« Musiques du Maghreb », le 16 mai 2018 à la Bibliothèque publique juive de Montréal

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent ( 5,00 étoiles sur 5) - 1 avis
262
Ensemble Tessala © Photo de courtoisie
Ensemble Tessala © Photo de courtoisie

Entre hier et aujourd’hui, entre ici et là-bas, entre culture juive et culture arabe… qu’en est-il de ce que l’on nomme la musique du Maghreb? C’est à cette question vaste que tenteront de répondre deux véritables spécialistes de la musique du Maghreb, l’une juive – Yolande Amzallag – et l’autre musulman – Adil Abara –, ainsi qu’un très bel orchestre – l’Ensemble Tessala sous la direction de Samuel Bonnet – composé de trois musiciens talentueux, un juif, un musulman et un québécois…

La soirée s’annonce d’être riche et particulièrement animée : on y entendra non seulement de la musique live mais aussi les avis de deux experts sur la question de la musique du Maghreb avec tous les enjeux identitaires que celle-ci peut comporter.

Yolande Amzallag, qui chante et n’est rien de moins que la fille du grand Samy Elmaghribi, partagera donc ses connaissances et son expérience de la musique du Maghreb avec le jeune Adil Abara, un puits de connaissance en matière de musique ancienne mais aussi et surtout contemporaine, et qui croit à la réconciliation entre les peuples par le biais de la musique. Entendre ces deux-là échanger et se contredire sur d’infimes détails de rythme, d’influence ou d’usage… de la musique d’hier et d’aujourd’hui est déjà en soi un véritable plaisir; je peux en témoigner.

Ensemble Tessala © Photo de courtoisie
Ensemble Tessala © Photo de courtoisie

Qu’en est-il de la musique du Maghreb aujourd’hui ? A-t-elle conservé les traces de l’influence juive et de ses musiciens si nombreux il n’y a pas si longtemps et qui ont quitté les pays arabes avec quasiment tous les autres Juifs? Ne confond-on pas parfois musiques andalouses, musiques du Maghreb et musiques liturgiques juives? En dehors du Maghreb, se souvient-on dans les pays arabes de l’influence juive sur la musique qu’on y entend aujourd’hui? Et en Israël, existe-t-il beaucoup de formations musicales qui mêlent harmonieusement des Juifs et des Arabes? Les questions sont variées et dépassent de beaucoup les quelques-unes que j’ai pu répertorier. On pourra d’ailleurs compter sur le public pour en formuler d’autres auxquelles les deux spécialistes invités se plairont à répondre.

C’est ainsi que durant la soirée, on aura le plaisir de visionner de très courtes vidéos pour se replonger dans le passé, mais surtout, et c’est bien le clou de la soirée, d’écouter abondamment la belle formation musicale Ensemble Tessala, très active à Montréal et ailleurs.

Tessala (un terme qui désigne la minuscule tuile de marbre utilisée pour former les pavés de mosaïque) est composée de trois musiciens d’ici, Samuel Bonnet à la guitare, Khalil Moqadem au oud et Nathaniel Huard aux percussions. Un Juif, un Musulman et un Québécois qui jouent ensemble, c’est dire qu’on est en pleine mosaïque de talents pour offrir un répertoire et des arrangements musicaux contemporains tenant compte du passé et ouverts aux tendances actuelles et aux improvisations.

Le programme musical précis n’a pas été diffusé. Il tiendra sans doute compte des discussions entre les deux experts et laissera là encore une grande place à l’improvisation et sans doute à de très belles surprises.

Le spectacle est programmé pour un soir seulement, le 16 mai prochain à Montréal… un événement à ne sûrement pas manquer…

Musiques du Maghreb, le 16 mai 2018 à 19h30, à la Bibliothèque publique juive de Montréal (5151, chemin de la Côte-Sainte-Catherine)

Avec Yolande Amzallag, Adil Abara et l’Ensemble Tessala (Samuel Bonnet, Khalil Moqadem, Nathaniel Huard)

Informations : http://www.jewishpubliclibrary.org/media/mediaContent/JPL%20Spring%2018%20-%20WEB.pdf