La Mort

alt
 
Cet ouvrage explique les processus biologiques liés à la mort, les différentes causes de morts et expose des conceptions historiques, culturelles et spirituelles de la mort. Il explore de façon méthodique la biologie et les limites de la vie, les rituels de la mort et les craintes qui lui sont associées et décrit les phénomènes entourant la perte de la vie.
 
Ce livre est abondamment illustré par des photographies de chefs-d’œuvre de l’art, peintures et sculptures offrant diverses représentations de la mort. Son contenu est médical et scientifique. On y retrouve beaucoup de tableaux explicatifs très complexes, mais cela est expliqué de façon à nous faire comprendre en grande partie ce qu’ils veulent dire.
 
À première vue, il peut sembler un peu déprimant, voire même morbide de lire un tel genre d’ouvrage. Cependant, le but ultime de ce livre est de mieux comprendre la mort pour mieux profiter de la vie par la suite. Ainsi, parler de la mort, c’est apprivoiser cette épreuve qui nous attend tous. En l’apprivoisant, on pourra alors profiter au maximum de la vie.
 
Ce livre est très complet. Il illustre à l’aide d’exemples concrets les multiples façons dont nous pouvons mourir. Il traite de sujet comme la mort cérébrale (coma) en expliquant le fonctionnement du cerveau. On en apprend plus sur les endorphines, l’adrénaline, la sérotonine, tous ces neurotransmetteurs qui agissent sur notre cerveau. On distingue aussi l’effet placebo et le nocebo, soit l’autosuggestion positive ou négative qui influence notre cerveau. On nous parle aussi de l’apparition de la vie, l’ADN, l’oxygène, les types de cellules, les globules, rétines, neurones… Et on nous explique la venue des rituels funèbres et de la religion pour tenter de trouver un sens à la mort. On nous parle de Vampires, loups-garous, Zombis, toutes ces créatures mythiques créées pour transcender cette peur de la mort.
 
Ensuite, on s’attaque aux maladies chroniques, et comment on peut prévenir leur arrivée dans notre vie, en mangeant bien et ayant de bonnes habitudes de vie. S’ensuivent les maladies cardiaques, les AVC, le cancer, l’Alzheimer, l’euthanasie, les infections, microbes, bactéries, virus, SIDA, les poisons, morsures mortelles, les morts violentes telles que meurtres par balle, collisions fatales, traumatisme crânien, puis les morts inhabituelles comme pendaison, drogues mortelles et la foudre.
 
L’avant-dernier chapitre est des plus lugubres, puisqu’il décrit la décomposition du corps à sa mort en allant jusqu’à en décrire l’odeur. On parle aussi de l’embaumement et des momies. On termine cependant sur une note joyeuse, avec le chapitre À mourir de rire, où des blagues et citations nous font bien rigoler.
 
Après avoir lu ce livre, je peux dire que je me sens mieux renseigné et un peu plus prête à faire face à ce qui m’attend. Par contre, cela me donne également le goût de vivre pleinement ma vie, en espérant sa fin le plus loin possible.
 
 alt
 
Richard Béliveau est professeur de biochimie à l’Université du Québec à Montréal, où il est titulaire de la Chaire de recherche en prévention et traitement du cancer. Il est également chercheur attaché au service de neurochirurgie de l’hôpital Notre-Dame (CHUM) et titulaire de la Chaire de neurochirurgie Claude-Bertrand. Il est professeur de chirurgie et de physiologie à la faculté de médecine de l’Université de Montréal. Chercheur associé au Centre de prévention du cancer du département d’oncologie de l’Université McGill, il est aussi membre du Groupe de thérapie expérimentale du cancer de l’Hôpital général juif de Montréal. Il est l’auteur de plus de 230 publications scientifiques dans des revues médicales à l’échelle internationale. Ses sujets de recherche sont la prévention et le traitement du cancer
 
 
alt
Denis Gingras est chercheur spécialisé en oncologie au Laboratoire de médecine moléculaire du service d’hémato-onconcologie de l’Université du Québec à Montréal
 
 Prix : 39.95 $
 
264 pages
 
Éditions Trécarré