Haute-ville Basse-ville

Le 28 janvier 2010

 

Par un beau soir de juillet, en plongeant dans la rivière Saint-Charles, un garçon découvre le corps d’une jeune femme. L’indignation populaire s’enfle au gré des informations nouvelles : fille de charpentier, membre de la chorale Saint-Roch, désireuse de se faire religieuse un jour, elle aurait subi les «derniers outrages» et des brutalités inouïes.

Que fait la police? Rien, semble-t-il. Ou plutôt, murmure-t-on, elle s’efforce de soustraire les coupables à la justice. Des personnes jouissant d’un alibi à toute épreuve se trouvent poursuivies, alors que quelques beaux garçons de la Haute-Ville ne sont guère inquiétés. Pourtant, des noms circulent, des publications évoquent les circonstances du drame.

Se pourrait-il que la vertu et la vie d’une pauvre fille de la Basse-Ville pèsent, dans la balance de la justice, moins lourd que la quiétude des garçons des familles de la Grande-Allée? C’est compter sans la faculté d’indignation d’un avocat récemment revenu à Québec et prêt à tout pour découvrir la vérité…

Une œuvre historique, socio-politique et policière.

Ce roman plaira aux amateurs de romans historiques à coup sûr, tout en accrochant au passage les amateurs de romans policiers, car l’œuvre joue avec bonheur sur les deux tableaux. Quant aux amoureux de la ville de Québec, ils seront servis à souhait par les décors nostalgiques et la description inspirée des mœurs de l’époque. À mesure que l’intrigue avance, le lecteur s’attache facilement aux personnages principaux et il lui est difficile de ne pas détester leurs antagonistes. L’auteur réussit à donner à chacun d’entre eux une personnalité unique et crédible qui s’intègre bien dans le fil des événements.

 

 

Jean-Pierre Chartrand a publié plusieurs romans, dont L’Été de 1939, avant l’orage (2006), La Rose et l’Irlande (2007) et la saga Les Portes de Québec qui a connu une carrière remarquable. La passion de Charlandpour l’histoire et son talent de conteur s’allient pour offrir au lecteur des récits à la fois authentiques et profondément originaux. Jean-Pierre Charland a publié Haute-Ville, Basse-Ville une première fois, en 1998, aux éditions Septentrion, sous le titre Un viol sans importance.

 

Prix suggéré : 29.95 $
600 pages

Edition Hurtubise: www.editionshurtubise.com/

 

 

 

 

 

    

 

 

 

 

 

 

 

PARTAGER
Article précédentLa mémoire des vague
Article suivantLa caravane des pantins