Un concert marquant, donné par un duo par excellence aux Concerts Couperin avec l’altiste Marina Thibeault et la pianiste Janelle Fung

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
158
L’altiste Marina Thibeault

En la Chapelle du Musée de l’Amérique francophone à Québec, deux jeunes et talentueuses artistes ont conquis un public bien attentif dans le cadre des Concerts Couperin qui offrent en cette saison 2018-2019 des prestations musicales de duos. Dans l’enceinte bien appropriée de cette chapelle historique, le son superbe de l’alto de Marina Thibeault s’impose immédiatement et séduit toute oreille. Son instrument de 1767 est l’œuvre de Carlo Ferdinando Landolfi, un célèbre luthier italien du 18e siècle.

Ces deux artistes de haut niveau sont d’une très grande polyvalence. Ce concert en était une illustration en quelque sorte pour le plus grand plaisir du public présent. On débute avec un Adagio et un Allegro de Robert Schumann qui nous fait apprécier des sentiments et des climats musicaux bien contrastés. On peut déjà apprécier toutes les nuances, les subtilités du jeu de Marina Thibeault. Tristesse, mélancolie, joie, dynamisme et exubérance sont présents de façon très pertinente. Dans cet entrain nuancé et cette musicalité, elle est accompagnée par une complice idéale, la pianiste Janelle Fung. Ces deux grandes musiciennes se complètent parfaitement. C’est très évident et au cours du concert, cela va se confirmer sans cesse.

La belle nostalgie de la « Lituanie pour la fête des morts » de Schubert soulignant la douleur de la mort est magnifiquement et délicatement exprimée par l’alto de Marina Thibeault. Puis, mélancolie et joie vive caractérisent Märchenbilder de Robert Schumann. Or, les mouvements contrastés de cette œuvre sont bien rendus par l’altiste et la pianiste.

 

La pianiste Janelle Fung

En seconde partie du concert, Jean-Renaud Labrecque, un jeune altiste et ex-élève de jeunesse de Marina Thibeault nous a impressionné grandement dans son interprétation d’une œuvre contemporaine de la compositrice québécoise Isabelle Panneton. Une pièce magnifique et complexe, exécutée avec brio par ce jeune artiste, bien doué. Par la suite, le concert s’est poursuivi avec une sonate pour alto et piano du compositeur russe Mikhaïl Glinka. Ceci nous a permis d’apprécier hautement la force, la maîtrise et la présence de Janelle Fung. Comme l’a affirmé Marina Thibeault en parlant de la pianiste : « dans cette œuvre, elle a beaucoup plus de notes que moi. » D’ailleurs, il faut souligner les commentaires intéressants et agréables de l’altiste et de la pianiste. Très sympathique et chaleureux.

Le concert a continué avec une Valse Sentimentale de Tchaïkovsky que l’altiste a rendue émouvante et touchante comme il se doit. La dernière pièce au programme, une Sonate du compositeur tchèque Bohuslav Martinu est bien entraînante et surtout dans son deuxième mouvement, un Allegro.

Cette matinée de musique en duo nous a fait découvrir ou réentendre une altiste de premier plan. La maîtrise de son instrument est constant, elle est toujours en contrôle. Outre sa technique et sa virtuosité, quelle sonorité et quelle grande musicalité elle nous offre. On peut en dire autant de la pianiste. Un duo parfait pour un concert fort intéressant et varié.

Mentionnons que l’altiste Marina Thibeault se produira à Lévis le 25 mai à l’Anglicane. De plus, au cours de l’été, elle donnera des cours aux altistes au Domaine Forget et elle se produira également en ce lieu de Charlevoix.

Les Concerts Couperin ont terminé leur saison. Ils proposaient comme chaque année une série d’excellents concerts en la Chapelle du Musée de l’Amérique francophone. On peut consulter leur site et surveiller la saison prochaine qui débutera à l’automne.

Crédits-photos: Courtoisie

https://www.marinathibeault.com/#calendar

http://couperin.ca/programmation/