Entrevue avec les artisans du film Il était une fois les Boys

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
210
Samuel Gauthier (Bob), Maxime Gibeault (Ben), Jassen Charron (Fern), Simon Pigeon (Stan), William Legault-Lacasse (Jean-Charles) , Derek Poissant (Marcel) ,Maxime Desjardins-Tremblay (Méo)
Samuel Gauthier (Bob), Maxime Gibeault (Ben), Jassen Charron (Fern), Simon Pigeon (Stan), William Legault-Lacasse (Jean-Charles) , Derek Poissant (Marcel) ,Maxime Desjardins-Tremblay (Méo)

Après avoir fait le tour des régions au début du mois de novembre (Montréal, Québec, Chicoutimi, Laval, Brossard, Sherbrooke et Gatineau) pour une séance de photos et de signatures lors d’un visionnement exclusif pour les gagnants d’un concours lancé par les Films Séville, voilà que les jeunes acteurs qui font partie de la distribution du film Il était une fois les boys, font à nouveau la tournée des régions (Québec, Trois-Rivières, Saguenay, Sherbrooke, Gatineau et Montréal, le 2 décembre) pour une série d’entrevues et les premières à travers le Québec de leur film « Il était une fois les Boys » (en version originale française).

Ainsi, j’ai assisté à la projection du film et que j’ai pu m’entretenir avec ces jeunes acteurs et le réalisateur Richard Goudreau.  Mon appréciation du film sera disponible dans la section cinéma de ce site, à partir du 6 décembre, journée de la sortie du film partout dans nos salles de cinéma.

Il est également possible de lire mes entrevues réalisées le 25 février dernier, avec ces mêmes acteurs, lors de la rencontre avec les médias pour la visite sur le plateau de tournage du film, à Québec : http://info-culture.biz/2013/02/26/entrevues-sur-le-plateau-de-tournage-du-film-il-etait-une-fois-les-boys/

SYNOPSIS

Il était une fois les Boys raconte l’histoire de Stan, Jean-Charles, Méo, Bob, Fern et Marcel, alors qu’ils avaient entre 13 et 15 ans, à l’époque où les autres Boys n’étaient pas encore nés ou trop jeunes. Vacances de Noël 1967, l’époque où le hockey se jouait sur les patinoires extérieures. Les Boys forment la deuxième équipe de la paroisse et sont assurés d’une participation au Tournoi des Fêtes, parce qu’ils en sont les hôtes. Malgré un talent limité, ils rêveront quand même à la victoire. À l’extérieur de la patinoire, ils devront faire face à toutes sortes de moments que l’on vit à cet âge-là; des drôles et des moins drôles. Ensemble, ils vont les affronter. Ensemble, ils vont essayer de grandir, car c’est ainsi qu’ils ont choisi de vivre: ensemble.

Voici mes entrevues avec le scénariste-réalisateur Richard Goudreau et les 7 jeunes. Ce sont des jeunes qui ont été sélectionnés lors des auditions qui ont eu lieu sur le site web http://lesboyslepetitrepechage.com  en novembre 2011. Ces 7 comédiens qui interprètent les fameux hockeyeurs des Boys ont pour la plupart, peu ou pas d’expérience en cinéma et ils m’ont racontés un peu ce qu’ils ont vécus ces derniers mois.

William Legault-Lacasse (Jean-Charles)
William Legault-Lacasse (Jean-Charles)

Questions pour William Legault-Lacasse (Jean-Charles) et Simon Pigeon (Stan) en entrevue double :

William Legault-Lacasse (Jean-Charles) est né à Blainville et c’est son premier rôle au cinéma, mais il est quand même familier avec le métier d’acteur puisqu’on a pu le voir dans le rôle de Samuel dans Tranche de Vie et ironiquement, il a joué le rôle de Saku, le fils de Mario (joué par Patrick Labbé) dans la série les boys saison II et III. William est pour ainsi dire le seul de ces jeunes qui ne savait pas tellement patiner. À l’adolescence Jean-Charles est un premier de classe,  poli, un peu timide.

Dans ce film, tu joues le rôle de Jean-Charles, timide, un peu nerd, réservé. Qu’est-ce qui te plaisait de jouer ce rôle et comment est-il différent ou semblable à toi?  

