La saison 2010-2011, un regard neuf sur … Création, Création, Création!

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
30

 Le 12 mai 2010

 

 

Québec, ville de théâtre? Ville de création aussi. Rarement a-t-on vu autant de créations originales sur nos scènes, et la dix-septième saison de Premier Acte y contribue de façon importante. Huit des dix spectacles proposés ont été écrits et  créés par des artistes d’ici. Théâtre Premier Acte lançait le mercredi 12 mai, sa programmation 2010-2011.

Ces créations empruntent plusieurs des multiples avenues que comporte le théâtre de ce siècle : multidisciplinarité, clown, théâtre musical, comédie et construction littéraire.

En ouverture de saison, du 21 septembre au 9 octobre, le Théâtre du temps qui s’arrête  présente La F anfare, un spectacle qui se situe entre cabaret, théâtre et rock acoustique. C’est l’histoire du retour et de la renaissance d’Eugène, soldat atteint de choc post-traumatique. Suivra, du 19 octobre au 6 novembre, Le cardigan de Gloria Esteban, une fine comédie aux dialogues savoureux signée Joëlle Bond, lauréate de la bourse Première œuvre de Première Ovation, une production du petit luxe-compagnie de théâtre.

Dès le 9 novembre, Premier Acte renouvelle l’expérience de codiffusion avec les productions Recto Verso pour une œuvre multidisciplinaire : La Jeune-Fille et la mort, une pièce multiforme à la structure « indisciplinée » et intelligente, créée par Le Bureau de l’APA.



La pièce ouvrant la saison:La Fanfare de Lucien Ratio, comédien et metteur en scène. La pièce de Érika Soucy: Domino qui clôturera la saison. Érika est accompagnée de Patric Saucier et Hubert Bolduc.

 

De nouveau, du 16 au 20 novembre, nous accueillons un collectif de Montréal, le Théâtre Le Foyer, avecExtrémités, du dramaturge et scénariste américain William Mastrosimone, où une femme agressée renverse la situation et réussit à prendre le dessus sur son assaillant. Les rôles sont maintenant inversés.

Pour bien terminer cet automne théâtral , nous vous proposons la reprise du touchant et fascinant … et autres effets secondaires, incursion sensible et troublante dans le monde de Benoît, un sans-abri souffrant de délires psychotiques et qui a fui le monde à la suite d’un crime dont il ne garde aucun souvenir.

Pour commencer l’année 2011 voici les pièces : du 18 janvier au 5 févrierpour lutter adéquatement contre la froidure et la déprime de l’hiver , nous célébrons l’heureux retour du Soucide collectif, qui nous avait offert le savoureux et surprenant Quand le sage pointe la lune, le fou regarde le doigt. AvecKukipik doikipu, cette joyeuse bande de clowns nous propose un show de clowns trash d’une délicatesse de début du monde.

Du 15 février au 5 mars, le collectif Projet Un propose 6 h 30. Huit auteurs québécois contemporains ont permis à  cette équipe de créateurs de jouer avec le contenu de leurs œuvres. Le résultat est un éloge à la vie quotidienne, à l’ordinaire, à la routine… et au sublime qui s’en dégage. Un habile collage qui a  pourtant toute l’apparence d’un texte unique.

Du 15 au 26 mars, nous poursuivons l’aventure avec le nouveau texte de Jocelyn Pelletier, à qui l’on doit le spectacle Symbiose. Son collectif, Sushi (poisse/son/mort) théâtre, nous présente La mélodie entre la vie et la mort, un huis clos minimaliste qui flirte avec l’horreur et le fantastique, une expérience déroutante où le théâtre se conjugue parfaitement avec la musique électronique.

Enfin, pour clore cette saison, une des premières lauréates de Première Ovation littérature, Érika Soucy et l’Ancre rouge nous offrent Domino : un drame familial et une tragédie contemporaine, celle d’une tuerie dans un Cégep vue sous l’angle de la famille du tueur.

 


Marc Gourdeau directeur artistique de Premier Acte entouré de quelques artistes pour la saison 2010-2011 

 

Surveillez aussi le site pour vous tenir au courant des activités spéciales (lectures, laboratoires publics, etc.) qui se tiendront en périphérie de la programmation régulière.

Bonne saison 2010-2011 !

www.premieracte.ca

 

 

Crédit photos : Lise Breton