La dame blanche

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
33

Le 13 février 2010

 


 

Isabelle Major se lance dans l’écriture comme on se jette à l’eau. Totalement. Son premier roman La dame blanche en est la preuve. Elle part d’une légende bien vivante sur la Côte de Beaupré en banlieue de Québec pour la réécrire et en faire une interprétation personnelle.

Élisabeth, jeune orpheline et faisant partie d’un contingent de filles du roi, fraîchement débarquée d’un pensionnat religieux français, raconte son arrivée dans la colonie en 1666, où, comme beaucoup d’autres jeunes filles de cette époque, elle se destine au mariage. Elle nous confie son histoire, ses pensées intimes et ses réflexions, rythmées par les saisons et les difficultés liées aux conditions climatiques. C’est dans une atmosphère chargée de suspense et de mystère autour de son époux, Rémy de la Roche, qu’Élisabeth tente d’apprivoiser sa nouvelle vie. Mais les indices troublants s’accumulent, les rumeurs circulent, une mystérieuse dame blanche fantomatique rôde la nuit autour du domaine, et le lecteur craint de plus en plus au fil des pages pour la sécurité de la jeune Élisabeth. Rémy de la Roche est-il un suppôt de Satan ? Élisabeth est-elle en danger entre les mains de ce mécréant ? Ou bien, comme elle en vient peu à peu à le croire, son mari est-il victime d’un complot ?

Ce roman donne un aperçu du vécu de la population en Nouvelle-France au début de la colonie. Les conditions de vie des nouveaux-venus y sont bien décrites. Mais, ce qui frappe plus que tout ce sont les relations maritales, entre époux et épouses, qui sont décrites tant entre Remy et Élisabeth   ainsi que chez les autres habitants de la colonie. De plus nous y voyons même une certaine révolte vis-à-vis le curé.

C’est une belle histoire dont quelques pages vraiment touchantes lors de la maladie et la mort du petit Toussaint, jeune enfant d’une famille amie d’Élisabeth.

 

 

Isabelle Major vit à Laval et enseigne au secondaire à Montréal. La Dame blanche est son premier roman.

Prix suggéré : 27.95 $
320 pages

www.edvlb.com

 

 

 


PARTAGER
Article précédentPetit traité de l’érotisme
Article suivantLa chute du mur