Bien que tu as déjà fait de la télé, c’était ton premier plateau de cinéma. Comment est-ce différent de la télé? « Je pense que c’est surtout de tourner des scènes extérieures que je n’avais pas approfondi. J’avais déjà tourné l’été, mais pas l’hiver et aussi pas avec d’aussi grosses équipes techniques. Mais pour le tournage en lui-même, c’est comparable et j’ai bien aimé. »

Et justement, de tourner autant de scènes à l’extérieur, est-ce que cela ajoute un niveau de difficulté pour tourner? Cliquez pour savoir ce que William (Jean-Charles) et Simon (Stan) avaient à dire sur les tournages extérieurs 

Simon Pigeon (Stan)
Simon Pigeon (Stan)

Simon Pigeon (Stan), jeune comédien de Terrebonne, enjoué, dynamique, on comprend facilement pourquoi il a été choisi pour jouer le rôle de Stan. Bon joueur de hockey et ayant quelques rôles à son actif au cinéma dans Un été sans point ni coup sûr, et à la télévision, dans Toute la Vérité les étoiles filantes, tactik, l’auberge du chien noir, Virginie,  il a déjà une bonne expérience comme acteur. Rémy Girard joue le rôle de son oncle dans le film, car Stan est élevé par sa mère et il a perdu son père. Après l’école, il travaille comme plongeur à la taverne où son oncle est chef cuisinier.

Justement Simon, tu as eu à jouer des scènes assez physiques (batailles) et la scène d’ouverture du film, est-ce que cela a été ton plus grand défi? Cliquez ici pour l’anecdote de tournage lors de cette journée de grand défi :  

Et pourquoi cela te plaisait-il de faire le rôle de Stan? « Ce rôle a été joué par Rémy Girard, alors c’est assez impressionnant à regarder. J’avais donc de gros souliers à remplir. Alors comme j’aime les défis, j’ai été choyé. Aussi, j’ai beaucoup de scènes très intéressantes à jouer. Comme Stan avec sa mère, ce sont des scènes très émouvantes et superbes à jouer. Malgré que j’avais la gastro lorsque j’ai fait ces scènes où je pleure avec elle. Mais pour revenir à la question, j’aime faire un personnage qui vit beaucoup d’émotions, où il y a beaucoup de choses à jouer, à construire. J’aime avoir de la pression. Et c’est ça qui m’a tenté le plus dans ce personnage. »

Est-ce que vous jouez au hockey dans la vraie vie? Simon « Moi j’ai joué compétitif, Midget BB à Terrebonne où j’habitais. » William « Moi j’ai patiné un peu jusqu’à l’âge de 10 ans, mais jamais par la suite, alors sur le plateau je n’étais pas très bon. Mais il faut dire que les patins ne m’aidaient pas non plus » Cliquez pour le commentaire de Simon sur les patins de l’époque :  

Et quelle est la scène qui fut la plus difficile à jouer? Simon et William sont d’accord pour dire que c’est la scène sur le lac, avec Ben. « Ce genre de scène permet de sortir tout ce qu’on a de refoulé en dedans. On pleure, même quand ça dit coupez… on continue de pleurer. On se donne à fond dans l’émotion et on y croit totalement et on est super content par la suite de savoir que ce n’est  pas vrai. C’est juste un jeu. » 

Et avez-vous d’autres projets en cours que vous pouvez me parler? Simon « Tout de suite après Les Boys, j’ai tourné dans le film de Ricardo Trogi, 1987. Puis j’ai tourné dans le film Corbo, un film sur le FLQ dans les années 60. » William « On a terminé le tournage de Tranche de vie et ensuite, j’ai été président du jury dans le festival international du film de la jeunesse. Cliquez pour entendre parler du Festival 

Maxime Desjardins-Tremblay (Méo)
Maxime Desjardins-Tremblay (Méo)

Questions pour Maxime Desjardins-Tremblay (Méo) et Maxime Gibeault (Ben) en entrevue double.

Maxime Desjardins-Tremblay (Méo) est âgé de 20 ans et il n’en est pas à ses premières armes au cinéma. On a pu le voir dans le Ring, 10½, coteau rouge, et ma mère est chez le coiffeur entre autres. Et à la télévision il a tenu quelques rôles, dont le fils adoptif de Méo dans la saison II des Boys. Dans le film, il joue Méo à l’âge de 15 ans, alors qu’il est nouveau dans le quartier. Ce n’est pas sa première famille d’accueil et c’est un dur, car la vie lui a appris à se défendre. C’est lui qui planifiera les « gros coups » des boys.

