L’affaire Dumont

 

L’affaire Dumont

J’ai vu, sur invitation de presse, le film de Podz, L’affaire Dumont, basé sur l’histoire vraie de Michel Dumont faussement accusé et condamné pour viol. Cela met en vedette Marc-André Grondin. Le film est présenté en ouverture du Festival de cinéma dela Ville de Québec le 13 septembre et prend l’affiche le 14 septembre.

Mes entrevues avec les artisans du film se trouveront dans la section entrevue de ce site à partir du 15 septembre.

 SYNOPSIS

Michel Dumont (Marc-André Grondin), un livreur de dépanneur séparé et père de deux jeunes enfants, est accusé, jugé et condamné pour une agression sexuelle qu’il nie avoir commise. En cours de procédures, il s’éprend de Solange (Marilyn Castonguay), jeune mère monoparentale, qui croit à son innocence. Pendant qu’il purge sa peine de prison, elle le marie et s’attaque à la tâche colossale de le faire acquitter.L’affaire Dumont relate l’expérience de Michel Dumont, son combat et celui de sa compagne pour que justice soit rendue. Une version contemporaine de David contre Goliath.

 

Marilyn Castonguay

 Qui de plus à propos pour ce genre de film, que d’avoir Podz comme réalisateur, dont la préoccupation majeure, lorsqu’il fait un film ou une série, est de faire ressortir l’humanité d’une situation et en plus, cette fois-ci, de mettre en lumière une très belle histoire d’amour. L’histoire de Michel Dumont, aurait pu arriver à n’importe qui. Et c’est ce qui fait de ce fait divers ordinaire, un film extraordinaire. Avec notre système judiciaire plutôt neutre, qui a peu d’empathie pour l’humain, si on est pauvre et sans ressource, il est plus facile de se retrouver coupable, bien qu’on soit innocent. C’est ce que je retiens de ce film. Avec sa signature très particulière, que l’on retrouve par exemple dans la série 19-2 (l’utilisation du ralenti, la petite musique douce au piano, et les plans hors séquence, où on retourne en arrière de quelques secondes), Podz mise sur les émotions intérieures et le jeu tout en retenu de Marc-André Grondin et Marilyn Castonguay pour personnifier Michel et Solange et ils en sont plus que convaincants.

 Danielle Dansereau (la scénariste du film et de la série 19-2) a fait un excellent travail de reconstitution des faits, à partir des notes sténographiques de la cour. Et bien que ces journées en cour sont souvent longues, lentes et pénibles à suivre, le fait de présenter ces moments entrecoupés des scènes de la vie de Michel, vient alléger le tout et faire mieux comprendre toute l’ampleur de l’erreur judiciaire dont Michel a été victime.

 Ce film met en lumière toutes les complexités et les contradictions de notre système judiciaire. Il est intéressant d’avoir, à la fin du film, un résumé de ce qui s’est passé dans les années suivant la libération de Michel Dumont, de savoir ce que sont devenues les diverses personnes impliquées, et les poursuites qui ont suivi. Mais c’est également dommage de voir que des avocats ou juges corrompus ou incompétents continuent de monter dans la hiérarchie du pouvoir judiciaire.

 

La vraie Solange, le vrai Michel Dumont, Marilyn Castonguay, Marc-André Grondin

Intéressant de voir aussi le vidéo d’archives du vrai Michel Dumont avec sa conjointe à sa sortie de prison, alors qu’il rencontre pour la première fois la victime. On est à même d’apprécier la belle ressemblance des 3 personnages fictifs avec la réalité. Et ce n’est pas qu’une ressemblance physique que j’ai remarquée. Marc-André semble avoir pris la démarche, la gestuelle, les mêmes expressions faciales que Michel. Marc-André est très crédible et méconnaissable dans ce rôle d’un gars doux, réservé, timide, trop gentil et bonasse. Et Marilyn Castonguay (dont c’est le premier rôle au cinéma) qui interprète Solange, est tout autant crédible dans le rôle de celle, qui est tout le contraire de lui et qui s’acharne pour le faire sortir.

 

 

 

Martin Dubreuil et Marc-André Grondin

Même les plus petits rôles sont excellents, comme Patrick Hivon, Claude Legault et Martin Dubreuil, l’avocat peu compétent qui excelle dans ce rôle. Cela fait changement de ses rôles de tueurs, de drogués, de voleur.

 On retrouve dans le film beaucoup de détails concernant l’incarcération, la fouille, le test du polygraphe… Bref, ce film montre en détail toutes les souffrances et les malheurs que Michel Dumont a subis en étant ainsi faussement accusé. Et de le voir ainsi, sans rancœur, ni rancune ou colère envers la victime,la DPJ, ses avocats et le système judiciaire, cela me dépasse. Je suis ressortie de la salle toute bouleversée, mais surtout avec un immense respect pour Michel Dumont, sa conjointe et ses enfants. Un bel exemple de courage, de persévérance et surtout, une magnifique histoire d’amour qui surmonte tous les obstacles.

Je me dois de mentionner la musique magnifique de David Ratté de Man an Ocean, qui, avec les petites notes au piano, ajoute à l’ambiance du film et fait accentuer l’émotion vive que l’on ressent.

En résumé, ce film mérite d’être vu, car cela raconte une histoire bien écrite, touchante et complexe, traité avec beaucoup d’humanité.

Ce film a été produit par Nicole Robert et Go Films avec la comédienne Geneviève Brouillette, avec un budget de 4,975 millions $ et sera distribué par Alliance Vivafilm.

Genevieve Brouillette, Podz et Marc-André Grondin… à la cour

 Réalisé par Daniel Grou (Podz)

Scénarisé par Danielle Dansereau

 Avec :

Marc-André Grondin  (Michel Dumont)

Marilyn Castonguay  (Solange Tremblay)

Kathleen Fortin (Danielle Lechasseur, la plaignante)

Sarianne Cormier (l’ex-femme de Michel Dumont)

Francis Lahaye (le frère de Michel Dumont)

Francine Ruel (La mère de Michel)

André Lacoste (le père de Michel)

 Geneviève Brouillette (Me Nathalie Duperron-Roy)

Martin Dubreuil (Me Paul Gélinas)

Patrick Hivon  (Paquin)

Etc…

 http://laffairedumont.com/

 https://www.facebook.com/LaffaireDumont

  http://www.gofilms.ca/

 http://www.vivafilm.com/

 Crédit photos : Yan Turcotte Gracieuseté d’Alliance Vivafilm et Go Films

 

 

 

PARTAGER
Article précédentDe pierres et de sang
Article suivantConférence Derrière l’Écran