A Napoli de Marc Hervieux

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
48
A Napoli de Marc Hervieux

Dans le livret de ce nouvel album, Marc Hervieux explique qu’il adore la culture italienne, et sa bouffe. Je suis complètement d’accord avec lui. Alors quand j’ai su qu’il allait sortir un album de chansons napolitaines, j’ai été comblée. 

Ce troisième CD ATMA, A Napoli, il l’a débuté en 2008, en revisitant des chansons traditionnelles napolitaines. Il en a écouté 400, avant de jeter son dévolu sur 15 d’entre elles, qu’il a retravaillées, réorchestrées, donné sa propre saveur. Le tout, en compagnie de douze musiciens dont la pianiste et directrice musicale Louise-Anrée Baril, le violoniste François Pilon et le guitariste Daniel Bolshoy. Il a bien pris son temps pour produire cet album, qu’il considère comme son petit bébé. Pour donner plus de vie à ces chansons, l’enregistrement de l’album, avec ses musiciens s’est déroulé à l’église Saint-François-de-Sales, à Laval. Donc, ces pièces ont été enregistrées ‘live’. 

Il ne faut pas se méprendre, ces chansons ne sont pas des airs d’Opéra, comme dans son précédent opus Tenor Arias. Ce sont des chansons populaires traditionnelles italiennes qui ont des racines ancrées dans la musique classique. 

On retrouve les 15 titres suivants :

I te vurria vasà

La Danza

Ideale

Mattinata

Monasterio ‘e Santa Chiara

Core ‘ngrato

Rondine al nido

Non ti cordar di me

Parlami d’amore Mariù

Dicitencello vuje

Aprile

O Surdato ‘Nnammurato

Santa Lucia luntana

O Marenariello

Mamma

  

Dans mes préférées, on retrouve Rondine al nido, une chanson qui parle d’amour perdu, où la puissante voix de Marc Hervieux prend toute son ampleur et nous inonde de bonheur à l’écouter. Tandis que Non ti scordar di me me donne le goût de me balader dans les rues italiennes, et valser au son des violons. Il y a aussi La Danza où le rythme napolitain de tarentelle mélangée à la voix puissante de Marc, incite à danser avec entrain. Dicitencello vuje pour sa part, est une déclaration d’amour désespéré d’un homme envers la femme qu’il aime. Ouf! Que d’émotions dans cette voix de Marc et où le vibrant violon, tels des pleurs, nous donne des frissons! Dans un autre registre, plus endiablé, on retrouve O Surdato ‘Nnammurato, qui décrit la tristesse d’un soldat combattant au front durant la Première Guerre et qui pense à sa bien-aimée. Un air très entrainant qui m’est resté en tête longtemps. Mattinata, pour sa part, m’enchante littéralement, comme les rayons du soleil qui percent ma fenêtre le matin. Et la magnifique chanson Mamma, qui est très connue et a été immortalisée dans le film du même titre de Guido Brignone. Un bel hommage aux mamans! 

En plus de ces magnifiques chansons, le tout est accompagné d’un beau livret très complet, où l’on retrouve les paroles de chacune des chansons en italien, en français et en anglais. On peut donc savoir de quoi parle la chanson. Mais en plus, on a une description de chaque chanson, son auteur, dans quel contexte elle a été écrite ou reprise par la suite. Cette description, on la trouve en français et en anglais. On découvre également un mot de Marc Hervieux, un autre de Louise-Andrée Baril et un autre de François Pilon. 

Mais ces chansons, on ne peut que les entendre que sur cet album, car Marc Hervieux doit terminer sa tournée Après nous, en avril 2012, avant de porter ces airs napolitains sur scène à l’automne 2012 seulement.

 http://marchervieux.com

 http://www.atmaclassique.com