Tu es celui qui a probablement le plus d’expérience de tournage de cinéma dans le groupe. Comment as-tu vécu ce tournage versus ceux que tu as faits avant? :  

Et est-ce que Pierre Lebeau t’a aidé pour préparer ton personnage? «Oui, il m’a donné beaucoup de conseils. Mais aussi, au début, on a eu 1 an à se préparer par nous-mêmes avec les films, la télésérie. Et quand on s’est fait coacher, ils ne venaient pas nous dire quoi faire, ils nous laissaient aller et ils étaient même ouverts aux suggestions. Si on leur demandait leur avis, alors là, ils se lançaient à nous donner leur vision du personnage.» 

Est-ce que tu as d’autres projets en cours que tu peux me parler? «Je travaille présentement sur le projet de Stéphane Gehami avec Louise Marleau, nos ennemis.» 

Que pensez-vous de l’expérience de faire le tour des régions pour faire des séances photos et signatures d’autographes et de rencontrer les gens?   

Maxime Gibeault (Ben)
Maxime Gibeault (Ben)

Maxime Gibeault (Ben), lui, en est à sa première expérience comme acteur. Il est un des Boys, une étoile montante, charmeur et jovial.

Comment as-tu trouvé ton expérience sur un plateau de tournage?  

Est-ce qu’il y a eu des scènes plus difficiles à tourner? «À part la scène sur le lac (dont on ne peut pas vraiment parler pour ne pas vendre le punch) pas vraiment, car on s’est vite dit qu’on devait vivre le moment au lieu de le jouer et cela nous a beaucoup aidé. » Écoutez la suite  

Est-ce que cela t’a donné le goût de continuer à jouer ?  «Oui c’est sûr. Je suis en secondaire V pour l’instant, mais j’aimerais bien poursuivre ma carrière au cinéma. »

Et te voir sur grand écran tu trouves ça comment? 

Derek Poissant (Marcel)
Derek Poissant (Marcel)

Questions pour Derek Poissant (Marcel)  et Samuel Gauthier (Bob), en entrevue double :

Derek Poissant (Marcel) est né à Les Coteaux. Une des raisons pour laquelle il a été choisi vient sûrement du fait qu’il a des yeux bleus et un regard qui peut facilement faire penser à celui de Marcel (joué par Luc Guérin). Déjà à 12 ans, Marcel avait les yeux légèrement croches et ce jeune Derek le personnifie à merveille… Avec Fernand, il forme la paire d’amis inséparables.

Je suis contente de voir Derek que tu n’as pas les yeux croches dans la vie. Est-ce difficile pour toi de jouer ainsi? Est-ce que cela te donne mal à la tête?  

Est-ce que Luc Guérin t’a aidé pour la préparation de ton personnage? «Je n’ai pas eu la chance de rencontrer Luc avant le tournage. Alors je me suis préparé par moi-même en écoutant les films. Et lors de la première scène avec Luc, pendant le souper, avant le match de hockey, il m’a vu aller dans la répétition et il m’a dit de ne rien changer et de le faire à ma manière. J’ai donc pris quelques trucs de lui, à force de le regarder, mais je n’ai pas voulu en faire une imitation, une caricature. » 

Comment as-tu trouvé ton expérience sur un plateau de tournage? Est-ce que c’est ce à quoi tu t’attendais? 

Samuel Gauthier (Bob), Samuel Gauthier qui interprète Bob Chicoine (rôle de Marc Messier) a un bon coup de patin au hockey, est né à Sherrington et il en est à sa première expérience au cinéma et comme comédien. Il a cependant le look pour le rôle de Bob, ce tombeur de ses dames, qui déjà à 13 ans faisait chavirer les cœurs des jeunes filles. En résumé son personnage est celui d’un enfant unique, très débrouillard, qui a déjà le sens des affaires, puisqu’il s’occupe de la salle de danse le samedi soir.

Ton rôle de Bob est complètement réussi. Tu ressembles parfaitement à Bob dans sa démarche, ses paroles. Est-ce que Marc Messier t’a aidé pour ta performance de jeu ?   

Est-ce qu’il y a des scènes que tu appréhendais de jouer, parce qu’elles étaient émotives ?«C’est sûr la scène sur le lac avec Ben, on avait peur de trouver ça difficile. Mais une fois sur le lac, on a juste vécu le moment et cela s’est fait tout seul. On a bien pleuré. Mais pour d’autres scènes que j’ai eu à faire avec Marc par exemple, oui j’avais un peu peur. Mais on a eu beaucoup de temps pour se pratiquer, alors cela m’a mis en confiance. Et une fois arrivé sur le plateau, on était tous à l’aise. »

Est-ce que cela t’a donné le goût de continuer à jouer ?  «C’est sûr que j’ai le goût de continuer, mais on verra ce qui arrivera. Moi pour l’instant, je suis au CEGEP en Multimédia.»

