Thomas est de retour

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
17

Le 20 mars 2010

 


 

C’est à un banquet de tendresse et de présence à l’autre que nous convieDonald Alarie avec son dernier ouvrage Thomas est de retour. Des personnages aussi attachants les uns que les autres s’adonnent à un ballet incessant de relations interpersonnelles dont la source est la recherche du bien être de l’autre dans le respect de soi.

Chacun des  personnages principaux  fait part au lecteur de leurs sentiments profonds, de leurs rêves intimes, de leurs attentes avouées, de leurs besoins profonds de l’autre dans la vie de tous les jours. Personnages qui  finissent par se rejoindre dans une apothéose de joie simple, de bonheur vrai et d’empathie réelle entre eux, entre elles. Le tout soutenu par une écriture sans fioritures inutiles. Laissant toute la place à la pureté  des émotions, à la clarté de la pensée.

Thomas, qui revient dans sa ville natale après une absence de quinze ans, rencontre Benoît Parent. Il découvre que ce dernier est le fils d’Annie avec qui il a eu, avant son départ, une aventure.

Benoît serait-il son fils? Thomas suppute que cela est possible étant donné que l’âge de Benoît coïncide avec sa rencontre avec Annie.

Un livre rafraichissant à lire absolument.

 

 

Né à Montréal, Donald Alarie habite la région de Lanaudière depuis 1973. Il est l’auteur d’une vingtaine de volumes, des romans, des nouvelles, de la poésie. Ses plus récents titres sont: Au café ou ailleurs (2004), Au jour le jour (2006) et Todo está perdido, todo se vuelve a encontrar / Tout est perdu, tout est retrouvé (2006). On a pu aussi lire ses textes dans plusieurs revues dont Estuaire, Moebius, Combats, Brèves littéraires et XYZ. La revue de la nouvelle. Donald Alarie a reçu, en 2006, le Prix à la création artistique du Conseil des arts et des lettres du Québec (région de Lanaudière) pour l’ensemble de sa production littéraire.

Prix suggéré : 20 $
128 pages

www.editionsxyz.com

 

PARTAGER
Article précédentUn bonheur si fragile
Article suivantIls ont écrit la guerre