Affaire Robert Delarosbil

 

L’Association des personnes avec une déficience de l’audition (APDA)
L’Association des personnes avec une déficience de l’audition (APDA)

L’Association des personnes avec une déficience de l’audition (APDA) salue la décision des copropriétaires de l’immeuble en copropriété Le Verre Bourg de reconnaître le droit de Monsieur Robert Delarosbil de garder sa chienne Christina dans son unité de copropriété.

Cette décision vient clore une saga qui aura coûté temps et énergie en plus de nécessiter plusieurs dépenses dans un cas d’obstruction à un droit reconnu, celui dicté par la Charte des droits de la personne et de la jeunesse à l’article 10. Il indique clairement que nul ne peut être discriminé par l’utilisation d’un moyen de palier à un handicap. L’enjeu, la reconnaissance du chien d’assistance à l’audition comme moyen de palier à un handicap, rejoint une portion grandissante de la population. En effet, le vieillissement de la population amène avec lui une augmentation du nombre de personnes atteintes d’une déficience de l’audition.

L’Assemblée nationale a tranché et jugé que la Charte dans sa forme actuelle reconnaissait déjà le chien d’assistance à l’audition comme aide pour palier au handicap de son maître. C’est dire qu’aucune charte de copropriété ne peut nier à un propriétaire en situation de handicap l’utilisation pleine et entière de son chien d’assistance. 

Cette reconnaissance par l’État du chien d’assistance à l’audition ouvre la porte à l’inclusion de ce moyen technique au registre de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) au même titre que le chien-guide et le chien d’aide à la motricité.

L’APDA remercie toutes les personnes qui ont contribué monétairement et soutenu M. Delarosbil durant ces deux années. Une partie des dons recueillis servira à payer les frais d’avocats. Le reste des dons sera déposé dans un fond de dotation (Fond Christina) et servira en cas de besoin, à l’accessibilité des personnes avec une déficience de l’audition.

L’APDA a pour mission de favoriser l’inclusion sociale des personnes vivant avec une déficience auditive ou une limitation de l’audition en offrant des services d’aide et d’entraide, de défense de droits tout en sensibilisant et en conscientisant la population aux besoins de ces personnes et de leur réalité