Entrevue avec Ingrid Falaise

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
349
Ingrid Falaise © photo: courtoisie
Ingrid Falaise © photo: courtoisie

La comédienne Ingrid Falaise a vécu sous le joug d’un amoureux africain manipulateur et narcissique durant plus de deux ans; il l’a violée, séquestrée et a menacé de la tuer. Elle nous raconte un tourbillon dans lequel elle a été plongée par cet amour de jeunesse qui l’a complètement envoûtée.

«Le Monstre» relate l’histoire d’une adolescente québécoise de dix-huit ans qui, par amour, a tout quitté – parents, amis, études – pour l’Afrique, où elle vivra pendant plus d’un an.

I-C-: Pourquoi dans votre livre utilisez-vous le nom de Sophie au lieu d’Ingrid ?

I.F: Lorsque nous vivons une situation à ce point difficile, nous enclenchons souvent un processus de dissociation afin d’être capable de survivre à cette épreuve. Écrire ce livre en portant mon nom était trop difficile, pour moi, pour le lecteur qui me connaît. Alors, j’ai choisi de m’appeler Sophie afin de l’écrire totalement, sans censure.

I-C: À dix huit ans, étiez-vous naïve ou souffriez-vous de dépendance affective ?

I.F.: Ni l’un, ni l’autre. Un manipulateur nous séduit, nous envoûte et tisse tranquillement, insidieusement sa toile autour de nous. Il a une aura magnétique, un charisme fou… C’est le premier cycle de la violence amoureuse, la séduction.

I-C: Pourquoi n’avez-vous pas écouté votre voie intérieure de le quitter à jamais ?

I.F.: Parce que la manipulation est lente et sournoise. La violence s’installe tranquillement sans qu’on s’en rende compte. Nous sommes fragilisés au fil des semaines, des mois. Nous sommes isolés et n’avons plus de repère ni personne à qui nous identifier. Notre jugement est biaisé car nous ne pouvons nous identifier qu’à notre « gourou ». On se questionne et la réponse n’est malheureusement pas claire. Nous doutons de notre voix intérieure et ne lui faisons plus aucunement confiance. Notre M… a installé dans notre tête que tout est de notre faute.

I-C: Vos parents sont venus à votre rescousse à plusieurs reprises, que pensaient-ils à l’époque de cette situation malsaine que vous viviez ?

I.F.: Ils ne connaissaient que ce que je leur disais. Je vivais dans une peur constante de M alors, je ne leur disais presque rien. Lorsqu’ils ont su, ils ont tout fait pour me sortir de là.

I-C: Avez-vous une crainte que M revienne au pays sous une fausse identité ?

I.F.: Oui, j’aurai toujours peur.

I-C: Quelle est votre relation actuelle avec vos parents, sœurs et amis-amies ?

I.F.: Ils sont mon château fort. Nous sommes plus proches que jamais.

I-C: En 2015, est-ce vous avez changé d’attitude envers les hommes immigrants ?

I.F.: Non pas du tout. La violence conjugale n’a pas de visage, ni de nom, ni de continent. Elle est partout et la religion ou le pays n’a rien à voir.

I.-C: Dans votre livre, vous dites que vous êtes marié à M ? Est-ce ce mariage a vraiment eu lieu ou est-ce un faux mariage. Ce mariage est-il reconnu au Québec ? Avez-vous fait des démarches pour annuler ce mariage maudit ?

I.F.: Le livre est l’histoire de ma vie alors oui, il y a eu mariage. Pour la suite des choses, je me marie l’année prochaine alors… tout est en règle et tout va bien.

I-C: Est-ce que vous exercez votre métier de comédienne ? Si oui, quels sont vos projets ?

I.F.:  Pour l’instant, je me concentre sur la sortie de mon livre et sur mes conférences « Comme dans un film ». Je suis comédienne et les projets sont à venir !

Cédrick et Ingrid Falasie © photo: courtoisie
Cédrick et Ingrid Falasie © photo: courtoisie

I-C: Vous êtes heureuse avec votre nouvel amoureux Cédrick, aurez-vous un mariage religieux ou civil en 2016 ?

I.F.: Un mariage civil avec un célébrant et une grosse cérémonie aura lieu en juin 2016 ! 

Merci Ingrid pour le temps que vous avez pris pour répondre à mes questions.

La seule chose que vous souhaite d’être heureuse avec l’homme qui partage votre vie. Que votre souhait se réalise d’avoir des enfants. Merci infiniment ! Pour les enfants, Cédrik en a déjà deux que je considère et que j’aime comme les miens, alors pour l’instant nous nous arrêtons là .

Vous pouvez lire mon appréciation du livre à ce lien :

http://info-culture.biz/?p=148517