Festival du film de Saint-Séverin du 27 au 30 septembre – Un cinéma qui nous regarde!

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
24
Guillaume Cyr

UNE 14eÉDITION POUR « UN CINÉMA QUI NOUS REGARDE »!

C’est avec fierté que le Festival du film de Saint-Séverin annonce la tenue de sa 14eédition, qui aura lieu du jeudi 27 au dimanche 30 septembre prochain. Les projections auront lieu dans l’église de Saint-Séverin, et parée de velours noir et de lumières donnant à l’ensemble un décor d’une singulière beauté.

Invité une première fois en 2017 à accompagner un long métrage où il tenait un rôle important ainsi qu’un court métrage qu’il a lui-même réalisé, Guillaume Cyr dit que le Festival est entré dans sa vie ce jour-là et qu’il en est tout de suite tombé amoureux… Il souhaite que les gens se déplacent en grand nombre :« Les évènements culturels ne pleuvent pas en Beauce, alors lorsqu’il y en a, et de cette qualité, il faut embarquer à pieds joints…). Il termine de façon plus qu’éloquente : « Je suis fier d’être Beauceron et fier de faire du cinéma. Du 27 au 30 septembre, je célébrerai les deux…… ».

Une programmation éclectique centrée sur l’humain

À vingt ans, trouver sa place de femme et d’artiste dans un monde qui fait un peu peur (Claire l’hiver), partir à la recherche de sa mère pour comprendre l’abandon  (Tadoussac), contrer la menace d’extinction du vivant (La terre vue du cœur), une jeune autiste qui peut lire et  écrire de la poésie (Dernières nouvelles du cosmos), la vie de dignes et fières Brésiliens expropriés durant les Jeux de Rio (L’autre Rio), un film de zombies comme façon de voir  notre humanité (Les affamés), le dernier été du jeune Félix Leclerc dans la maison familiale de La Tuque avant son départ pour étudier à Ottawa (Pieds nus dans l’aube), dans un tout-inclus d’un hôtel des Caraïbes, des pensionnaires fascinés par un client bizarre (All you can eat Bouddha – Le meilleur des séjours, en français), le dilemme de prendre soin en même temps et de sa famille toxique et de son amoureuse en quête d’une vie paisible (Chien de garde), le plaisir d’entendre raconter les souvenirs de chasse du guide Gilles Gagné comme accompagnateur du peintre Riopelle (L’homme de l’Isle) et rêver d’une agriculture responsable et innovatrice quand on est jeune, agriculteur(trice) et instruit(e) (La ferme et son État).

 Des invité(e)s à la hauteur

La réalisatrice Sophie Marcotte-Bédard et le monteur Joel Martin-Ben Abdallah (Claire l’hiver), Iolande Cadrin-Rossignol (La terre vue du cœur), la réalisatrice Julie Bertucelli  en visioconférence directement de France (Dernières nouvelles du cosmos), la réalisatrice Émilie Beaulieu-Guérette en visioconférence, (L’autreRio), la comédienne Brigitte Poupart (Les affamés), la monteuse du film Isabelle Malenfant (Pieds nus dans l’aube), un invité inconnu (All you can eat Bouddha-Le meilleur des séjours,le réalisateur Bruno Boulianne (L’homme de l’Isle) et Maxime Laplante, agronome et président de l’Union paysanne (La ferme et son État).

Des courts métrages qui ont la cote :

La pureté de l’enfance(Zviane), L’appartement(Justine Gauthier), La terre est habitée! (Les Drew, Kaj Pindal),Reste je ne veux pas être toute seule(Gabriel Savignac), Nacimientos (Réalisation collective et Wapikoni),Fauve(Jeremy Comte),Félix Leclerc chante Cadet Rousselle (Jean Dallaire artiste), Lola et Claire(Élizabeth Desbiens), Simon(Nicolas Bacon), Trois pages(Roger Gariépy), La visite guidée(Martine Asselin).

Rétrospective photo – 13 ans de Festival

Les festivaliers sont aussi invités à une rétrospective photo du Festival grâce aux images captées par Madame Ghislaine Crête, sous la présidence d’honneur de M. Benoît Lachance du Domaine à l’héritage.

On peut consulter le programme 2018 et se procurer des billets sur https://www.festivalcineseverin.org/

———————————————–

À propos du Festival : Le Festival du film de Saint-Séverin veut démontrer que, parallèlement au cinéma commercial, il existe un cinéma d’auteur d’ici ou d’ailleurs à découvrir, connaître, analyser, critiquer, débattre, aimer ou ne pas aimer; qu’il peut, en région, être à la portée de tous et constituer un carrefour de connaissances cinématographiques, d’apprentissage, de rencontres et d’échanges.