Entrevue avec Yves Jacques pour le film un homme pressé

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
81
Yves Jacques

Le film français Un homme pressé écrit et réalisé par Hervé Mimran qui met en vedette Fabrice Luchini, Leïla Bekhti et Yves Jacques, prend l’affiche au Québec dès le 21 décembre. Cette comédie dramatique basée et inspirée par une histoire vraie, du roman de Christian Streiff J’étais un homme pressé,  a d’abord été présenté à guichets fermés en première Québécoise à Cinémania. Il a été présenté au Festival international du film francophone de Tübingen-Stuttgart où a reçu le Prix du public et le Prix du jury jeunesse puis, au France Odeon (Festival du cinéma français de Florence) où il a obtenu le Prix du public « Foglia d’Oro ».

Résumé : Alain est un homme d’affaires respecté et un orateur brillant. Il court après le temps. Dans sa vie, il n’y a aucune place pour les loisirs ou la famille. Un jour, il est victime d’un accident cérébral qui le stoppe dans sa course et entraine chez lui de profonds troubles de la parole et de la mémoire. Sa rééducation est prise en charge par Jeanne, une jeune orthophoniste. À force de travail et de patience, Jeanne et Alain vont apprendre à se connaitre et chacun, à sa manière, va enfin tenter de se reconstruire et prendre le temps de vivre.

J’ai rencontré Yves Jacques qui était à Québec pour une présentation spéciale du film.

Questions pour Yves Jacques :

Pourquoi ce rôle, ce projet, vous intéressait-il, même si ce n’était qu’un petit rôle? « Pour moi, il n’y a pas de petits rôles. Car si le rôle n’était pas intéressant, il ne serait pas dans le film. Et si ce personnage n’est pas là, il manque quelque chose au film. Alors, c’est pour cette raison que je ne refuse jamais un rôle qui a moins de présence nécessairement à l’image, car pour l’histoire, le rôle est important.  Aussi, de savoir que toutes mes scènes étaient avec Fabrice Luchini, je ne pouvais pas demander mieux. »

Parlez-moi d’Éric,  votre personnage et son lien avec Alain, le personnage principal du film. Écoutez-le nous parler du film :  personnage_et_histoire.

«Également, je me permets de dire aux gens de rester à la fin du film pour le générique, car il y a des moments très drôles qui ont été ajoutés pendant le générique.»

Fabrice Luchini est un grand acteur. Je l’ai apprécié dans plusieurs films. On dit de lui aussi qu’il est un amoureux des mots. Était-ce la première fois que vous jouiez avec Fabrice Luchini?  « Lui et moi, on s’est connu sur un film de Laurent Tirard qui s’intitule Astérix et Obélix au service de Sa Majesté. Je faisais le psy et lui faisait Jules César. C’était drôle. Et là, c’était très agréable de se retrouver pour ce film Un homme pressé. Tout comme moi, Fabrice se rend très disponible au metteur en scène. » 

Et le réalisateur Hervé Mimran, il vous connaissait? Et il était comment comme réalisateur? «Hervé m’avait vu joué sur scène avec Micha Lescot qui joue également dans le film. On jouait ensemble dans Ivanov, un Tchekhov au théâtre de l’Odéon à Paris. Et c’est après nous avoir vus jouer qu’il a voulu qu’on soit dans son film tous les deux. Et c’était bien agréable de tourner pour lui. J’avais vu son film précédent Tout ce qui brille, que j’avais trouvé magnifique, très humain et drôle à la fois, comme ce film-ci d’ailleurs. J’aime bien ce mélange de ton dans un film. »

«Bien que ce soit Hervé Mimran qui a écrit le scénario, ce film est basé sur une histoire vraie. Christian Streiff, victime d’un AVC en 2008 qui avait dû cacher sa maladie pendant plusieurs mois avant de se faire licencier en moins de deux heures. » Et il parait que le réalisateur lui a donné un caméo dans le film dans la séquence du Pôle Emploi. Vous le saviez?  «En fait non, je ne le savais pas, car après mes scènes avec Luchini, je n’ai pas assisté au reste du tournage. »

Au final qu’avez-vous pensé du film lorsque vous l’avez vu pour la première fois ? Écoutez-le parler de ses impressions du film :  impressions

