Jacob – Si jeune

 

 

Vendredi le 02 avril 2011, au Théâtre du Petit Champlain c’est un public relativement jeune qui attendait fébrile l’entrée sur scène de Jacob.

2 choristes, un claviériste, 4 danseurs et un talentueux chanteur il n’en faut pas plus pour faire un bon show.

 

Il interprète quelques duos avec ses choristes Samuel Lauzière et Audrey-Louise Beauséjour. Ils ont également beaucoup de talent.

Ses danseurs Maëva, Chloé, Benjamin et Anthony exécute plusieurs chorégraphies de Madame Cynthia Normandin. Toute la troupe de l’Académie Danza vient également présenter une danse endiablée.

Sur la scène qui est continuellement en mouvement il chante avec l’aisance d’un artiste d’expérience ce qui est surprenant pour un jeune de son âge.  Il a la voix claire, haute, douce vraiment agréable à écouter.

 

Du Hip Hop à son meilleur il enchaîne avec du Michael Jackson ou du Diana Krall. Il  exécute même quelques pas de moonwalker au grand plaisir des jeunes demoiselles.

J’ai eu la chance de discuter un peu avec lui. Jacob c’est un garçon de 11 ans, il aura 12 ans le 8 avril s’est il empressé de me confier.  Ce même soir aura lieu son prochain show à Gatineau.

 

Il a débuté à 4 ans dans une comédie musicale.  Il en est déjà à son second album.  Le premier a pour titre « Partir vers les étoiles », son second « Si jeune » C’est  d’ailleurs celui-ci qui l’amène à présenter son spectacle un peu partout dans la province.  Sa mère vit intensément cette aventure avec lui.

Jacob dit qu’il tient ses influences de Michael Jackson, Elvis Presley et des Beatles, tous des morts rajoute-t-il. Si tel est le cas moi je peux vous garantir que lorsque Jacob est sur scène c’est tout sauf mort.  Il est très poli et super gentil.

On peut visionner ces vidéos clip sur Youtube.com en tapant soit « si jeune » ou « Dis-moi« , croyez-moi ça vaut le détour.

 

 

Jacob c’est un garçon souriant, beau comme un cœur avec un immense talent et si jeune, comment ne pas aimer?

www.theatrepetitchamplain.com

Crédit photos : Pascal Dumas

PARTAGER
Article précédentAlexandre Désilets à l’Anglicane
Article suivantLe cerveau du crime