Alexandre Désilets à l’Anglicane

 

 

L’Anglicane a été ébranlée par les rythmes explosifs et les mélodies d’Alexandre Désilets qui présentait son spectacle, La garde, le samedi 2 avril dernier.  L’auteur-compositeur-interprète récipiendaire de plusieurs prix n’a pas ménagé les efforts pour nous faire sentir la vibration créatrice qui l’anime.

 

Désilets joue habilement avec les contrastes, mélangeant paroles profondes à mélodies enjouées, et misant sur des changements de rythme fréquents dans ses chansons, ce qui n’est pas sans déstabiliser les non-initiés à ses explorations musicales.  Son équipe de musiciens s’accorde parfaitement avec ses compositions et rend bien la volonté d’animer d’un souffle nouveau les sonorités à travers la guitare et les éléments d’électronique.   D’ailleurs, une grande place est laissée au talent des musiciens avec des fréquentes périodes instrumentales tout au long des chansons qui nous sont proposées.

Présentant l’ensemble de son dernier album, du même titre que son spectacle, il s’est permis de reprendre quelques titres de son premier opus, Escalader l’ivresse, pour compléter son tour de chant.  Une énergie incroyable se dégageait du matériel qui nous a été proposé.  Théâtral à souhait, Désilets meublait la scène avec une émotion qui s’accordait bien avec les notes qui planaient dans l’atmosphère éthérée de l’Anglicane.  L’interprétation acoustique de la chanson escalader l’ivresse, où sa voix était mise en valeur sans ampli ni micro, en compagnie seulement de son guitariste, a été un moment magique.

 

Les spectacles d’Alexandre Désilets sont sans contredit des événements riches en émotions et en explosions musicales.  Encore considéré comme faisant partie de la scène émergente, il se taille une place dans les sillages de Daniel Bélanger par l’originalité de son approche et de son expérimentation  musicale.

À surveiller en spectacle où on peut ressentir encore plus la puissance explosive et énergique de sa verve musicale et poétique.

 

Crédit photos: Yannick Lepage

www.alexandredesilets.com

Anglicane de Lévis

Mercure Communications

 

 

PARTAGER
Article précédentLa langue des oiseaux
Article suivantJacob – Si jeune