Ce film parle de la fragilité de la vie, de l’être humain, qu’on soit puissant ou misérable… ça fait réfléchir ce film quand même, sur le fait que la vie c’est fragile n’est-ce pas? Et qu’on peut tout perdre du jour au lendemain qu’on soit puissant ou non… «Effectivement, cela fait réfléchir sur le don de soi et passer du temps avec ceux qui nous sont chers » Écoutez-le raconter un événement récent qui l’a profondément touché en lien avec les thèmes de ce film :  don_de_soi

Avez-vous d’autres projets sur lesquels vous travaillez et que vous pouvez me parler? «Il y a le film Beauté du monde d’André Forcier, dans lequel je joue le Frère Marie-Victorin, aux côtés de Roy Dupuis.  On a tourné cela l’été dernier. C’était un réel plaisir de travailler avec Roy qui s’investit beaucoup dans le film et qui m’a guidé dans l’univers de Forcier. J’ai aussi joué dans Justice dot net, tourné au Luxembourg, en anglais, avec entre autres Pascale Bussières. Ça devrait sortir bientôt.  J’ai fait une série avec Fabrice Gobert, qui est présenté en France. Cela s’appelle Mytho. Et on devrait tourner la saison 2 cet été qui vient. »

 Vous travaillez partout dans le monde. Qu’est-ce qui fait que vous dites oui à un projet plutôt qu’à un autre? «Ça fait 20 ans que je me promène entre la France et le Québec pour travailler. Sans compter tous les pays que j’ai faits avec La face cachée de la lune et le projet Anderson de Robert Lepage. Je suis un nomade, ou en fait un globetrotteur si on veut. Je croise bien des gens, mais je n’ai pas d’attache vraiment nulle part. Et pour les choix, j’y vais selon l’offre que je reçois, mais aussi selon les gens avec qui je veux travailler. Par exemple, j’aimerais retravailler avec Xavier Dolan. Ça fait plusieurs fois que je lui mentionne. Et comme je le connais depuis qu’il a 15 ans, je m’en permets un peu plus avec lui. »

Un homme pressé est distribué par AZ Films et prendra l’affiche au Québec le 21 décembre prochain.

Bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=hDv5a3mk51c

Distribution :

Alain  Fabrice Luchini

Jeanne  Leïla Bekhti

Julia Rebecca Marder de la Comédie Française

Vincent  Igor Gotesman

Violette  Clémence Massart

Eric Yves Jacques

Igor Micha Lescot

Aurore  Frédérique Tirmont

 Équipe Technique

RÉALISATION  HERVÉ MIMRAN

SCENARIO, ADAPTATION ET DIALOGUES HERVÉ MIMRAN

AVEC LA COLLABORATION DE  HÉLÈNE FILLIERES

D’APRES LE ROMAN DE  CHRISTIAN STREIFF

« J’ÉTAIS UN HOMME PRESSÉ »

Paru au CHERCHE MIDI ÉDITEUR

PRODUIT PAR SIDONIE DUMAS ,  MATTHIEU TAROT

IMAGE  JÉRÔME ALMERAS A.F.C

ÉTALONNAGE  RICHARD DEUSY

MONTAGE CÉLIA LAFITEDUPONT

MUSIQUE ORIGINALE BALMORHEA

MISE EN SCÈNE  MAURICE HERMET

SCRIPTE NINA RIVES

SON RÉMI DARU,  GAËL NICOLAS,  FRANÇOIS JOSEPH HORS

DÉCORS NICOLAS DE BOISCUILLE A.D.C

DIRECTEUR DE PRODUCTION FRÉDÉRIC BLUM

REGISSEUR GENERAL LAURENT PERROT A.F.R

CASTING MICHAEL LAGUENS

COSTUMES EMMANUELLE YOUCHNOVSKI

MAQUILLAGE MICHELLE CONSTANTINIDES , AURÉLIE BOUCHET

COIFFURE ARNAUD DALENS

POST-PRODUCTION ABRAHAM GOLDBLAT, GAËLLE GODARD-BLOSSIER

EFFETS VISUELS ALAIN CARSOUX

 

Crédit photos : Shirley Noel