spectacles) et les abonnements (6 spectacles et plus) sont en vente sur la billetterie en ligne de La Rotonde. Consultez larotonde.qc.ca/billetterie pour connaître les autres modes d’achat. Le tarif prévente est disponible jusqu’à une semaine avant la première du spectacle. Les étudiants et aînés profitent du tarif prévente en tout temps.

Photo : David Cannon

* Changement de lieu, initialement au LANTISS de l’Université Laval.