Oscar

Benoit Brière redonne ses lettres de noblesse au vaudeville.
 
C’est après un été chaud au Théâtre du Vieux-Terrebonne, qui a attiré 33 000 spectateurs, que la pièce de Oscar, mettant en vedette Benoît Brière vient s’installer au Capitole de Québec jusqu’au 3 octobre prochain. Ainsi, mercredi le 15 septembre, Alain Zouvi, metteur en scène de la pièce, était présent dans la salle pour cette première comédie non musicale présentée au Capitole.
 
 
Oscar, on le sait, est un classique de la comédie française écrite par Claude Magnier en 1958 et qui a été jouée par Louis De Funès, tant au théâtre que dans la version cinématographie. Plutôt que d’adapter la pièce pour le Québec, il a été décidé de la conserver telle quelle, avec par exemple l’accent marseillais pour le serviteur de Monsieur Barnier (Martin Héroux) et les dénominations monétaires françaises, de même qu’un langage plus pointu que québécois, sans toutefois y aller à outrance. Le pari est gagné, la pièce est un grand succès.
 
 
Résumons la pièce. Christian Martin est un employé du roi du savon français, Bertrand Barnier. Un matin, il demande à Barnier la main de sa fille, tout en révélant qu’il s’est constitué une petite fortune en falsifiant les livres comptables de la compagnie. Les deux hommes se livrent alors à de mutuelles arnaques autour de la valise contenant la somme dérobé. Tout y passe, du chantage, une série de quiproquos, de fausses vérités, d’erreur d’identité, de culbutes, de taloches et de portes qui claquent.
 
Il est bien évident que la clé de ce succès repose en très grande partie sur la performance magistrale de Benoît Brière. Tout comme il a su le faire si bien en personnifiant Olivier Guimond au petit écran, en première partie, il emprunte quelques tics, claques et mimique de ce célèbre personnage qu’était Louis De Funès. Mais c’est vraiment en deuxième partie où cet acteur de grand talent donne toute la gomme et y va de ses propres folies, au plus grand plaisir des spectateurs. À plusieurs occasions en cette deuxième partie, les gens ont interrompu la pièce pour applaudir et encourager les cascades, culbutes, simagrées, somme toute l’énergique Benoît Brière.
 
Pour cette pièce de 2 h 30 accompagné d’un entracte de 25 minutes, on retrouve également 9 autres comédiens dont l’énergie, le talent et la générosité sont mis à profit pour soutenir Benoît Brière. Tout d’abord, durant les 30 premières minutes de la pièce on assiste à une confrontation entre l’employé (Gabriel Sabourin) et l’employeur (Benoît Brière) qui est tout à fait succulente. Gabriel Sabourin fait un straight man des plus comiques dont le jeu se colle bien à celui plus coloré et exubérant de monsieur Brière. Tous deux doivent à plusieurs occasions se bousculer, se chamailler, se tirailler. La séquence à la table de déjeuner est passablement savoureuse à regarder. Du vrai vaudeville drôle et efficace.
 
 
Je tiens à souligner également la performance de Josée Deschênes, qui campe une Mme Barnier délicieusement cinglée. Pour une fois, je n’ai pas l’impression de la voir jouer Creton, mais bien un rôle tout aussi flyé, mais en plus distingué et en plus pincé. C’est à mourir de rire de la voir constamment s’empêtrer dans les marches devant sa porte de chambre.
 
Tous les rôles sont joués à l’extrême avec chacun des caractéristiques très distinctes, pour ajouter à l’humour absurde. Certains de ces rôles sont convaincants et totalement jouissifs à regarder. C’est le cas du masseur joué par Stéphane Breton, qui donne du fil à retordre à Monsieur Barnier avec ses massages plutôt saisissants. Le regard perdu, les gros bras en démonstration, il est hilarant. Seul bémol, sa voix un peu trop bourrue détonne à mon avis. On a également deux comédiens qui jouent de petits rôles, mais dont la présence est primordiale au dénouement de l’histoire. Danielle Lépine et Frédéric Millaire-Zouvi (fils du metteur en scène) jouent respectivement Charlotte l’ancienne bonne et le fameux Oscar, chauffeur des Barniers. Ce sont les deux personnages qui semblent les plus sobres et équilibrés, dans cette bande de joyeux loufoques. Il y a aussi Roger, le serviteur au problème d’alcool plutôt prononcé, joué par Martin Héroux, qui sait bien jongler avec la fine ligne du burlesque, sans tomber dans le pathétique trop grossier. Par contre, je ne saurais en dire autant de Marie-Ève Beaulieu et de Caroline Bouchard, jouant respectivement la fille de Monsieur Barnier et Bernadette, la servante. Leurs voix nasillardes et leurs gestuelles exagérées, m’ont quelque peu agacé, car je sentais qu’elles en faisaient trop, malheureusement.
 
 
Cela dit, cette pièce en vaut pleinement le déplacement. Un trois heures bien rempli de rires, de sourires, de joyeuses rencontres avec des personnages colorés, un décor kitch, ultra-moderne des années soixante, avec des costumes aux couleurs qui se mélangent bien au décor. La deuxième partie est encore plus drôle que la première. On en devient nous-mêmes essoufflés de voir les prouesses de Benoît Brière qui, il faut le dire, est le génie de cette pièce magnifique.
 
 
 
Distribution :
Marie-Ève Beaulieu : Colette la fille de Monsieur Barnier
Caroline Bouchard : Bernadette la servante de Monsieur Barnier
Stéphane Breton : Philippe le masseur
Benoît Brière : Monsieur Barnier
Josée Deschesnes : Madame Barnier
Martin Héroux : Roger, le serviteur de Monsieur Barnier
Danielle Lépine : Charlotte, l’ancienne bonne
Frédéric Millaire-Zouvi : Oscar, le chauffeur de Monsieur Barnier
Gabriel Sabourin : Christian Martin
Léa Traversy : Jacqueline, la fausse fille de Monsieur Barnier et copine de Christian Martin.
 
Mise en scène : Alain Zouvi
Direction artistique : Benoît Brière
Costumes : Judy Jonker
Éclairages : Nicolas Ricard
Maquillage : Jacques-Lee Pelletier
Chorégraphies : Parise Mongrain
Coiffure et perruques : Pierre Lafontaine
Production : Production Lélie inc. Et le Théâtre du Vieux-Terrebonne
Producteur local : Jean Pilote du Capitole de Québec
 
 
Présenté au Capitole de Québec, jusqu’au 3 octobre 2010. Les billets sont en ventes sur le réseau billetech, ou via le site internet du Capitole, No de téléphone : 418 – 694- 4444 ou le 1 800 261-9903.
 
Prix des billets : 39.50$, 44.50$, 49.50$
Repas-spectacle : 71.50$, 76.50$
Forfait avec hébergement disponible aussi.
 
 
 
 
crédit photos : Lise Breton
PARTAGER
Article précédentLes tectoniK donnent Vertiges au Périscope
Article suivantLess Is More