Jassen Charron (Fern)
Jassen Charron (Fern)

Jassen Charron (Fern), ce jeune montréalais, savait déjà jouer au hockey lorsqu’il a passé les auditions. De plus, il est un fervent de hockey, tout comme le personnage qu’il joue. Fern est gardien de but. Il regarde tout, lit tout et écoute tout ce qui peut se dire sur le hockey. Il a déjà de vastes connaissances pour son âge, c’est un véritable « historien » du hockey.

Comment as-tu trouvé ton expérience sur un plateau de tournage? «C’est inoubliable! Tourner avec 7 boys et en plus de vivre tous ensemble dans une maison à Québec pendant le tournage, j’ai tellement tripé et je le referais n’importe quand. »

Est-ce que cela t’a donné le goût de continuer à jouer?  «J’ai vraiment eu la piqure du cinéma. Je vais aller au CEGEP en théâtre après mon secondaire. Mais ce n’est pas tant du théâtre que je veux faire que du cinéma (ou télé). J’aime avoir une caméra devant moi et si la scène n’est pas bonne, je la refais. »

Tu jouais déjà au hockey, mais là, tu devais jouer dans les buts et je pense que ce n’était pas ta position habituelle n’est-ce pas ?  

Vous semblez vous être créé une belle amitié les 7 jeunes ensembles durant le tournage. Êtes-vous restés amis par après? « Oui, on est restés amis. On fait même des partys genre une fois par mois. La semaine passée par exemple, c’était chez moi. On a fait le party, relax, dans le spa. On ‘chillait’ comme on dit. » 

Que pensez-vous de l’expérience de faire le tour des régions pour faire des séances photos et signatures d’autographes et de rencontrer les gens? Cliquez  

Tu joues beaucoup tes scènes avec Marcel dans le film. Comment était-ce votre complicité à tous les deux? « Cela a été très facile. À Québec, on partageait la même chambre durant tout le tournage, alors la complicité s’est faite rapidement. Et ensuite, presque toutes nos scènes on les tournait ensemble alors on a développé une belle amitié. »

Certains diront, pas encore un autre film sur les BOYS ? Que leur dirais-tu pour qu’ils viennent le voir?  

Richard Goudreau
Richard Goudreau

Le producteur, réalisateur et scénariste Richard Goudreau

Pourquoi faire un autre film sur les Boys, mais cette fois-ci, de faire un retour dans le passé en 1967, pour raconter l’histoire de Stan, de Jean-Charles, de Méo, de Bob, de Fern et de Marcel quand ils avaient de 13 à 15 ans?« C’était intriguant! Mais surtout, cela me permettait de raconter une histoire qui me tenait beaucoup à cœur. Je tenais à faire un film qui parle de cette époque de la fin des années 60, les Noëls de ce temps-là, la messe de minuit, les patinoires extérieures que je trouve magique, et tant qu’à raconter cela, aussi bien le faire à travers les Boys. Parce que les Boys, je les connais. Les vrais Boys! Depuis le premier film des Boys, c’est une gang que je connais bien, ils ont été calqués ces Boys sur des gens que je connais vraiment et que je tiens à garder secret (et eux aussi d’ailleurs!) (rires). Bien sûr, j’ai caricaturé ces personnages, mais ce sont eux quand même. Et ces gars, je les ai connus jeunes. C’était mes chums même dans ce temps-là. Et ça fait au moins 5 ans que j’ai envie de raconter leurs histoires, comment ils sont devenus amis et ont formé une équipe aussi tissée serrée,  et de faire aussi un portrait de cette époque-là. »

Pourquoi avoir procédé par un repêchage sur le web de jeunes d’un peu partout, sans nécessairement d’expérience d’acteurs, lors des auditions qui ont eu lieu sur le site web http://lesboyslepetitrepechage.com  en novembre 2011. ? « Parce que je voulais du talent brut, pour pouvoir les former comme je voulais qu’ils soient dans le film. Et je n’ai pas tout à fait réussi, car j’en ai 3 qui ont joué déjà. Mais ils ont suivi le même cheminement, en faisant eux-mêmes leur vidéo sur le site web, sans intervention d’un agent ou autre. Et tous ces jeunes qu’on a choisis, ils sont d’une fraicheur et ils ont un talent fou. En plus d’être bons comme acteurs, plusieurs jouent du piano, de la guitare, par oreille, sans avoir appris. Ils dansent, ils chantent. » Voici ce qu’il avait à dire sur Maxime Gibeault (Ben), qui avait d’abord auditionné pour le rôle de Bob.  

