Astérix chez les Québécois, une histoire d’amour et de nostalgie pour les amateurs de BD!

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
78
Astérix chez les Québécois, Un Gaulois en Amérique

Tristan Demers, concepteurs d’albums de BD et à qui l’on doit de petits bijoux de livres documentaires tels que : Tintin et le Québec, et Emmène-nous à La Ronde, a publié récemment aux éditions Hurtubise, Astérix chez les Québécois, Un Gaulois en Amérique une autre belle bible documentaire, juste à temps pour les cadeaux du temps des Fêtes.

 Résumé : Depuis sa création en 1959 et fort de ses 375 millions d’exemplaires vendus, Astérix n’a cessé de fasciner les lecteurs de tous âges. Accueillant chacun des albums de la série avec enthousiasme, les Québécois se sont identifiés à ce petit village gaulois qui poursuit, seul, sa lutte contre l’envahisseur romain. Superbement illustré et bourré d’informations inédites, ce livre documentaire explique le pourquoi et le comment de cette histoire d’amour franco-québécoise unique. Tous les aspects des rapports établis au fil des ans entre les Québécois et l’œuvre de Goscinny et Uderzo sont passés au crible : historique, politique, culturel, publicitaire, muséal, etc. Une invitation à la découverte et à la détente qui vous donnera le goût de vous plonger dans la relecture de l’une des plus grandes séries de l’histoire de la bande dessinée mondiale : Astérix!

Je ne suis pas une grande amatrice de bandes dessinées, par contre, parmi les quelques BD que j’ai lues dans ma vie, les albums d’Astérix sont ceux que j’ai le plus appréciés. Et ceci, sans compter les films d’Astérix que j’écoutais à la télé dans le temps des Fêtes. Donc, on peut dire qu’Astérix a bercé une partie de ma jeunesse. Alors quel beau cadeau que Tristan Demers nous fait avec ce superbe livre abondamment illustré qui nous parle de la genèse de l’apparition de ces charmants Gaulois, et leur lien qu’ils ont entretenu avec le Québec au fil des ans.

Que ce soit en BD, en films, en pièce de théâtre, en publicité, au cirque, au musée de cire ou de la civilisation, au Salon du livre, au festival de la bande dessinée, et même au niveau des études à l’université, Astérix et ses créateurs Goscinny et Uderzo,  ont fait partie du Québec dès les années 60 jusqu’à aujourd’hui.

Dans son introduction, Tristan Demers dit ceci : «Ce livre propose avant tout un regard affectueux sur ce grand classique de la BD à travers les yeux des gens d’ici.» Je trouve que cela résume très bien le contenu de ce livre. De plus, il ajoute ce petit clin d’œil, pour montrer notre relation avec les Gaulois « Nous sommes en 2018… l’Amérique du Nord est occupée par les Anglo-saxons. Toute ? Non! Un village peuplé d’irréductibles Québécois résiste encore et toujours à l’envahisseur. Et cette survie n’est pas facile pour cette garnison francophone qui, à la manière d’Astérix, doit se battre pour préserver son identité, sa langue.» Quelle belle appropriation les Québécois se sont faite de ces personnages franco-belges! Il n’est pas surprenant qu’Astérix ait marqué autant le Québec depuis tant d’années.

Ce livre documentaire foisonne d’informations inédites en plus d’être abondamment illustré, avec des dessins et images provenant directement des archives des créateurs d’origines. Il y a aussi beaucoup de photos d’archives de Montréal, de publicités, d’événements passés,  bref, on y retrouve une belle nostalgie à faire ce retour dans le passé. Les pages sont épaisses dans ce livre cartonné et on voit la belle qualité des photos, et de la mise en page, faisant ainsi de cet ouvrage une excellente œuvre d’une grande qualité.

Dans la première section du livre, on nous fait la genèse du début d’Astérix, par ses deux créateurs. Ensuite, on apprend comment, petit à petit, ces personnages franco-belges sont d’abord venus jusqu’à nous au Québec, par l’entremise de la section des bandes dessinées dans les journaux locaux.

On adore ces antihéros, avec tout l’humour et l’autodérision qu’ils présentent dans leurs aventures rocambolesques. Il y a une franche camaraderie entre eux. Bien qu’ils se chicanent beaucoup et sont plutôt rustres, c’est en groupe, avec tous les villageois (et la potion magique), qu’ils deviennent plus forts et aptes à mener tous les combats. Ce n’est pas surprenant qu’on se retrouve autant dans ces personnages.

On apprend beaucoup d’informations dans ce bouquin, en faisant le tour des différents albums et films entourant Astérix. Ainsi, qui ne se souvient pas de ciné-cadeau qui nous présentait chaque année au temps des Fêtes, ce trio de films d’Astérix qu’on ne se tanne jamais de regarder ? Saviez-vous aussi que Gérard Depardieu est le seul qui a repris son rôle d’Obélix dans les 4 films produits en France ? Finalement, j’ai été surprise d’apprendre qu’il y a eu un jour un projet de construction d’un Parc thématique Astérix à Granby. Il n’a malheureusement pas vu le jour, bien qu’il aurait pu renaitre en 2010 lors de la vente de la Ronde, si Six Flags n’avaient pas gagné la mise.

Également, je suis surprise de voir tous les produits dérivés, ainsi que les publicités avec Coke Diète et Céline Dion, le lait (la potion magique de Panoramix) ainsi que les biscuits Viau, et même Alcan, qui ont voulu utiliser Astérix comme porte-parole.

Avec ses 37 albums jusqu’à présent, ses 9 dessins animés, ses 4 films, ses produits dérivés, son parc d’attractions à Paris, et ses 375 millions d’exemplaires vendus à travers le monde depuis 1959, traduits en 111 langues et dialectes, Astérix, au Québec, est la bande dessinée la plus vendue. Alors, cet ouvrage de Tristan Demers, qui se  destine tant aux néophytes qu’aux connaisseurs de la bande dessinée, est assurément une superbe idée de cadeaux pour le temps des Fêtes.

Tristan Demers

Tristan Demers est présent sur la scène culturelle québécoise depuis l’âge de l0 ans. À la tête de son studio de création et concepteur d’une soixantaine d’albums de BD (Gargouille, Les Minimaniacs, Les Shopkins), il parcourt le monde et anime des émissions jeunesse à la télévision de Radio-Canada et sur Yoopa. Récipiendaire de plusieurs prix, il est aussi l’auteur de quelques essais et livres documentaires : Tintin et le Québec, Emmène-nous à La Ronde, Les Enfants de la bulle et L’Imaginaire en déroute.

Prix : 32,95 $

Nombre de pages : 178 pages

Date de parution : 7 novembre

Éditions Hurtubise

http://editionshurtubise.com/

http://www.tristandemers.com/