Escale en enfer

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
49

Le 17 janvier 2010

« …ce livre n’est pas de tout repos. On a le cœur qui nous déchire à tout moment… » 

 

Née au sein d’une famille modeste, mais chaleureuse, Danièle est une enfant très timide qui souffre d’un terrible complexe d’infériorité. À l’aube de ses quinze ans, pour ses premières vacances, elle part en Israël. Elle y découvre un pays extraordinaire. À l’occasion de son séjour en Terre Sainte, elle rencontre un bel Israélien et en tombe éperdument amoureuse, voyant en lui le prince charmant tant imaginé. Elle va alors quitter à la fois le pays qui l’a vue naître, sa famille ainsi que ses racines. Or, le conte de fées tournera rapidement au cauchemar. C’est loin de tous ses repères qu’elle subira pendant quatre longues années l’horreur de la violence conjugale et les humiliations de toutes sortes. C’est finalement la menace d’une lame de couteau sous sa gorge qui décidera Danièle à fuir cet enfer, emmenant dans sa course ses deux bébés de deux ans et de cinq mois. Néanmoins, l’angoisse de se faire arrêter pour kidnapping et de perdre définitivement la garde de ses enfants ne la quittera plus jusqu’au jour où Danièle Ouzan retrouvera enfin la Côte d’Azur de son enfance et le réconfort de sa famille d’origine.

Ce livre témoignage raconte le calvaire qu’a vécu cette femme alors qu’elle était dans la fleur de l’âge. Le lecteur est entraîné dans les pensées et les émotions intenses de cette jeune femme. Il n’est pas toujours facile pour nous, lecteurs, de comprendre le comportement de cet homme ignoble dont le vrai visage n’apparaît que lorsqu’il est certain d’avoir le contrôle total de cette jeune fille. Il est également difficile de comprendre comment elle, de son côté, continue d’aimer cette créature sadique.

En plus du témoignage, ce livre renferme aussi des photos de la jeune fille avec sa famille, et ses deux magnifiques enfants. De les voir ainsi, nous rappelle que, cette histoire est véridique et combien plus ignoble. En aucun moment on ne voit des photos de cet homme ni de sa famille, cela aurait trop facile pour nous, lecteurs, de l’haïr encore plus.

Il est certain que ce livre n’est pas de tout repos. On a le cœur qui nous déchire à tout moment. On est révolté et triste du sort de cette jeune Française et ses enfants séparées de sa famille.

Cette histoire est racontée de façon chronologique, avec date à l’appui, pour bien nous faire comprendre la progression du récit. Il y a plusieurs bonnes descriptions des régions, du décor des pays, des us et coutumes juives des deux familles. Il y a la famille de Danièle qui vit en France, à Nice, et dont les coutumes juives sont suivies et respectées au minimum, mais dont le respect des individus est plus important que des coutumes. Tandis qu’en Israël, les us et coutumes juives sont suivis à la lettre et la mentalité des hommes qui dominent les femmes est très présente. Il est très intéressant de connaître ces différences entre les mêmes peuples juifs, mais vivants de façon différentes leurs religions.

Un livre qui nous fait voir la réalité de centaines de femmes qui vivent sous l’oppression de la violence conjugale. Et il ne faut pas se tromper, il n’y a pas que dans les autres pays que cela se produit. Au Québec, il en a plein d’autres. Et il est important de se rappeler que bien souvent la femme ne quitte pas l’homme qui la contrôle, parce qu’elle en a peur. Et les gens autour attendent souvent un signe de ces femmes pour aider. Pourtant, il peut être important de ne pas fermer les yeux sur ces situations. Il faut essayer de sauver ces femmes avant qu’elles ne le demandent, car il pourrait être trop tard, si on attend trop longtemps.

 

 

Danièle Ouzan
Française d’origine, elle est née en 1963 sur la Côte d’Azur, Danièle Ouzan fait des études au Lycée professionnel Magnan, puis à l’École d’auxiliaire de puériculture, deux institutions d’enseignement de Nice. Elle grandit entre sa grande sœur et sa sœur cadette dans un foyer modeste, mais riche d’amour. De confession juive, elle marie au début des années 1980 un jeune Israélien, avec lequel elle connaîtra l’enfer pendant quatre ans. En 1984, avec l’aide de son père, elle parvient enfin à rentrer en France avec ses deux enfants, un garçon et une fille. Elle trouve alors un poste de secrétaire, emploi qu’elle occupe pendant près d’une dizaine d’années. Mais elle se rend compte que sa voie est ailleurs et elle étudie pour devenir auxiliaire puéricultrice en milieu hospitalier, pour ensuite devenir infirmière, en 2008.

Prix suggéré : 24.99 $
312 pages

Éditions : JCL éditeur

 

 

PARTAGER
Article précédentLa caravane des pantins
Article suivantLa promeneuse du Cap