Voici ce qu’il avait à dire sur Samuel Gauthier (Bob), et son interprétation de Bob, le charmeur, le motivateur du groupe. On retrouve vraiment les gênes de Bob en ce jeune acteur.  

Quels ont été les plus grands défis de ce tournage? La grande quantité de figurants? Les scènes extérieures de hockey? L’inexpérience des jeunes?  

Pour le générique de fin, on retrouve la chanson All For Love écrite par Bryan Adams (et qu’il chantait avec Rod Stewart et Sting) qui était dans le film Les trois mousquetaires,  traduite en français. Pourquoi?  

Garou a enregistré sa portion de la chanson à Paris, Roch à Montréal et Bryan Adams, sur l’Ile Moustique à 1 heure au sud de la Barbade  

Vous avez donné des rôles dans votre film à Rémy Girard, Pierre Lebeau, Marc Messier, Luc Guérin et Yvan Ponton comme les pères des jeunes (ou oncle ou coach) mais vous avez aussi la participation amicale de Patrick Labbé, de Michel Charette et de Roc Lafortune. Pourquoi juste de petits rôles? « Je ne pouvais pas leur donner des rôles de père, car ces trois personnages dans Les Boys sont trop jeunes et n’étaient pas nés ou assez vieux à cette époque. Mais je voulais leur donner au moins de petits rôles dans le film, car ça fait 17 ans qu’on est tous ensemble. Et je trouve que c’est le fun de voir Patrick Labbé en professeur sérieux. Roc, lui, c’est un clin d’œil tellement drôle qu’il soit policier. Et Michel est celui qui a des accès privilégiés chez la Canadiens de Montréal. Et ils ont tous accepté, car pour eux, cela était un nouveau personnage et ça fait du bien quand ça fait 17 ans qu’ils jouent le meme personnage. »

Pour terminer, est-ce que ceci met fin à la série des Boys ou si vous pourriez décider d’en faire un autre si le sujet s’y prête? « Depuis les Boys I, je me fais poser la question. Si je dis qu’il y en aura un autre, les gens vont répliquer : Pas encore un autre ! Alors, ne me le demandez pas, laissez-moi arriver avec une proposition qui va vous surprendre (comme cette fois-ci). Mais c’est sûr qu’il y a une idée.  Mais est-ce que je vais oser le faire? » 

Et retravailler avec ces jeunes ? « Je rêve de trouver un projet pour retravailler avec ces jeunes. Ils sont tellement bons! »

Voici la Galerie photos du tournage en février 2013  http://espace.canoe.ca/breton2010/album/view/865193

Fiche technique :

Réalisateur, scénario :  Richard Goudreau

Producteurs : Michel Gauthier (Michel Gauthier Productions), Richard Goudreau (Melenny Productions), André Rouleau (Productions Caramel Films) et Lenny Jo Goudreau (Melenny Productions)

Costumes : Ginette Magny

Directeur photo :  Jean-Pierre Trudel

Distributeur : Les Films Séville

Il était une fois Les Boys à l'affiche dès le 6 décembre
Il était une fois Les Boys à l’affiche dès le 6 décembre

Distribution

Fred      Rémy Girard

Jimmy  Pierre Lebeau

Denis Chicoine  Marc Messier

Gérard Bilodeau  Luc Guérin

François Taillefert  Yvan Ponton

Le prof / Tanguay   Patrick Labbé

Raymond  Michel Charrette

Sergent St-Pierre   Roc Lafortune

Stan Oullet (15 ans)   Simon Pigeon

Bob Chicoine (13 ans)  Samuel Gauthier

Fernand Rivest (12 ans)   Jassen Charron

Ben Bouchard (13 ans)   Maxime Gibault

Roméo Levasseur « Méo » (15 ans)  Maxime Desjardins-Tremblay

Marcel Bilodeau (12 ans)  Derek Poissant

Jean-Charles Taillefert (14 ans)  William Legault-Lacasse

Rachel Chicoine    Joëlle Morin

Marie Ouellet      Catherine Sénart

Le curé      François Léveillée

Lison Rivest        Sonia Vachon

Léo Rivest           Laurent Paquin

Micheline (Lilly ) Taillefert    Marie-Claude Michaud

Yolande Bilodeau     Isabelle Delage

BANDE-ANNONCE ET SITE WEB

Pour voir la bande-annonce du film Il était une fois les Boys, il suffit de vous rendre à cette adresse .

Pour consulter le site web du long métrage, cliquez ce lien .

 

Les films Séville

http://quebec.eonefilms.com/accueil

crédit photos : Lise Breton photographe